Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 22 juin 2014

Demain, lundi, 7h30

Panic.gif
Demain matin, à 7h30, le réveil sonnera et une nouvelle semaine de travail commencera.

Un étrange mélange d'excitation et de panique. L'excitation après ce week-end vide de me remettre en mouvement, pleine de nouvelles idées piochées ce week-end sans même le vouloir sur internet, avec (comme à peu près toutes les semaines) en tête une nouvelle réorganisation totale de mes journées qui va me permettre d'être bien plus productive, c'est sûr (ma nouvelle idée est de bloquer mes mails et toute autre activité procrastinante entre 9h et 16h... j'ai déjà des doutes avant même de commencer). La panique devant l'immensité des choses inscrites sur ma to-do-list, qui ne sont pas même un centième de ce que je devrais déjà avoir fait depuis au bas mot décembre dernier.

Je me sens complètement perdue dans mon travail, je ne sais ni où je vais ni comment je dois y aller. J'aurais envie de dire que je me sens assez mal encadrée dans ma recherche, mais j'ai bien conscience que c'est mon amour immodéré pour Konfus qui me ferait dire cela. La vérité est que je ne suis pas du tout encadrée, que je m'épuise à essayer de réinventer la poudre pour la moindre de mes tâches. Il me manque à peu près tout : la méthodologie, l'organisation, un plan.Il ne me manque pas absolument tout, j'ai pour moi la motivation, l'envie de faire ce que j'ai à faire et l'amour vraiment de ce que je fais. Et quelques compétences que je me découvre parfois au hasard d'une discussion avec des étudiants moins avancés que moi.Le colloque de doctorants, censé servir à poser ce genre de questions, est terminé. La dernière séance aurait dû avoir lieu mardi prochain, Tonio a dû annuler, et le calendrier de fin de semestre a imposé sa loi : aucune semaine de libre avant la fin du semestre. La prochaine entrevue sérieuse n'aura donc pas lieu avant octobre prochain.
Alors que faire ? Je sais bien que je vais finir ce semestre, que mes cours seront prêts, mes étudiants encadrés à peu près comme il faut. Mais en octobre, je sais d'avance que je regarderai en arrière et que je dirais "je n'ai rien fait", même en me levant tous les jours à 7h30 et en travaillant tous les jours jusqu'au soir. Cela m'épuise d'avance, à vous dire la vérité.

Commentaires

Je vois exactement ce que tu veux dire. J'ai trop de mal à organiser mes journées correctement et à surtout suivre ce que j'avais prévu.

Je pense qu'il faut essayer de trouver ton rythme. Une fois que tu auras trouvé tes habitudes, ça ira mieux.

Je te souhaite bon courage dans cette nouvelle aventure. :)

Écrit par : Pincho | mardi, 24 juin 2014

Les commentaires sont fermés.