Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 avril 2020

I need a day off!

Je vous écrit un lundi soir. Et devinez quoi ? Demain je vais me prendre une journée off !

YOUPI !

Dans l'expectative de cette journée off, j'ai passé une excellente journée. A chaque fois que j'allais me mettre à chouiner, je pensais à cette journée off demain et tout semblait plus léger et plus facile !
J'ai déjà un plan merveilleux pour cette journée dans ma tête : Je vais faire une lessive, lire un article scientifique, compiler mes modèles statistiques, répondre à mes mails, assister à ma réunion de 16h... Ah ! Une bonne journée de repos en perspective !

phd120715s.gif

(Blague à part: j'ai AUSSI prévu de regarder un film et manger des chips)

Voici des nouvelles de l'avancement :

2020-04-27.jpeg

Vous avez vu ? Comment ça, "quoi ?", mais cette incroyable remontée de la courbe, là, le petit machin qui rebique sur la fin ! J'ai adopté une méthode super géniale pour être plus productive : au lieu de râler et de geindre du lever au coucher, je continue de râler et de geindre MAIS sans dormir ! Ha ha, c'est super efficace !
Sur ces derniers jours, j'ai écrit le plus gros de ma 3ème partie, c'est à dire (presque) toutes mes expériences : description des phrases testées, du déroulement, exposition des résultats (j'ai refait TOUTES mes stats, c'était à la fois merveilleux et attroce). Il me manque à ajouter deux expériences un peu à part et à écrire l'intro, la méthodo, une conclusion, et tout ce qui servira à relier les chapitres entre eux (une pacotille, donc).
Je n'ai pas atteint les 100 000 mots encore, mais j'ai dépassé les 200 pages. Je pense que mon impression de départ que ma thèse devrait faire dans les 300 pages se confirme, je pense donc être en réalité au tiers de la thèse en terme de volume écrit. Mon estimation que 300 pages représentent à peu près 150 000 mots doit être un peu surévaluée, donc je ne suis sans doute pas aussi en retard sur le planning que la courbe le laisse croire. Mais je suis en retard quand même, hein, faut pas rêver. De merveilleuses journées de travail intensif m'attendent.

Pendant ce temps mon directeur de thèse m'a confirmé que, oui oui, il allait bientôt lire la partie que je lui ai envoyée en février.
Mais le problème, ce n'est même pas ça. Non, le problème, ce sont ces deux articles que je dois écrire dans les prochains mois. A côté de la thèse, évidemment. "Oh, de toute façon tu dois traiter ce point dans ta thèse, ça te demande pas beaucoup plus de travail." (dixit ma directrice de thèse)

Mais qui sont ces gens qui s'ennuient en confinement ? Qui ? Dénoncez-les !