Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 octobre 2012

Dr.Hauschka

Ceci n'est certainement pas un article sponsorisé.

Dr-Hauschka-Skincare-Reviews.jpg
Ce mardi 16 octobre, j'ai eu par le biais de mon travail l'opportunité d'assister à un séminaire organisé par la marque de costétiques Dr.Hauschka (j'adore mon travail). Ne m'attendant à rien, j'ai été de surprise en surprise.

Qu'est-ce que je fous ici ?

Dr.Hauschka fait partie de la gamme de produits que nous vendons dans mon magasin, à côté de marques bio comme Weleda, Lavera, Santé, Ecovert et j'en passe. Mais Dr.Hauschka a un petit truc qui la démarque des autres. La marque se veut prestigieuse, les packagings sont résolument chics, et (on s'en doute) les prix sont élevés. Dr.Hauschka a aussi la particularité d'avoir une foule d'adorateurs inconditionnels, dans lesquels vous pouvez compter beaucoup de mes collègues et de nos clients.

Pour ma part, du haut de mes médiocres connaissances cosméto, j'étais assez sceptique sur ce qui me semblait être surtout un gros succès marketing, et ce au vu de la compo des rares produits sur lesquels j'avais pris le temps de jeter un coup d'oeil. Je veux bien que je n'y connais pas grand chose, mais une crème pour les mains dans laquelle le composant arrivant en tête de liste est l'alcool... ca me laisse quelque peu dubitative.

Raison de plus cependant pour me laisser expliquer la grande philosophie qui se cache derrière Dr.Hauschka.
Je veux dire : autre que la philosophie je-suis-une-bourgeoise-écolo-branchouille-de-Berlin-Ouest (j'ai rien contre les bourgeois écolos de Berlin Ouest cela dit, c'est pour 70% eux qui me nourrisent maintenant, donc je les aime d'amour).

J'ai bien mangé

En arrivant le matin dans la salle où avait lieu le séminaire, j'ai âprement regretté de n'avoir pas pris mon appareil photo. J'aurais pu croire que je m'étais trompée et que j'étais arrivée dans une salle de resto chic un soir de nouvel an.

Nous étions évidemment dans la grande salle d'un grand hôtel d'un quartier chic de Berlin. À chaque place un verre à pied, des bouteilles d'eau de luxe, bloc-papier, stylo, tout un arsenal de produits à tester, de cotons, de serviettes. À chaque pause, du café, du thé (super bon), des petit-fours à volonté (mais bios, végétariens et diététiques, les petits-fours, s'il vous plaît), des gâteaux, sans parler du repas de midi à tomber par terre... il est clair que Dr.Hauschka met les petits plats dans les grands pour nous séduire.

C'est clair : un vendeur convaincu fabrique plein de clients convaincus. Et un vendeur qui a bien mangé est plus facile à convaincre, surtout si on lui offre des pots de vin cadeaux. D'où une sympathique pochette pleine à craquer de produits offerts à emporter chez nous (pas des échantillons, les produits, on est bien d'accord).

C'est d'ailleurs bien ce qui me conforte dans mon opinion : Dr.Hauschka investit à fond dans le marketing.

C'est quoi ce truc ? (l'anthroposophie)

Alors Dr.Hauschka, qu'est-ce que c'est ? Et bien Dr.Hauschka se définit en quelque sorte et pour simplifier comme l'homéopathie de la cosméto.

Les produits estampillés Dr.Hauschka sortent des laboratoires WALA, qui ont été créés par un certain M. Steiner, personnage qui ne vous est peut-être pas tout à fait inconnu... Avec Dr.Hauschka, on entre en effet de plein pied dans l'anthroposophie. L'anthroposophie, c'est un truc bizarre et sympa inventé par les allemands et qui a débouché entre autre sur ce concept passionnant que sont les écoles Waldorf (ou "écoles Steiner" en version francaise). Le principe de l'anthroposophie, que ce soit en pédagogie ou en cosmétique, repose sur les cycles naturels, qui sont considérés comme les plus appropriés à faire d'une personne un être harminieux. En harmonie avec soi-même et avec son environnement.

En pédagogie, cette notion de cycles débouche sur tout un tas de très bonnes idées, comme l'adéquation entre certaines heures du jour et certains exercices intellectuels, certains mois de l'année et certaines matières, et certains âges de la vie et certains thèmes. Il y a toute une recherche sur la couleur des murs des salles de classe, par exemple, une infinité de choses que je trouve passionnantes sur le principe (faute d'avoir pu les tester). Tout le monde à Berlin a au moins un copain qui sort d'une école Waldorf : ce sont en général des personnes bizarres qui ont fait plein de choses inattendues dans leur vie et légèrement rebelles à toute autorité. Ca n'en fait pas moins des personnes tout à fait intégrées, tout à fait capables de faire des études, mais avec un "truc" différent, une forte individualité qui donne la "marque de fabrique" Waldorf.
(désolée pour la longue parenthèse sur la pédagogie Waldorf, mais je suis passionnée par le sujet depuis quelques années déjà)

En cosmétique, cette notion de cycles est appliqué dans deux domaines différents. D'une part dans la fabrication des produits eux-mêmes (les plantes sont toutes cultivées dans des jardins WALA selon une méthode anthroposophique, puis récoltées à certains moments bien précis, avant d'être travaillés dans des alternances de chaud et de froid, de lumière et de ténbres, par cycles de 7h, etc.) et d'autre part dans l'utilisation des produits (l'alternance entre le soin de jour et le soin de nuit sur lesquels je reviendrai, des cures cycliques de 28 jours pour réharmoniser la peau, etc.).

Je vous accorde que tout cela sonne très ésothérique lorsqu'on en entend parler pour la première fois et qu'on se demande souvent si il faut faire partie d'une secte pour utiliser une crème hydratante. Personellement, je me demande quels sont les fondements scientifiques de toutes ces histoires de cycles et de plantes broyées 7h dans de la glace, mais tout de même, je pense que l'on peut laisser sa chance à l'anthroposophie à cause de toutes ces bonnes idées qu'elle a fait éclore.

Qu'est-ce que j'en pense ?

On est bien d'accord que le fait qu'une marque dépense beaucoup pour son image marketing ne fait pas en soit d'un produit un bon ou un mauvais produit. Tout au plus, on peut se dire que l'argent dépensé dans certains effort aurait pu être utilisé à d'autres fins, mais pour le reste, on ne peut juger un livre sur sa couverture ni en bien ni en mal...

Je n'ai pas encore eu le temps de tester les produits Dr.Hauschka. Je le ferai, et je vous donnnerai mes impressions. Mais je peux déjà dire ce qui m'a plu et moins plus d'un point de vue purement théorique.

J'aime pas...

Mon GROS GROS GROS problème avec les produits Dr.Hauschka, c'est qu'ils sont (presque) tous composés de beaucoup trop d'alcool à mon goût. Or l'alcool (c'est pas moi qui le dit, c'est lui... et je crois vachement en ce qu'il raconte) c'est agressif, désèchant, et c'est complètement absurde pour un usage fréquent sur une partie du corps fragile. Donc dans une crème de main qu'on se passe (ou qu'on est censé se passer) vingt fois par jour sur les mains, c'est niet. MA crème d'amour, c'est la Weleda Citrus, sans alcool, bio et tout ce qui va bien. Pour les crèmes visage, c'est pareil, je suis sceptique sur la quantité d'alcool.
La défense de Dr.Hauschka sur ce point a été très nette. Ils assurent que leur alcool est inoffensif, que sa concentration est au maximum de 10%, et je pense surtout que c'est un "mal" nécessaire lorsque l'on veut renoncer à tout autre conservateur. Il faut bien que le produit se conserve un minimum, et sur ce point je leur donne raison. Comme d'autre part je me suis déjà tartiné sur le visage des concentrations d'alcool bien pires, ca ne m'effraye pas énormement, mais ma peau est assez robuste. Disons que je ne sais pas si une crème de jour Dr.Hauschka est vraiment ce que je conseillerais à n'importe qui comme LA crème idéale.

Un problème plus personnel a trait à l'odeur des produits Dr.Hauschka. La marque renonce aux parfums supplémentaires, et part du principe que tout leurs produits doivent sentir ce qui les compose. Les produits à base d'herbes sentent le thym et le romarin, ceux à base de miel sentent le miel et ceux à base d'amande puent l'amande. C'est comme ca. Pour mon malheur, Dr.Hauschka adore se servir de fleurs, et principalement de roses qui ont un effet apaisant et rééquilibrant. Sauf que j'exècre l'odeur de rose et que l'idée de me tartiner tous les jours avec la "Créme de Rose" (THE bestseller de Dr.Hauschka) ne m'enchante guère (or la crème de rose est la crème pour peaux sèches, c'est à dire celle qui me conviendrait... manque de bol). Mais la plupart des femmes adorent cette odeur, ce qui n'est donc pas vraiment un problème pour elles.

J'aime...

J'ai été tout de suite convaincue par le principe qui régit les soins visage Dr.Hauschka et qui démarque beaucoup ses produits des produits habituels. Sans trop de surprise, tout repose sur un principe de cycles alternant soins de nuit et soins de jour. Or, il n'y a pas de "crème de nuit" Dr.Hauschka. Pourquoi ca ? "Ca vous est sans doute arrivé de vous lever le matin, et de sortir puis de rerentrer dans la pièce où vous avez dormi sans avoir pris le soin d'aérer avant. En rentrant... puah... C'est bien la preuve qu'il s'est passé des choses cette nuit pendant que vous dormiez..." Or le travail de la peau la nuit se passe par la sueur et c'est pourquoi Dr.Hauschka interdit les corps gras le soir qui ne feront qu'empêcher ce travail de se faire correctement. Pas de soin le soir, donc. La peau doit juste être bien nettoyée. Le matin, après un petit nettoyage, on passe une crème de jour qui protège la peau du visage des agressions qui auront lieu dans la journée, comme on passe un manteau avant de sortir dehors.
Il se trouve que la routine Dr.Hauschka est celle que j'adopte personnellement, principalement parce que je me douche le soir après l'entraînement et que j'ai la flemme de mettre une crème en rentrant avant d'aller au lit. Et ca me réussit plutôt bien pour le moment. Je suis donc assez persuadée par l'explication du cycle jour/nuit.

Il existe tout de même un soin de nuit chez Dr.hauschka, mais c'est un soin aqueux et non-gras, toujours pour rester dans la logique du cycle jour/nuit. Ce soin se présente sous forme d'ampoule à appliquer en cure de 28 jours, le temps d'un cycle complet de rénovation de la peau (bon, en fait il y a un autre soin de nuit, quotidien, lui aussi aqueux et non-gras, mais il m'intéresse moins donc je ne revient pas dessus). Cette cure est censée rétablir l'équilibre de la peau. Dans mon cas, il s'agirait d'une cure deux fois par an, et j'avoue que j'ai bien envie d'essayer une fois pour voir ce que ca donne. Quitte à ne pas renouveler l'expérience si je ne suis pas convaincue.

Dr.Hauschka a créé récemment toute une série de produits pour les personnes souffrant de dermatite atopique (eczéma atopique). La gamme est, elle, sans alcool (youpi !) et la compo est vraiment très allèchante. Ce n'est pas ce dont j'ai besoin donc il me serait difficile de tester, mais je conseillerais vraiment à quelqu'un qui a ce genre de problèmes ou la peau très sèche d'aller y jeter un coup d'oeil, ca a l'air super.

À côté de la crème pour les yeux qui me laisse froide, la gamme possède un baume pour les yeux qui est un délice. On nous l'a fait tester et c'était tellement agréable, apaisant et nourissant que j'ai été séduite. Dans le fond, la compo ressemble à s'y méprendre au Rêve de Miel de Nuxe, MON baume à lèvre fétiche et miraculeux. N'yant aucun problème avec mes yeux, je ne pense pas avoir jamais besoin de faire la dépense, mais je ne peux que conseiller ce baume. Mais comme il est très nourrissant, il met un peu de temps à être absorbé, il faut être prévenu.
Dr.Hauschka a également un baume à lèvre similaire, mais pour le coup, j'aime beaucoup trop mon Rêve de Miel pour faire l'échange. Il est sans doute très bien, cela dit.

En ce qui concerne les soins pour le corps, il y a évidemment des crèmes, mais aussi des huiles. Or justement, les huiles pour le corps sont ma dernière révélation de cet été. Je n'ai jamais réussi à m'hydrater avec des crèmes, je m'y tenais un ou deux jours puis je laissais tomber, je n'aimais ni la sensation de crème qui colle à la peau ni celle du froid pendant le temps que je me tartine de crème. Au bout de deux jours donc, j'ai la flemme, et j'arrête. Par contre j'ai découvert cet été par hasard les huiles de corps, et j'ai tout de suite adoré. C'est une question de goût. Moi j'aime la sensation de l'huile sur la peau, d'autant que l'huile n'est pas froide et que l'odeur reste agréablement sur la peau.
Je suis pour le moment en train de terminer une huile pour le corps de Nuxe (Prodigieuse), que j'aime beaucoup mais qui a deux inconvénients : elle est très chère et elle n'est pas très couvrante. Les huiles Dr.Hauschka sont beaucoup plus couvrantes, et moins chères. Deux bonnes raisons pour en faire l'essai. Le problème, là encore, c'est l'odeur des huiles. Ma préférée est celle au citron. Sauf que l'huile au citron est plutôt censée être rafraîchissante et adaptée aux saisons chaudes. Ce n'est peut-être donc pas une bonne idée pour une frileuse comme moi de la tester alors qu'on entre dans l'hiver (absurdité complète). Il y a une huile qui réchauffe, mais elle est à la lavande et je n'aime pas du tout l'odeur. L'alternative serait donc de tester l'huile à la poire/arnika, qui est surtout recommandée pour le sport et dont l'odeur est assez acceptable.

En parlant d'huile, revenons un peu sur les soin visage de jour. Il y a trois crèmes différentes pour les trois types de peau (sèche, normale, mixte), et une huile de visage. Pour qui l'huile de visage ? Pour les peaux très grasses et acnéiques. Et je suis à 100% d'accord avec le principe de cette huile de visage. Outre mon amour récent pour les huiles, et le fait qu'il n'y a (enfin !) pas d'alcool dans ce produit, je suis convaincue qu'un visage acnéique a besoin de beaucoup de gras pour se réguler (sans quoi il ne fabriquerait pas tant de sébum). Certe, c'est un peu difficile à accepter quand on a le visage gras de se passer encore un truc super gras sur le visage, mais c'est la meilleure chose à faire. Si, si.

Enfin petit détail, mais ca me plaît bien : pas de soins hommes chez Dr.Hauschka. Tout simplement parce qu'il n'y a pas de soins femme. Tout est prévu pour les deux sexes, on ne fait pas de distinction. Et c'est cool.

Et si ca vous intéresse :

J'ai deux produits offerts par Dr.Hauschka dans ma pochette et qui ne m'intéressent pas du tout : la crème pour les yeux et la Crème de Soin Teintée (en gros, il s'agit de la Crème de Jour à la Rose mélangée avec leur fluide teinté, qui donne un peu d'effet soleil à la peau). Si vous êtes par chez moi à Noel et que ca vous intéresse, faites-moi signe.

lundi, 28 novembre 2011

C'est lundi...

Qu'est-ce que j'ai lu la semaine dernière ?

Les vingt-et-un jours d'un neurasthénique, Octave Mirbeau

Je continue de découvrir avec émerveillement les écrits d'Octave Mirbeau. Les écrits un peu décousus, noirs, très très noirs, mais drôles et sincères.

Ce soir, Roger m’a demandé :
— Penses-tu quelquefois à la mort ?
— Oui… ai-je répondu… Et cela m’effraie… et je m’efforce de repousser l’effrayante image…
— Cela t’effraie ?…
Il a haussé les épaules, et il a continué :
— Tu penses à la mort… et tu vas, et tu viens… et tu tournes sur toi-même… et tu t’agites dans tous les sens ?… Et tu travailles à des choses éphémères ?… Et tu rêves de plaisir, peut-être – et peut-être de gloire ?… Pauvre petit !…
— Les idée ne sont pas des choses éphémères, ai-je protesté… puisque ce sont elles qui préparent l’avenir, qui dirigent le progrès…
D’un geste lent, il m’a montré le cirque des montagnes noires :
— L’avenir… le progrès !… Comment, en face de cela, peux-tu prononcer de telles paroles, et qui n’ont pas de sens ?…
Et, après une courte pause, il a continué :
— Les idées !… Du vent, du vent, du vent… Elles passent, l’arbre s’agite un moment… ses feuilles frémissent… Et puis, elles ont passé… l’arbre redevient immobile comme avant… Il n’y a rien de changé…

Dans le ciel, Octave Mirbeau

Une oeuvre très torturée, dans laquelle Octave Mirbeau raconte l'histoire d'un peintre (sans doute Van Gogh), et dans laquelle il raconte aussi sa conception de l'Art et l'impasse dans laquelle l'artiste se trouve.
C'est un récit vraiment étrange, sans structure, mais superbe. Il faut juste pas être trop déprimé avant de s'y lancer.

– Vois-tu, mon petit, en art, il n'y a qu'une chose belle et grande: la santé !... Moi, je suis un malade... et ma maladie est terrible; et je suis trop vieux maintenant pour m'en guérir... C'est l'ignorance... Oui, je ne sais pas un mot de mon métier, et jamais je n'en saurai un mot !... Je ne suis pas un fou, comme tu pourrais croire, je suis un impuissant, ce qui est bien différent... ou si tu aimes mieux, un raté... Sais-tu pourquoi je me bats les flancs pour trouver un tas de choses compliquées, ce qu'ils appellent, les autres, des sensations rares, et ce qui n'est pas autre chose que de l'enfantillage et du mensonge... Sais-tu pourquoi ?... C'est parce que je suis incapable de rendre le simple!... parce que je ne sais pas dessiner, et parce que je ne sais pas mettre les valeurs ! Alors je remplace ça par des arabesques, par des fioritures, par un tas de perversions de formes qui ne donnent de l'illusion qu'aux imbéciles !... Et, comme je ne peux pas mettre un bonhomme debout sur ses jambes, je le mets debout sur sa tête. On dit : « C'est épatant ! » Eh bien, non! je suis un cochon ! voilà tout !... Va donc voir si les Terburgh, les Metsu , les Rembrandt ont cherché à peindre l'aboi d'un chien , par exemple!... Ils ont peint des hommes et des femmes tout bêtement ! Et ça y est... Et le père Corot ?... Est-ce qu'il a voulu peindre des arbres la racine en l'air ? et des sarabandes d'astres en ribote ? Non ! Et ça y est ! Ah ! qu'ils m'ont fait du mal ces esthètes de malheur, quand ils prêchaient, de leur voix fleurie, l'horreur de la nature, l'inutilité du dessin, l'outrance des couleurs, le retour de l'art aux formes embryonnaires, à la vie larveuse !... Car ça n'est pas autre chose que leur idéal dont ils ont empoisonné toute une génération ? [...] Je n'ai jamais cru à cet art pauvre, à cette basse mysticité, et, pourtant, peu à peu, je me suis, sans le savoir, laissé prendre, envahir, par toutes ces théories trompeuses qui corrodent l'air que nous respirions, nous autres jeunes gens, avides de nouveauté, facilement portés à croire que le beau, c'est le bizarre !... Au lieu de travailler méthodiquement, d'apprendre à dessiner un beau mouvement de nature, une belle forme de vie, de chercher le simple et le grand, j'ai fini par penser que le heurté, le déformé, c'était tout l'art !... Et voilà où j'en suis aujourd'hui !... Je suis fichu !... J'ai un métier et je ne puis pas m'en servir... Alors quoi ?...

Qu'est-ce que je suis en train de lire ?

Wallenstein, Schiller, toujours.

Et encore une fois, vous avez droit à une super traduction improvisée.
Elle se trouve au tournant de la pièce. Octavio, le père de Max et meilleur ami de Wallenstein, qui intrigue avec l'empereur contre Wallenstein, décide de passer à l'acte et de tourner les armes contre son chef (Wallenstein, au cas où vous auriez pas suivi). Mais avant, il essaye d'obtenir le soutien des autres généraux.
Le premier qu'il recoit chez lui est un pro-Wallenstein, Isolani, prêt à se retourner contre l'empereur à tout moment. Mais pas très futé. Et qui évidemment rentre chez Octavio Piccolomini sans se douter de rien.

ISOLANI Faites attention. Tout le monde n'est pas de cet avis.
Beaucoup ici sont encore attachés à la Cour,

Et pensent que leur signature de tantôt,
Qui leur fut volée, ne les engage à rien.
OCTAVIO Vraiment ? Dites-moi donc qui sont ceux qui pensent ainsi.
ISOLANI Pardieu ! Tous les Allemands le disent.
De même Esterhazy, Kaunitz et Deodat
Disent maintenant qu'il faut obéir à la Cour.
OCTAVIO Cela me réjouis.
ISOLANI          Vous réjouis ?
OCTAVIO          Que l'Empereur ait
Encore tant d'amis et de preux serviteurs.
ISOLANI Ne plaisantez pas. Ce ne sont pas des hommes sans valeur.
OCTAVIO Certainement pas. Dieu me garde de plaisanter !
C'est très sérieusement que je me réjouis que la situation
Soit si favorable.
ISOLANI          Que Diable ? Qu'est-ce que cela ?
N'êtes-vous pas... Pourquoi suis-je donc ici ?
OCTAVIO (avec autorité) Pour déclarer une bonne fois pour toute, si vous
Êtes un ami ou ennemi de l'Empereur?
ISOLANI (entêtement) Cette déclaration, je la ferai
À qui de droit.
OCTAVIO Si j'en ai le droit, voilà ce que vous apprendra cette lettre.
ISOLANI Que... quoi ? Voici la signature et le seau de l'Empereur
(Il lit)
"Ainsi, tous les commandants de notre
Armée devront obéir aux ordres de notre cher et dévoué
Général en chef, Octavio Piccolomini,
Comme aux notres" Hum... Oui... Donc... Oui, oui !
Je... vous fais mes félicitations, Général en chef.
OCTAVIO Vous vous soumettez à cet ordre ?
ISOLANI          Je... mais
Vous me prenez-là par surprise... On me donnera
Bien je pense le temps d'y réfléchir...
OCTAVIO         Deux minutes.
ISOLANI Mon Dieu, la question est cependant...
OCTAVIO          Simple et claire.
Il vous faut déclarer si vous voulez trahir votre seigneur
ou le servir fidèlement.
ISOLANI Trahir... Mon dieu... Qui parle donc de trahir ?
OCTAVIO C'est bien ce dont il est question. Le prince est un traitre.
Il veut passer l'armée à l'ennemi.
Expliquez-vous clairement. Voulez-vous
Renier l'Empereur ? Vous vendre à l'ennemi ? Voulez-vous ?
ISOLANI Que pensez-vous donc ? Moi, renier sa majesté l'Empereur ?
Dis-je cela ? Quand ai-je donc
Dit cela ?
OCTAVIO Vous ne l'avez encore pas dit. Pas encore.
J'attends de voir si vous allez le dire.
ISOLANI Et bien, vous voyez, je suis bien aise que vous-même témoigniez
Que je n'ai jamais dit cela.
OCTAVIO Vous vous détachez donc du prince ?
ISONALI Si il médite trahison... La trahison brise tous les liens.
OCTAVIO Et vous êtes prêt à tirer les armes contre lui ?
ISOLANI Il a été bon envers moi... Mais si c'est un coquin
Qu'il aille au Diable ! Nous sommes quittes.

Je ne sais pas si vous êtes aussi enthousiasmés que moi par cette scène. Je la trouve formidable. Tout se passe entre les lignes. Un tour de force.

Bref, Isolani va passer du côté de l'Empereur. Octavio décidera aussi Buttler, un ami fidèle de Wallenstein, avec beaucoup plus de perfidie. Puis viendra Max. Max, le propre fils d'Octavio, sera le seul que celui-ci ne gagnera pas.
Même si Max n'acceptera pas non plus de trahir l'Empereur. Parce que Max est un ado idéaliste, je le répète. Je ne sais plus exactement comme il se tire de cette histoire. Je vous raconterai quand j'aurai lu la suite.

Alles ist erleuchtet (Tout est illuminé), Jonathan Safran Foer

J'interromps un peu ma lecture de Schiller pour lire un bouquin prêté par Punky, une fille du taekwondo. Lorsqu'elle a évoqué, il y a quelque semaines, qu'elle était en train de lire ce livre, je m'étais empressée de lui demander de me le prêter après, ayant adoré le deuxième roman de Jonathan Safran Foer. De plus, Winnie m'avait vivement conseillé Tout est illuminé. Donc je n'ai pas hésité.

Maintenant, je vais me dépécher de le finir pour le rendre à sa propriétaire.

Nous y sommes, dit-il, voici les marches du peron. Maintenant, nous y sommes. Voici une porte. Et ceci, c'est une poignée de porte que je tourne. Et ici, nous déposons nos chaussures lorsque nous entrons dans la maison. Et là, nous accrochons les manteaux. Il parlait avec la petite fille comme si elle pouvait le comprendre, jamais avec une voix aigue ou par monosyllabe, et jamais il n'employait de language enfantin. Maintenant, je te nourris avec du lait. Il vient de Mordechai, le laitier, dont tu feras un jour aussi la connaissance. Il recoit ce lait d'une vache. Et quand on y pense, c'est quelque chose de très étrange et de très inquiétant, alors n'y pense pas... Ce qui passe là, sur ton visage, c'est ma main. Certaines personnes sont gauchères, d'autres sont droitières. Ce que tu es, toi, nous ne le savons pas encore, parce que tu restes là à me laisser faire les choses pour toi... Ceci, c'est un baiser. C'est ce qui se passe lorsque l'on presse les lèvres et qu'on les pose sur quelque chose ; parfois sur des lèvres, parfois sur une joue, parfois sur autre chose. Ca dépend... Cela, c'est mon coeur. Tu le touche avec ta main gauche, pas parce que tu es gauchère (encore que cela soit possible) mais parce que je la presse contre mon coeur. Ce que tu sens, ce sont les battements de mon coeur. Ils me tiennent en vie.

Qu'est-ce que je vais lire après ?

Du Octave Mirbeau.

Quelque chose de Georges Sand aussi, rapport à l'article de Dostoievski de la semaine dernière.

vendredi, 07 mai 2010

Sans commentaire

P1070136.JPG

mardi, 02 juin 2009

Et sinon...

... vous connaissez, vous, des gens qui ont les pieds qui rétrecissent ?

Non parce que j'ai jamais entendu parler d'un cas pareil, mais c'est un fait, mes pieds deviennent de plus en plus petits.
Il y a 2 ou 3 ans, je suis déjà passée très bizarrement de la taille 39 à la taille 37. Comme ça, d'un coup, sans prévenir.
Mais alors aujourd'hui, j'ai dû me rendre à l'évidence que pour des chaussures à porter sans chaussettes, le 37 me va trop grand. Et vous savez ce qu'on trouve dans les magasins de chaussures comme ballerines pour les tailles 36 ?

hein ?

...

RIEN !!!!

Du coup, je vais essayer de me rabattre sur les ventes sur internet cautionnées par ma nIngrid (et ma maman aussi, entre temps).
Et pour ne pas partir les mains vides, j'ai acheté quand même des nouvelles basquets. Les anciennes avaient tenu vaillamment depuis février, et j'avais décidé de les mettre à la retraite après ce week-end éprouvant.
Par le plus grand des hasards, j'ai retrouvé les mêmes, et à moitié prix encore. Ces basquets sont magnifiques et je les aime (non et puis 9 euros pour des basquets ?...).

Je vous mettrais bien une photo pour illuster mes dire, mais y'a que des photos de fringues ces derniers temps, et je sais que y'a des chefs scouts allemands qui traînent sur mon blog (les rusés). Alors comme ils font surtout attention aux photos, on va faire genre qu'on est un blog rock'n roll ici...

 

Baise-moi20006.jpg

... "je fixe, idée fixe, ouvre-moi !" (cherchez pas, vous connaissez pas le film... ni la chanson)

lundi, 25 mai 2009

4 - Walther-Schreiber-Platz

 

CIMG5240.jpgCIMG5241.jpgCIMG5242.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG5245.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

samedi, 16 mai 2009

3 - Arkaden et Europa Center

Comme nous n'avons rien trouvé à Hackeshe Markt, nous nous sommes donc dirigés vers la Potsdamer Platz pour aller aux Arkaden. Mais la aussi, il n'y avait pas grand chôse d'intéressant (décidemment c'est pas ça la mode à Berlin....)

Bon, il va falloir aller dans un 3ème centre commercial... Nous sommes donc allés à l'Europa Center à Zoologischer Garten.

CIMG5201.jpg

Elodie m'avoue qu'elle sait exactement dans quelles boutiques aller et même quoi essayer. Les essayages commencent...

 

Un top marron plutôt sympa

CIMG5204.jpg

 

 

 

 

 

"j'ai la classe, non?"

 

 

 

 

CIMG5207.jpg

 

 

 

 

"oui, j'ai vraiment trop la classe"

 

 

 

 

 

un tablier de cuisine à carreaux

CIMG5209.jpg

 

 

 

 

"même pas pour faire le ménage..."

 

 

 

 

 

 

Un très joli short (zut, ils ont pas la bonne taille)

CIMG5210.jpg

 

 

 

 

"elles sont jolies mes fesses hein !"

 

 

 

 

 

Un top sans bretelles

CIMG5212.jpg


 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG5214.jpg

 

 

 

"avec ca, je suis prête pour l'été!"

 

 

 

 

 

 

CIMG5216.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un top avec des cordelettes

CIMG5217.jpg

 

 

 

"elles sont jolies les cordes, non?"

 

 

 

 

 

 

CIMG5219.jpg

 

 

 

 

"ouais!!!!"

 

 

 

 

 

CIMG5221.jpg

 

 

 

 

"trop bien!!!!"

 

 

 

 

 

CIMG5222.jpg

 

 

 

 

"j'adooore!!!"

 

 

 

 

 

un top épaules nues

CIMG5224.jpg

 

 

 

 

"attends, je prends la pause..."

 

 

 

 

 

CIMG5225.jpg

 

 

 

 

"oh, non, plutôt comme ça"

 

 

 

 

 

CIMG5228.jpg

 

 

 

 

"il me va bien!!!!!"

 

 

 

 

 

CIMG5229.jpg

 

 

 

 

"oui, je suis belle, ... je sais, je sais..."

 

 

 

 

 

un top court

CIMG5232.jpg

 

 

 

 

 

"euh, non, vraiment pas...."

 

 

 

 

un belle robe verte

CIMG5235.jpg

 

 

 

 

"Pas mal, la robe!!!!..."

 

 

 

 

 

CIMG5238.jpg

 

 

 

 

"...pourtant j'ai le sentiment qu'un truc cloche..."

 

 

 

 

 

CIMG5236.jpg

 

 

 

"... ah oui !! il me faudra d'autres chaussures pour aller avec !

On fait les magasins de chaussures après? "

 

 

 

 

 

2 - Le déjeuner

Mais toute cette marche, ça creuse!!! Elodie commence à avoir faim.

CIMG5177.jpg

CIMG5178.jpg

Il a fallu trouver rapidement un endroit où manger. Le shopping peut attendre encore un peu!

Nous avons donc choisi de manger des bagels. Miam, miam, miam.

 

CIMG5186.jpg

Il y en a un là-bas! Allons-y!

 

CIMG5187.jpg

CIMG5189.jpg

Miammiammiammiammiam

Avant de repartir, nous avons un peu profité de la cours intérieure...

CIMG5192.jpg

CIMG5195.jpg

Maintenant, nous pouvons enfin faire les boutiques mais avoir essayer toutes les rues du quartier, impossible de retrouver le magasin qu'élodie cherchait.

Bilan:

  • 1 essayage: une belle robe noire dos nu qui lui va très bien mais qui n'était pas à la bonne taille CIMG5197.jpg

 

 

 

"non c'est vrai ? tu me trouves jolie ? hihihi !"

 

 

 

 

 

CIMG5198.jpg

 

 

 

 

"c'est pas grave si on voit pas bien mon visage,

c'est la robe qu'il faut regarder!"

 

 

 

 

  • 1 T-shirt pour moi:Image 5.png

 

 

 

 

1 - A la recherche de Hackesher Markt

Je prend aujourd'hui la place d'Elodie pour un reportage sur une journée de shopping à Berlin.

Il fait de plus en plus beau à Berlin et Elodie n'a plus rien à se mettre. Il est grand temps de faire un peu de shopping. Nous sommes donc allés dans plusieurs centres commerciaux de Berlin à la recherche de nouveau vêtements et d'un maillot de bain.

 

Première étape: Hackesher Markt

Nous avons pris le métro jusqu'à Oranienburgstrasse. En recherchant le centre commercial, nous sommes tombés sur un endroit sympa, mi-plage, mi-terrain vague, dans lequel des artistes exposaient leurs oeuvres.

CIMG5144.jpg

CIMG5145.jpg

CIMG5146.jpg

CIMG5152.jpg

CIMG5149.jpg

Après cette petite escale, nous avons repris le chemin du centre commercial. Il nous a fallu faire trois fois le tour du quartier pour finalement trouver le centre commercial.

CIMG5175.jpg

 

CIMG5184.jpg

CIMG5185.jpg

"Enfin les centre commercial!!!"

mardi, 21 avril 2009

Nouvelle coiffure

Je reviens d'une semaine de formation scoute, où j'ai tellement pris le bon soleil printanier que je suis devenue toute marronne.
Pour aller avec mon nouveai teint, une nouvelle coiffure s'imposait.

Donc au risque de casser toute la surprise pour les parisiens qui me verront arriver ce week-end (mais après je vais commencer à aller en cours à nouveau, c'est promis...), voilà les photos en exclu.

J'ai expliqué à peu près 15 fois ce que je voulais en changeant d'avis à chaque fois, et le résultat est encore différent de toutes ces versions, mais c'est mignon quand même.
Bon, sur la photo, ça se voit pas forcemment.

1.JPG

Là j'essaye de vous faire voir à quel point mes mèches rousses ça fait jooooli.
Mais on voit que dalle.
Je sais.

2.JPG

Le must du must avec la coiffure, c'est quan on fait une queue de cheval, là c'est encore plus plus joli.
J'avais beaucoup essayé d'expliquer à la coiffeuse comment je voulais que ça fasse.

3.JPG

Plutôt réussi.

4.JPG

mercredi, 02 juillet 2008

Niarc niarc

Finalement les chaussures que je reluque depuis un mois vont finir par être à moi un jour prochain.

chaussures.jpg

 

Je sais que je ne dois pas faire d'achats superflus en ce moment... mais mes balerines adorées sont vraiment en train de rendre l'âme.

Problème de conscience :  peut-on vraiment remplacer une paire de balerines par des chaussures à talon (petits talons, mais quand même).

Hummm, quand j'y pense, mes maillots sont vraiment tous usés et... non ?