Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 novembre 2010

Ces deux dernières semaines, j'ai aimé...

... que 9 de mes amis aient déjà appporté leur contribution en signant la pétition contre les soins sécuritaires. Certains amis très proches, certains amis avec lesquels j'ai plus ou moins perdu contact au fil des années. Une vraie poussière d'étoile.

... cette photo récoltée dans Berlin (et trouvée sur le site Notes of Berlin):

hinterhof%252C+nahe+trumstra%25C3%259Fe-von+moritz.jpg

Et surtout le petit écriteau jaune ("pour des raisons politiques, ces toilettes publiques sont placées sous surveillance vidéo").

... être en photo .
Il s'agissait du rassemblement final de l'entreprise nationale verte (dont je vous avais parlé y'a très longtemps). Le rassemblement inaugural avait eu lieu à Düsseldorf (souvenez-vous), et le rassemblement final, donc, le week-end de la Toussaint. Pour le reste, je vous laisse lire l'article, il n'est pas trop long et Christophe (du National pionnier-caravelle, que j'ai eu l'immense honneur d'accompagner pendant le samedi, et avec qui on a bien papoté, finalement) résume très bien ce qui s'est passé.

... que Konfu aie créé un tutorial LaTeX spécifiquement destinés aux linguistes (qui explique comment intégrer des arbres, comment définir un style de présentation des sources adéquat). Je savais que c'était un bon prof, dans le fond.
Juste dommage que ca n'arrive que maintenant, après une bonne dizaine de mini-mémoires bidouillés plus ou moins bien avec les moyens du bord. Enfin, ca me servira au moins pour le mémoire.

... le week-end dernier, qui a été un week-end scout (pour changer), et qui a été "gechillt" comme on dit ici, vraiment pas fatiguant quoi. Nos jeunes sont formidables, efficaces, motivés même pour faire la vaisselle, et toujours à l'heure. Du coup, de notre côté, on a pu leur donner énormement de libertés (soirée open-end le soir, plein de temps de pause, libre accès aux réserves de boissons) tout en se la coulant douce. Être chef a rarement été aussi reposant.
Ce week-end était la première rencontre de la "Patrol #2" allemande pour le Jamboree de 2011. Comme vous le savez (ou pas), le 22eme Jamboree mondial se déroulera cet été en Suède. Comme vous le savez (ou pas), ayant passé mon WBK l'an dernier, j'ai obtenu l'immense privilège d'accompagner cette année le contingent berlinois. Les effectifs sont très carrés: 36 jeunes et 4 chefs, moitié filles et moitié garcons. Parmi les 36 jeunes, 9 sont de mon unité. C'était la première fois que nos jeunes se rencontraient. Les choses se sont d'ailleurs passées à merveille, c'est à peine croyable (et mes jeunes étaient évidemment les meilleurs d'entre tous, cela dit très objectivement).

... les discussions de geeks qui partent COMPLETEMENT en live.

dimanche, 22 août 2010

Comment j'ai perdu 2kg

Pendant que ca déménageait à Balma, et que toute ma famille se débattait avec des poignées de porte, commencait le lundi 9 août un camp scout "retour aux classiques". Après Israel et la France, nous retrouver à quelques minutes de voiture de Berlin était un sacré... dépaysement.

Cette année, nous sommes partis pour un camp itinérant (clôturés par trois jours de camp fixe).
Tout a commencé, donc, le lundi au local. Nous avons joué un petit tour à nos jeunes. Leur ayant donné rendez-vous devant le local, il s'y sont retrouvés tous parés à partir, le sac au dos... et sans chef.
Une petite énigme à résoudre les a enfin conduit à notre première étape, Michendorf.
Moi, pendant ce temps, je vivais ma journée à peu près seule. Il me fallait acheter tout le matériel nécessaire au camp fixe et amener ma voiture à notre point d'arrivée. Puis, vers 18h, je me suis mise en route pour la gare la plus proche... à 14km. Autant dire que la rando avait déjà commencé pour moi.
Je suis arrivée épuisée à 21h à Michendorf.

Le mardi devait avoir lieu une des plus grosses étapes, 20km.
En définitive, c'est près de 25km qu'il nous a fallu parcourir. Nous étions en grand groupe, les chefs et les jeunes tous ensemble. En arrivant à Buchholz, notre deuxième étape, notre groupe tout entier n'était  plus qu'un tas silencieux affalé sur l'herbe.
Les autres campeurs nous regardaient en souriant. "C'est bien, ca, faut les occuper ces jeunes !".
Les trois chefs ont envoyé énergiquement les jeunes monter les tentes, avant de partir "se concerter" pour pouvoir nous écroûler à terre et nous lamenter. Vous vous rendez compte que ce sera comme ca  tout le temps quand on aura 80 ans? Quel malheur.

Le mercredi matin nous lachons nos jeunes sur leurs voies respectives. Un groupe de cinq part de son côté, un groupe de trois de l'autre. Les chefs marcheront aussi de leur propre côté, et nous ne nous reverrons que dans deux jours.
Une fois les jeunes partis, les chefs en ont profité pour s'écroûler à nouveau sur le sol, se plaindre de leurs courbatures et se masser réciproquement. Nous n'allons jamais survivre à ce camp. Ayant envoyé les jeunes faire un crochet pour dormir cette nuit vers Jüterborg, nous decidons de nous épargner le crochet et de partir directement vers l'étape suivante, à Treuenbrietzen, à 15km de Buchholz. Un très bon plan de chefs flemmards, approuvé à l'unanimité.
Arrivés à Treuenbrietzen, après une bonne mais raisonnable marche, nous arrivons au bord d'un lac. Tout y est tellement parfait que nous décidons de nous y installer pour la nuit. Une des plus chouettes soirées que j'aie passé, avec feu de camp, guitare et bonne humeur.

Le lendemain, je pars faire un petit jogging, plonge dans l'eau, pendant que Chtef-Chtef et Gwladys préparent un bon petit-déjeuner. La bonne humeur règne, tout est presque trop beau pour être vrai.
Gwladys mourrant d'envie de randonner, nous élaborons un itinéraire ambitieux, qui nous feras découvrir quelques routes des environs avant de nous séparer (Chtef-Chtef ira dormir à Treuenbrietzen avec un groupe et nous à 5km de là avec l'autre). Nos gros sacs enfin sur le dos (ce n'est pas une mince affaire... en ce qui me concerne je commence déjà à avoir de grosses plaies à vif au niveau de la ceinture du sac), une averse se déclenche. Nous faisons donc notre première halte à 50m de notre campement dans un bâtiment désaffecté. L'averse se poursuivra jusque dans l'après-midi.
Vers 16h, nous voyons une accalmie et nous devons impérativement nous mettre en route, sans quoi les jeunes arriverons avant nous (après avoir fait 20km alors que nous n'en avons que 5... ce serait un peu abuser...). Chtef-Chtef nous accompagne un petit bout de chemin, puis nous nous séparons. Gwladys et moi marchons vaillamment pendant une heure, avant de déboucher sur la route. C'est à cet endroit que doit se trouver notre village. Mais pas de village en vue. Et un bus à destination de Treuenbrietzen se dirige dans la mauvaise direction. Pas de doute, nous sommes sur la mauvaise route, nous sommes parties vers l'ouest au lieu de partir vers l'est. Un passant nous informe: nous sommes effectivement sur la mauvaise route, mais en plus bien plus près de Treuenbrietzen que nous ne le croyons. En fait, nous devons être à à peine 500m de notre point de départ...
On nous indique notre chemin à travers la forêt: toujours tout droit, puis la légèrement à droite, et puis on arrivera sur la route. Nous marchons une bonne heure, toujours tout droit. La pluie recommence à tomber, se sont bientôt des trombes d'eau qui nous tombent dessus. Mais on y est presque, le chemin a dévié à droite et déjà on entend les voitures, la route n'est pas loin. Trempées jusqu'aux os, nous arrivons à la route. On y est, cette fois c'est notre village. Mais à perte de vue, nous ne voyons rien. A droite et à gauche, la route qui semble ne jamais finir, devant et derrière nous, des pins, des pins et encore des pins. On décide de longer la route. Vers le nord. Rien ne vient. Je convaincs Gwladys de faire demi-tour vers le sud. Toujours rien. Et toujours la pluie. Les cheftaines se sont lamentablement perdues.
Un gros rocher indiqué sur la carte finit par nous indiquer enfin ou nous sommes. Il faut encore continuer vers le sud (ouf, j'avais raison), pendant quelques km en longeant la route. Nous retrouvons les cinq jeunes (le groupe de trois a récupéré deux retardataires la veille) en pleine forme, déjà installés et à peine mouillés. Nous sommes trempées jusqu'aux os. Les cheftaines ne sont pas dégourdies.
Nous dormons dans les vestiaires d'une piscine municipale, au sec. Nous pouvons même aller nous baigner.

Le vendredi, je commence encore la journée par un jogging: la journée ne va pas être intense.
Nous quittons les jeunes très vite, pour aller prendre un bus qui nous ramène à Treuenbrietzen. Nous y retrouvons Chtef-Chtef et prenons un autre bus en direction de Belzig, à quelques 20km de là.
Pendant le trajet, Chtef-Chtef nous explique ce qu'a découvert l'autre groupe la veille: nous avons mal lu l'échelle en préparant les routes. Ce que nous prenions pour deux km étaient en fait 2,5km, et par conséquent nos étapes de 20km par jour sont plutôt comprises entre 25 et 30km. Pauvres Pfadis.
Nous passons la journée à Belzig à organiser un grand jeu dans la ville pour le lendemain.
En fin d'après-midi, le jeu est a peu près prêt et Line nous rejoint. Nous nous mettons à la recherche d'un lieu pour dormir et sommes acceuillis par un vieux couple qui nous offrent un petit pavillon. Nous pouvons ainsi dormir au sec, pendant que dehors, un orage éclate.
Vers les 3h du matin, nous sommes réveillés en sursaut par un coup de fil d'un des groupe. Ils avaient plantés leur tentes dans un champ pour la nuit, ont été surpris par l'orage et se sont réfugié dans une grange. Mais la porte de la grange, très mauvaise, s'est décrochée de ses gongs et les jeunes sont morts de panique. Chtef-Chtef les calme comme il peut, et nous nous rendormons.

Le lendemain matin, les deux groupes arrivent à Belzig. L'incident de la nuit n'est plus qu'une bonne plaisanterie et le jeu peut commencer.
Mais nous sommes déjà samedi et à la veille de notre dernière étape. Il me faut quitter le groupe en milieu de matinée. Je reprends le trajet de 14km que j'avais fait le lundi, dans l'autre sens. Arrivée à Raben, je me délecte de remonter dans ma voiture et de me dire que je ne reporterai plus mon gros sac de tout le camp. Quel bonheur.
Après avoir fait des courses, et dit au revoir à Line, je retourne sur le lieu de camp où j'attends l'arrivée des deux autres chefs. Ils ont décidé de rejoindre Raben par le grand tour, qui fait 24km, et n'arrivent que le soir.

Le dimanche, les jeunes ne sont pas attendus avant 15h à Raben. Nous préparons quelques installations en les attendant. Ils rentrent ravis et épuisés, nous aident à finir les installations. A la fin de la journée, toutes les tentes sont montées et nous faisons un joyeux feu de camp où chacun raconte ses aventures.

Le lundi, toute la journée est dévolue à la préparation d'un concours cuisine. Celui-ci a lieu le soir.
Les pauvres chefs doivent manger trois repas d'affilés (avec chacun entre 4 et 5 plats), tellement délicieux qu'il est difficile (voire impossible) de se restreindre sur les quantités.
Une torture.

Le mardi, nous allons visiter Raben.
Le bourg de Raben n'est pas bien grand et pas bien impressionnant, même si son histoire est intéressante. Nous concluons la matinée par un tour dans la fauconnerie (une démonstration du fauconnier que j'ai trouvée passionnante, bien que très différente de ce à quoi nous nous attendions).
L'après-midi, nos Olympiades ont été interrompues par la pluie.
Nous avons passé notre dernière soirée à présenter des chansons et des scketchs élaborés pendant le camp et qui racontaient notre camp. Un scketch "Les parfaits Pfadis - Les Pfadis dans la réalité" à mourir de rire, une chanson retracant l'aventure de la grange avec des animations en papier, une autre chanson retracant les différentes étapes, et enfin une chanson des chefs (dont nous sommes très fiers), avant de partir sur une soirée "open end".
Pour ma part, je suis allée me coucher immédiatement, parce qu'une dure journée m'attendait.

Le mercredi, le démontage des tentes s'est tellement bien passé que Chtef-Chtef n'a pas pu piquer ses crises de colère habituelles de fin de camp. Tout le monde s'en est amusé, lui le premier.
J'ai enfourné une première voiture pleine à raz bord de matériel, et je suis partie en direction de Berlin.
Les jeunes et les deux autres chefs, pendant ce temps, faisaient à nouveau à pied le trajet jusqu'à la gare de Belzig (le seul bus reliant Raben à Belzig ne passe pas pendant les vacances scolaires).
Le temps de retourner sur Raben, de vider les toilettes (rôle qui m'était dévolu pendant le camp, car il fallait les amener en voiture au village d'à côté), de charger le reste du matériel (encore une voiture pleine à raz bord) et de revenir sur Berlin et on avait déjà dû renvoyé les jeunes chez eux. Je n'aurai donc pas été là pour les adieux mais tant pis.
Les chefs, eux, ne sont pas rentrés tout de suite. Il nous a fallu déchargé la voiture, ranger le matériel, étendre les tentes humides pour qu'elles sèchent. Entre temps, nous avions commandé une pizza que nous avons mangé tranquillement, histoire de nous dire adieu.

Bref, un camp vraiment chouette (qui ne m'a pas donné envie de partir faire Saint-Jacques de Compostelle, mais m'a bien donné envie de faire la même chose en solitaire - peut-être à Brandenbourg encore, mais cette fois-ci vers le nord, pourquoi pas?).

Maintenant, je me remets lentement de mes blessures et de ma fatigue. J'ai perdu deux kilos dans l'aventure, mais je me sens plus faible qu'allegée.
Et lundi, c'est déjà la rentrée scolaire...

lundi, 07 décembre 2009

Comment que ca va les scouts ?

Y'a Myrtille qui se plaind que je ne parle plus des scouts.

Elle a d'ailleurs tout à fait raison.

 

La fin de l'année scolaire a entraîné le départ des chefs francais (Line et Bob, Myrtille nous ayant quittés depuis février déjà).

Marcipoil s'est également volatilisé de manière quelque peu étrange. Je ne reviendrai pas sur son départ, parce qu'il est entouré d'un peu trop de mystères non-élucidés, mais Hercule Poirot est sur le coup (ou pas).

Et enfin, Fritz a pris sa retraite scoute, après plusieurs années de bons et loyaux services.

 

La nouvelle année a cependant amené son lot de nouveaux chefs francais.

Chaque année, c'est de pire en pire. Le groupe Sankt Otto commence à devenir une annexion francaise... A la dernière réunion-chefs, c'est bien simple, mon arrivée tardive a fait basculer la majorité du côté des francais.

Quatre nouveaux chefs francais, donc, parmi lesquels Gwladys et Barnabé que je kiffe d'amour (pas que j'aime pas les autres, mais j'ai peu eu l'occasion de faire leur connaissance). Et une nouvelle cheftaine allemande (mais francophile – il vaut mieux pour elle, cela dit).

 

Chez mes 13-16 ans, un peu de changement du côté des chefs donc, puisque si Chtef-Chtef et moi restons fidèles au poste, nous sommes maintenant rejoints par la nouvelle cheftaine allemande et Gwladys (youpi !).

 

Quant aux projets, il y en a à la pelle.

    • au niveau national : une grande „entreprise“ au niveau national de la tranche d'âge, qui consiste en ce que chaque unité monte un projet interculturel, entreprise à laquelle nous voulons absolument participer, et dont je vous donnerai donc surement des nouvelles

    • au niveau berlinois : un camp d'été qui commence déjà à se profiler à l'horizon

    • au niveau franco-allemand : notre unité jumelée du camp de l'été dernier (un groupe de pionniers de Mitry) souhaite venir passer une semaine à Berlin en avril

    • en ce qui me concerne : je suis en pleine formation „Cham“ (qui bien sûr ne s'appelle pas Cham en Allemagne, et ne correspond pas tout à fait à un Cham, sinon ce serait trop simple...) ; j'ai passé ma semaine de formation en avril dernier, et je dois maintenant faire quelques „exercices pratiques“ (dont mes pauvres Pfadis font en ce moment les frais) avant mon week-end d'évaluation qui aura lieu en mars prochain

Vous rajoutez à cela les fêtes de Noel habituelles, les innombrables réunions chefs en tous genres, les actions diverses et les imprévus, et vous avez déjà un emploi du temps bien rempli...

C'est pas encore cette année qu'on va s'ennuyer.

mardi, 25 août 2009

Soirée d'adieux

Nous sommes fin juillet, je ne sais plus exactement quel soir, et le groupe scout (+ des amis de Line) se retrouve pour une grande soirée d'adieux.

Il s'agit d'une part de faire nos adieux à Julie. Elle ne continuera plus l'année prochaine, ayant du mal à combiner sa vie de jeune maman, ses études ET les scouts.
Elle a l'air vachement contente de sa jolie fleur cadeau-souvenir.

Jule.JPG

On se fait de gentils bisous pour oublier les conditions de son départ, qui ont fait grincer quelques dents (les miennes, notamment).

C'est aussi l'occasion de faire nos adieux à Line, puisque ce sera la dernière fois que nous nous verrons tous ensemble avant son départ. Et oui, l'année Erasmus est terminée et il est temps pour elle de retourner à Grenoble.
(Et on dit tous "bonjouuuur Line", parce qu'elle fait maintenant partie des lecteurs assidus de ce blog)

Line.JPG

Vous noterez que j'étreine à l'occasion une toute nouvelle veste qui me va à ravir, n'est-il pas ?

Veste.JPG
(comment je joue ma star...)

Je tiens à vous présenter au passage le fameux litre de bière. Un truc d'allemands, vous vous en doutez bien.
Bière.JPG

vendredi, 19 juin 2009

Le week-end peut (bientôt) commencer

jeudi, 14h : Chtef-Chtef a bien été envoyé vers le train qui l'emmène en Pologne. Les clés de sont apparts sont bien en ma possession et l'appart est bien prêt à accueillir ses nouveaux habitants.

jeudi, 15h30 : Le programme du week-end a bien été repassé, et la to-do-liste des choses indispensables à faire avant demain après-midi est complète (- je l'espère - et longue - indéniablement -).

jeudi, 22h : Après 3h de course incessante en cadie avec Marcipoil, aller-retour entre les divers magasins et la paroisse, toute les courses nécessaires sont bien faites.

jeudi vendredi, 1h : Les deux chefs francais sont bien arrivés dans l'appartement de Chtef-Chtef, les clefs remises et toutes les instructions relatives à l'arrosage des plantes vertes données.

vendredi, 12h30 : Les affiches présentant les différents points du programme sont prêtes, toutes les photocopies nécessaires faites, et j'ai même choisi comment j'allais m'habiller.

samedi, 13 juin 2009

Jeudi chargé

Je recois mercredi un message de Chtef-Chtef:

Salut Lodi,
Tu veux pas me filer un coup de main demain? Il faut aider Barbour à midi à finir son déménagement, il faut aller faire acte de présence à la Fête de Prie-Dieu à 18h parce que sinon Ali sera tout seul, et après on a RDV à 20h avec Nina.
Tu viens? Dis? Sinon je suis tout seul.
Ton chef de groupe préféré.

Ce qui résume en fait assez bien ma journée de jeudi dernier.
(Ben oui, hein, si c'est mon chef de groupe préféré qui demande...)

Il faut rajouter comme info pour les non-initiés (c'est à dire tous les lecteurs francophones de ce blog):
- que Barbour est notre organisateur de voyage attitré, celui qui nous a concocté le génial programme de notre camp en Israel l'an dernier ; le mercredi de la semaine précédente, j'avais aidé à son déménagement avec Chtef-Chtef et Baloo, mais il restait encore plein de bazard dans la cave
- que Ali est le commissaire général des scouts de Berlin, et à ses heures perdues le méchant Prince Ali qui essaye d'empoisonner Fiona (cf: notre dernier week-end territorial)
- que Nina est une potentielle nouvelle cheftaine qui avait "oublié qu'on avait RDV" y'a un mois, nous laissant en plan Michi et moi

Le déménagement s'est bien passé. J'ai même récupéré du tissus pour faire des torches.

La fête de Prie-Dieu, le hic, ca a été la messe dehors.
Sachant qu'il fait un temps de chien en ce moment. J'ai eu l'immense honneur de porter le fanion de la DPSG pendant la messe (sous la pluie, avec le mat mouillé qui me glissait entre les mains pendant que je devait incliner le drapeau pendant l'adoration...).
Pour vous faire une idée: quelques photos de la Fête de Prie-Dieu de l'an dernier (ou apparement il ont eu beau temps!)
Et qu'il a fallu que je me change DEHORS entre deux bennes à ordures...

... pour arriver à temps au RDV avec Nina... qui n'est pas venue. Elle "avait oublié qu'on avait RDV".
On s'en fous d'abord, on a pu rentrer plus tôt chez nous après s'être pris un bon bagel puis un cocktail Chtef-Chtef et moi.

Et vous, la Prie-Dieu, c'était comment?

mardi, 02 juin 2009

Nouvelles nouvelles

Je n'ai pas eu le temps de donner beaucoup de nouvelles ce temps-ci, mais il faut dire que les dernières semaines étaient très très scoutes...

Dès mon retour de France, j'ai pris en cours la semaine de Spätschicht, c'est à dire la semaine de vie en commun, chefs et enfants se retrouvant au local après l'école, la fac ou le travail (un peu comme si on était tous une grande famille... avec trois papas et une maman (et oui, la maman c'est moi !) et quinze gosses, sauf que c'est les gosses qui font les courses, la cuisine et le ménage :p).

Nous n'avons malheureusement pas réussi à utiliser les Spätschicht pour atteindre notre vrai objectif: créer des petits groupes au sein de la troupe, et pour moi accessoirement valider ainsi mon WBK (le BAFD version allemande, dont j'ai passé la première partie théorique y'a un ou deux mois... et oui, je sais, je l'ai pas raconté).
En compensation, les gosses ont pu mieux se connaître et bien s'amuser, et c'était une chouette façon de faire nos "adieux" à Michi. Car oui, c'est ainsi et c'est très triste mais le trio Chtef-Chtef/Michi/Lodi n'est plus. Le Triumvira est mort, vive le Triumvira ! Désormais, à la tête des 13-16 ans, c'est Chtef-Chtef/Marcipoil/Lodi (voui, ça y est, j'ai un nom pour le nouveau... me demandez pas d'où me sort ce speudo bidon, ça m'est passé par la tête y'a 5mn et ça s'est imposé direct).

Ce week-end avait lieu un grand évènement : un grand rassemblement de tous les scouts de Berlin.
280 gosses, le plus grand rassemblement de l'Histoire à ce qu'il paraît. Et St Otto formait le plus gros contingent (youpi ! on et les plus nombreux, les meilleurs et les plus beaux !).
Nous avons donc délivré Fiona (mais si, la copine de Shrek) des griffes du méchant roi Ali... Et votre humble narratrice était Blanche Neige. En personne. Mais si mais si.

Et puis maintenant ?
Et bien je suis recouverte de plaques rouges (les moustiques avaient un grand faible pour Blanche Neige, ces petits vilains...), et j'ai le nez tout rouge (mais le reste du visage bronzé... y paraît que ça va faire joli). J'ai aussi commencé à faire un peu de sport, enfin, ce matin j'ai enfilé mes basquets et mon walkman pour un (micro) footing.
Et surtout je suis à fond motivée pour faire mon camp cet été. Et pourquoi pas un autre camp ? Ou deux ? Non ?

mardi, 10 mars 2009

Week-end de mars (3)

Grand moment du week-end de mars, en fait LA raison essentielle pour laquelle on organise en Allemagne un grand week-end de groupe au milieu de l'année : les montées (et les remises de foulards, éventuellement).

DSC01298.JPG

C'est une jolie cérémonie, qui a lieu en France seulement une fois par an en septembre.
Ici, les unités changent donc deux fois par an, pour que ceux qui viennent de faire 10, 13 ou 16 ans montent dans l'unité au-dessus.
En France, les montées sont assez informelles, mais donnent lieu à une super petite fête ou les parents sont invités. Les enfants qui montent ont des petites épreuves à remplir, le tout intégré dans un immaginaire, et on passe un chouette après-midi.
Ici, en Allemagne, les montées sont une cérémonie à part entière, comme les Promesses. Cela tient sans doute au fait que la tranche d'âge est symbolisée par une couleur de foulard et à la grande importance que tient le foulard chez les scouts allemands. Et donc, quitter un foulard pour en recevoir un autre entraîne tout un ritual.

Les enfants commencent par dire au revoir à leurs chefs qui leur ôtent leur foulard. Chaque chef dit un petit mot d'adieu à l'enfant.
Puis celui-ci est accueilli par les chefs de l'unité au-dessus qui lui remettent un foulard. Chaque chef dit alors un mot d'acceuil à l'enfant.

Personnellement, c'est cette deuxième étape la plus difficile. Il faut faire un mini discours improvisé et surtout personnalisé, pour un enfant qu'on ne connaît pas encore, ou vaguement. Le tout en allemand. Sans dire de truc idiot.
Non, sincèrement, six d'un coup, c'est difficile.

 

DSC01299.JPG

Vous pouvez admirer dans les mains de Baloo les magnifiques torches faites maison (technique importée de France ^^). Cétait la première fois que les jeunes faisaient des torches, ils étaient tout fiers.

Enfin, la petite surprise à la fin de la cérémonie a été la remise de foulard à Bob.
Myrtille a aussi eu droit à la sienne, lors du week-end chef il y a deux semaines.
(Et moi, ouh, c'était y'a longtemps maintenant, et ça avait été aussi une surprise ^^)

DSC01301.JPG

Week-end de mars (2)

Quelques photos des enfants durant la veillée de samedi soir.
Parce qu'on fait ça pour eux, et qu'on les adore !

Voici les Rovers, les plus grands.

DSC01088.JPG
DSC01103.JPG

Les deux garçons venaient de monter la veille au soir. C'est à dire que jusqu'à 24h auparavant, ça avait été "mes" mecs. Mais ça grandit, ces petites bêtes-là, et il faut bien leur dire bon vent un jour.
Cela dit, ce n'est qu'un demi-aurevoir, les deux font partie de l'équipe de préparation à la Confirmation. ^^

Voici les Pfadis. MES Pfadis.

DSC01155.JPG

DSC01162.JPG

Rien à dire sur eux, si ce n'est que je les adore. Ils sont feignassous, et leur spectacle ressemblait à rien, mais je les adore.
Et aussi que je ne sais pas comment j'arriverai à survivre le jour où Idalein (tout à gauche) va partir.

Voici les Jufis.

DSC01203.JPG
DSC01210.JPG

Il y avait une chouette troupe de Jufis, c'est le moins qu'on puisse dire. Les p'tits mecs avaient vraiment la pêche.
Heureusement, lors des montées, on en a récupéré 6 là-dedans, et j'ai hâte de les voir grandir. Y sont tous super.

Pas de photo des tout petits, parce que malheureusement, ils faisaient un spectacle de marionettes et ils n'ont donc pas été pris en photos.

Par contre, quoi de plus adorable que de voir la cheftaine Julie s'amuser comme une folle devant les aventures de Harry Potter et de la fée...

DSC01266.JPG

En tous cas un immense MERCI à Pincho qui était là et a pris les photos avec son super appareil qui tue la mort.

Week-end de mars (1)

En fait, c'est excessivement simple.

 

DSC01252.JPG

La fée Rien a volé la baguette magique d'Harry Potter, que les enfants ont découvert en train de lui courir après pour la capturer. En fait, la fée avait cassé sa baguette et c'est pour ça qu'elle a volé une en état de marche, mais tout le brouhaha a réveillé Gandalf qui passait des vacances chez Harry Potter, et est d'accord pour fabriquer une potion magique qui réparera la baguette de Rien, mais a besoin de beaucoup d'ingrédients que les enfants vont devoir rassembler. C'est sans compter sur la mauvaise humeur de Harry Potter qui refusera d'abord de prêter sa baguette pour préparer la potion magique, alors que les enfants avaient bravement réussi à acheter à la sorcière roumaine tous les ustensiles nécessaires.
Heureusement, à la fin, on a réussi à divertir Harry Potter, à rassembler tous les ingrédients, et la potion magique a fonctionné.
Ouf.

 

DSC01269.JPG

Puisque je vous disais que c'est simple.

 

DSC01072.JPG
DSC01073.JPG
DSC01076.JPG

(et pour se maquiller, on fait avec ce qu'on a sous la main... on est scout ou on l'est pas...)