Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 avril 2016

C'est lundi...

Qu'est-ce que tu as lu ces dernières semaines ?

 Strate à gemmes, Terry Pratchett

Le livre a été écrit bien avant que l'auteur ne se lance dans les Annales du Disque-Monde. On est dans un univers plus de science-fiction classique... du moins au début. Car très vite va apparaître une planète plate, portée par des éléphants et dans laquelle la magie semble défier les lois de la physique. Bref, on est sur le Disque-Monde avant que le Disque-Monde ne prenne encore vraiment forme dans l'imagination de Terry Pratchett. Un pré-Disque-Monde. Du coup, le dépaysement n'est pas bien grand, et le mélange entre SF avec des vaisseaux spatiaux et des extra-terrestre et fantasy un peu déroutant.
J'ai évidemment eu un coup de cœur pour la shandie linguiste, extraterrestre monstrueux et hyper-pacifique qui devient fou au bout de quelques heures sans manger. (c'était pas possible que je ne sois pas fan du concept)

De bons présages, Terry Pratchett et Neil Gaiman

J'avoue n'avoir eu aucune idée avant de commencer ce livre de l’œuvre de Neil Gaiman, mais je suppose qu'il a réussi justement à apporter ce petit quelque chose qui me manquait toujours chez Terry Pratchett. Peut-être parce que l'univers est cette fois-ci complètement différent (pour de vrai, pas de Disque-Monde caché dans un coin, même si les 4 cavaliers de l'Apocalypse sont des personnages récurrents des Annales) mais De bons présages est de loin mon Terry Pratchett préféré !
On y suit la naissance de l'Antéchrist, l'arrivée de la fin des temps et des cavaliers de l'Apocalypse. Les deux personnages les plus sympathiques sont l'ange Aziraphale (qui était l'ange du jardin d'Eden et tient maintenant une librairie de livres ésotériques) et le démon  Rampa (qui était le serpent qui poussa Eve à manger la pomme et est à l'origine des bouchons sur l'autoroute à la sortie du travail), plus amis qu'ennemis, et qui aimeraient bien retarder un peu l'heure du Jugement dernier, la vie sur Terre au milieu des humains leur plaisant finalement assez bien.
Un gros coup de cœur que ce livre. Si je n'avais qu'un seul Terry Pratchett à recommander, ça serait celui-là.

Sorceleur, tome 3 : Le sang des elfes, Andrzej Sapkowski
Sorceleur, tome 4 : Le temps du mépris, Andrzej Sapkowski
Sorceleur, tome 5 : Le baptême du feu, Andrzej Sapkowski
Sorceleur, tome 6 : La tour de l'hirondelle, Andrzej Sapkowski

Je vous avais prévenu la dernière fois : monomaniaquerie aiguë.

La saga évolue beaucoup au cours du temps. Le premier tome était plus une série de tableaux qui posait un univers, nous montrait le quotidien d'un sorceleur, tout en jouant avec des références littéraires évidentes, introduisait des personnages...
Dès le deuxième tome, les bases de l'intrigue politique sont posées. C'est cette intrigue politique qui va devenir le moteur principal de l'action.
Dans les tomes 3 et 4, le personnage féminin de Ciri s'impose de plus en plus et le roman prend les accents d'un roman initiatique. Dans les tomes 5 et 6, le sorceleur devient presque secondaire, et Ciri est au centre de l'histoire. Je trouve ça presque dommage, parce que j'aime beaucoup Geralt (sans doute parce que dans le jeu vidéo, c'est lui qu'incarne le joueur du début à la fin, ne prenant que très rarement le contrôle de Ciri lors de flash-backs). J'aurais aimé que le personnage soit plus fouillé.

CWhfdDjUwAIKH3w.jpg

L'extrait suivant se trouve dans le tome 4. L'empire du sud, le Nilfgaard a lancé une attaque contre les royaumes du nord limitrophes. Dans un des royaumes les plus au nord, Kaedwen, on s'aprête à une grande guerre contre le Nilfgaard.

Obligation pour nous d'être postés le long de la rivière Dyfna dans trois jours. Je répète, dans trois jours ; ça veut dire qu'on va y aller au pas de course. Et pas question de faire un seul pas au-delà de la rivière Dyfna. L'ordre est formel. Les Nilfgaardiens vont vite se montrer sur l'autre rive. Mais attention : pas de bataille. En aucune façon, compris ? Même s'ils essayent de franchir la rivière quelque part, vous vous contentez de vous montrer, vous leur faites voir nos emblèmes, pour qu'ils voient que c'est nous, l'armée de Kaedwen.
Dans la tente, le silence régnait toujours.
- Comment ça ? bredouilla enfin Bode. On ne doit pas se battre contre les Nilfgaardiens ? On va à la guerre ou pas ? Qu'est-ce que ça veut dire, monsieur le centenier ?
- Ce sont les ordres. On va pas à la guerre, on va juste... (Demipot se gratta le cou) juste apporter une aide fraternelle. On traverse la frontière pour assurer une protection aux gens du Haut-Aedirn... Oubliez ce que je viens de dire... Pas du Haut-Aedirn, mais de la Basse-Marchie. C'est ainsi qu'a parlé Sa Grâce le margrave Mansfeld. C'est comme ça, sermonna-t-il, Demawend a essuyé une défaite, il s'est planté, il s'est étalé de tout son long parce qu'il gouvernait mal et qu'il en avait rien à foutre de la politique. C'en est donc fini de lui et de tout le royaume d'Aedirn. Notre roi a prêté beaucoup d'argent à Demawend, parce qu'il l'avait aidé par le passé. Aujourd'hui, y faut pas abandonner un tel trésor ; il est temps de récupérer cet argent avec un pourcentage. Nous ne pouvons pas non plus permettre que nos pays et nos frères de Basse-Marchie soient faits prisonniers par Nilfgaard. Nous devons les libérer. Parce que la Basse-Marchie, c'est notre terre ancestrale, autrefois sous l'autorité du sceptre de Kaedwen. Et aujourd'hui, elles reviennent à Kaedwen.
[...]
- Monsieur le centenier, commença Zyvik en bégayant, qu'est-ce qui va se passer si... si l'armée d'Aedirn oppose une résistance ? Si elle nous barre la route ? Parce qu'on va tout de même traverser leur pays en armes...
- Et si nos pays et nos frères, souligna ironiquement Stahler, ceux qu'on doit comme qui dirait libérer... s'ils se mettaient à nous lancer des flèches et à nous jeter des pierres, hein ?
- Nous devons nous tenir le long de la Dyfna dans trois jours, dit avec insistance Demipot. Pas plus tard. Quiconque voudrait nous retarder ou nous arrêter serait, de toute évidence, un ennemi. Et les ennemis, il faut les abattre avec nos épées. Mais attention, prenez garde ! Suivez les ordres ! Ne brûlez pas les villages ni les bicoques, ne prenez pas leurs biens aux gens, ne pillez pas, ne violez pas les femmes ! Tenez-vous-le pour dit, vous et vos soldats, parce que celui qui désobéira à ces ordres ira à l'échafaud.
Le voivode l'a répété au moins une dizaine de fois : on ne va pas là-bas pour envahir le pays, putain, mais pour apporter une aide fraternelle ! Qu'est-ce que tu as à grincer des dents, Stahler ? C'est un ordre, crénom d'un chien !

Qu'est-ce que tu as vu ces dernières semaines ?

Nahid (Ida Panahandah, 2015)

C'est le film iranien dont on a un peu entendu parler ces derniers temps, fait déjà assez rare pour être noté. Je suis allée le voir, surtout pour entendre un peu de farsi et voir ce qui se fait dans le cinéma iranien "exportable".
Comme je m'y attendais, c'était assez déprimant. On nous y raconte l'histoire d'une femme divorcée qui tombe amoureuse d'un homme, mais ne peut pas l'épouser car elle n'a obtenu la garde de son fils que sous condition de ne pas se remarier. Beaucoup d'aspects de la vie courante iranienne sont abordés discrètement : la drogue (un énorme problème en Iran), la violence conjugale, les deux classes de la société iranienne (la classe moyenne aisée et progressiste et la classe démunie dévote et réactionnaire : c'était aussi un des grand thèmes de La séparation), la femme entretenue par son mari, l'enfant unique roi... Pour quelqu'un qui ne connaîtrait pas l'Iran, ça vaut vraiment le coup. Mais ca ne vous rendra pas heureux et guilleret pour le reste de la journée !
Dans le même genre, j'ai quand même préféré La séparation. C'était beaucoup plus prenant.

Das Leben der Anderen (La vie des autres, Florian Henckel von Donnersmarck, 2006)

Un grand classique, je ne l'avais pas revu depuis un moment. Un joli mélange de conte et de reconstitution historico-politique très réaliste. C'est une grande réussite. Ulrich Mühe est vraiment formidable (et quel dommage qu'il soit mort si peu de temps après).

Oh, et puis voir un bon film dans Berlin, ça fait toujours plaisir.

Commentaires

Ohlala cet extrait du Sorceleur ça m'a pas du tout passionnée...

Je me note "De bons présages" (même si je n'ai pas encore de déclic Gaiman).

Sinon, RIEN A VOIR, mais le titre en français c'est "une séparation" mais je sais pas si c'est important que ce soit "une" et pas "la" (enfin je suppose que pour une linguiste, c'est important ^^').

Écrit par : Winnie | mardi, 12 avril 2016

Ah pardon, je l'ai cité de tête, j'aurais dû vérifier, je vais corriger ca !

Écrit par : Lodi | mercredi, 13 avril 2016

Est-ce que la liste de livres sur le côté est à jour ? (disons est-ce vraiment des livres que tu n'as pas encore ou la liste des livres que tu veux lire mais que tu as déjà?) (je vais essayer de t'en trouver 4 ou 5 en compensation des livres que tu me donnes à vendre à chaque fois)

Écrit par : Ingrid | lundi, 18 avril 2016

maman ???
- L'alchimiste, Coelho
- Le pain noir, Clancier
* Jean le Bleu, Giono
* Le Hussard sur le toit, Giono

Écrit par : Ingrid | lundi, 18 avril 2016

j'ai mis de côté Lolita et Le mec de la tombe d'à côté

Écrit par : Ingrid | lundi, 18 avril 2016

Oui, j'essaye de garder la liste mise à jour (je l'utilise moi-même en aide-mémoire). Les livres marqués d'un astérisque sont ceux que je peux récupérer en bibliothèque, les autres ceux auxquels je n'ai pas accès.

Écrit par : Lodi | samedi, 23 avril 2016

les livres que tu cites Ingrid : oui je les ai, pourquoi ?

Écrit par : Maman | mardi, 26 avril 2016

parce qu'ils sont dans la liste des livres qu'Elodie a envie de lire ! Je ne sais pas s'ils ont un astérisque ou pas.

Écrit par : saremma | mardi, 26 avril 2016

Je t'ai pris "Une vie de pintade à Berlin" (ça m'inspirait !!).

Écrit par : Ingrid | dimanche, 01 mai 2016

et "C'était notre terre, Belezi"

Écrit par : Ingrid | dimanche, 01 mai 2016

Merci Ingrid, c'est trop gentil ! Mais tu sais, les livres à vendre, tu me rends service en t'en occupant, donc il n'y a vraiment pas de quoi vouloir compenser !

Écrit par : Lodi | lundi, 02 mai 2016

Non mais je fais ça tout le temps ! Dès que je vends je rachète un truc pour moi avec la vente. Alors de temps en temps ça sera pour toi (je ne te dis pas que je compense centime à centime ce que tu as donné)

Écrit par : saremma | lundi, 02 mai 2016

Les commentaires sont fermés.