Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 17 février 2014

C'est lundi...

Qu'est-ce que j'ai lu ces trois dernières semaines ?

Tokyo Sisters. Dans l'intimité des femmes japonaises, Raphaelle Choel et Julie Rovéro-Carrez

Le Voyage d'hiver, Amélie Nothomb

Je pensais vraiment ne pas avoir lus les derniers Nothomb. Mais en fait, Le fait du princeLe voyage d'hiver et Une forme de vie, je les ai déjà lus, c'est indéniable. Je n'ai pas été mécontente de relire Le voyage d'hiver, qui est vraiment pas mal du tout. Disons qu'on y retrouve des échos de Antéchrista et de Les Catilinaires, qui comptent parmi les meilleurs qu'elle ait jamais faits. On y retrouve surtout l'obsession du froid d'Amélie Nothomb qui rend son imaginaire si... bizarre.

Le passage que je vous propose ne le montre pas bien. Mais il était tellement Antéchrista que j'en ai été ravie.

Par ailleurs, j'étais comme les autres : j'aimais les personnalités charismatiques. Quand Fred Warnus ou Steve Caravan parlaient, j'étais sous le charme. J'aurais été incapable d'expliquer leur séduction, mais je la subissais avec enthousiasme. Je savais que ce mystère me dépassait.
En Europe occidentale, nous n'avons pas vécu de guerre depuis longtemps. Les générations en temps de paix prolongée ont d'autres manières d'accuser les moissons de la Grande Faucheuse. Chaque année, on ajoute d'innombrables noms à la stèle des victimes que la médiocrité a eues. Il convient de leur laisser le bénéfice du doute : elles ne se sont pas dérobées au combat, ce ne sont pas des déserteurs, certaines même, à quinze ans, étaient des dieux vivants. Le terme ne dépasse pas ma pensée : quand un adolescent monte au front, il offre le plus éblouissant des spectacles. Warnus et Caravan crépitaient d'une sorte de feu sacré.
À dix-huit ans, Warnus a été fauché : il est entré à l'université et, du jour au lendemain, le brillant esprit a rabâché les slogans éculés de tel ou tel professeur. Caravan a tenu plus longtemps : parti à La Nouvelle-Orléans pour se former auprès des meilleurs musiciens de blues, il promettait. je l'avais entendu jouer, j'en avais eu la chair de poule. Vers l'âge de trente ans, je l'ai croisé au supermarché ; son caddy regorgeait de bières. Il m'a dit sans honte que le blues, il en avait jusque-là, et qu'il n'était pas mécontent d'avoir été "rattrapé par le principe de réalité". Je n'ai pas osé lui demander si c'était ainsi qu'il appelait les packs de bière.

Une forme de vie, Amélie Nothomb

C'était bien mieux que dans mes souvenirs. De toutes facons, je n'aime jamais tant Amélie Nothomb que quand elle parle de TAC.

- N'importe qui peut faire la grève de la faim, a répondu cette âme simple.
- Déjà, je ne pense pas que n'importe qui peut le faire. Mais surtout pas nous. Tu ne vois en nous que des hommes aux réserves énormes. La vérité, c'est que nous sommes les pires junkies de la terre. La bouffe à haute dose, c'est une drogue plus dure que l'héroine. Bâfrer, c'est le shoot assuré, on a des sensations pas croyables, des pensées indescriptibles. Une grêve de la faim équivaut pour nous à une désintoxication gravissime, comme ces camés à l'heroine qu'il faut enfermer. Nous, le cachot n'y suffirait pas. Il n'y aurait qu'un seul moyen de nous empêcher de manger : la camisole de force. Mais je ne pense pas qu'il en existe de notre taille.
- Gandhi, lui..., a commencé le cuistot.
- Arrête. Les probabilités que Bozo devienne Gandhi, tu sais combien il y en a ? Zéro. Et mes potes et moi, pareil. Exiger de nous que nous soyons des saints, c'est dégueulasse. Tu ne risques pas non plus d'en devenir un, alors pourquoi l'attendre de nous ?

Vanity Fair (La foire aux vanités), William Makepeace

Le Journal de Pavlik Dolski, Alexeï Apoukhtine

L'Enfant-étoile, Oscar Wilde

Le Portrait, Nicolas Gogol

Qu'est-ce que je suis en train de lire ?

Bhakti - Der Wandel im Herzen ("Bhakti - Le changement à l'intérieur du coeur"), His Divine Grace A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupâda

Moby Dick, Melville

Qu'est-ce que j'ai vu ces trois dernières semaines ?

Berlinale, Berlinale...
Mon verdict personnel des trois meilleurs films (parmi ceux que j'ai vus, ca va sans dire):
- The Midnight After
- Asabâni nistam
- Na kethese ke na kitas
Et aussi une mention de super surprise pour Iranien !

The Midnight After (Fruit Chan, 2014)

La bande annonce du film (qu'on peut regarder sans problème, rien d'horrible à l'écran) qui est pas mal réussie, même si on ne devine rien de l'humour du film.


podcast

Un de mes TOP FILMS BERLINALE 2014 !

Un réalisateur à suivre absolument.

Gui Ri Zi (Shadow Days) (Zhao Dayong, 2014)
podcast

Asabâni nistam (Reza Dormishian, 2014)

220px-I%27m_Not_Angry!_film.jpg

podcast

Un de mes TOP FILMS BERLINALE 2014 !

Et une victoire personnelle en faisant la queue. Je me suis trouvée première de la queue (parce que mon film précédent se terminait au même endroit) et un couple qui parlait persan est arrivé un peu paumé. J'ai réussi à leur dire que Asabâni nistam c'était bien ici, et qu'ils devaient se mettre dans la queue par là-bas. Très très fière de moi :)
(Sauf qu'ils parlaient en fait parfaitement allemand, donc ça ne servait à rien de me casser la tête à leur parler perse, mais enfin...)

Yves Saint Laurent (Jalil Lespert,2014)


podcast
Je pense que j'ai passé mon temps à parler de choses "innovatives". On dit pas "innovatif". Mais j'avais oublié.

Der Anständige (The Decent One) (Vanessa Lapa, 2014)
podcast

Yoru no henrin (The Shape of Night) (Noboru Nakamura, 1964)
podcast

Une seule image trouvable de ce film sur internet (que fait la police ?), issue du générique :

CHRENETVGB49606.jpg

20,000 Days on Earth (Iain Forsyth et Jane Pollard, 2014)
podcast

Nick Cave and the Bad Seeds se sont donc créé dans les années 80. Super bien préparée que je suis, ça se voit, non ?

Et à la place de la bande-annonce qui est très ennuyante, à l'intention de ceux qui ne connaissent pas Nick Cave (ohhhhhhh !), la seule chanson dont vous avez peut-être pu entendre parler...

Iranien (Mehran Tamadon, 2014)
podcast

CHAPEAU AU RÉALISATEUR !

Bon, il y avait bien 4 mollâs... mais y'en a un qui parle tellement peu que je l'avais oublié (et un qui monopolise la parole aussi, celui-là je suis pas prête de l'oublier...)
Vous avez un mini-micro extrait du film ici.
Le réalisateur étant français, y'a une petite chance d'arriver à se le procurer un jour.

Is the man who is tall happy ? (Michel Gondry, 2014)
podcast

Pierrot Lunaire (Bruce LaBruce, 2014)

Bruuuuuuuuuuuce !!!!
podcast

Et petite victoire, Pierrot Lunaire a gagné le TEDDY AWARD 2014 !
(le Teddy Award étant une sorte de prix indépendant du meilleur film homosexuel-et-assimilés de la Berlinale)
Bruuuuuuuce, t'es le meilleur !

L'actrice s'appelle Susanne Sachsse.

(Je vous épargne des images du film, mais si vous voulez écouter cette musique heu... magnifique... vous pouvez ici par exemple. Et si vous voulez voir un mini-passage du spectacle sur lequel est basé le film, c'est ici, mais faites pas genre que je vous avais pas prévenus...)

Nagima (Zhanna Issabayeva, 2014)
podcast

Fucking Different XXY (Collectif, 2014)
podcast

Je peux pas vous passer d'image du film, mais à la place, une chanson de Prinzessin Hans :

Na kathese ke na kitas (Standing aside, watching) (Yorgos Servetas, 2014)


podcast
Un de mes TOP FILMS BERLINALE 2014 !

Difret (Zeresenay Berhabe Mehari, 2014)
podcast

"Abduction" est donc un enlèvement, tout simplement. (on aura au moins appris un mot anglais aujourd'hui)
Et pour la langue, il s'agit de amharique, la langue de l'Etiopie, donc. (on aura aussi appris un mot français par la même occasion)

Kuzu (Kutlug Ataman, 2014)
podcast

Commentaires

Cette semaine, France culture est avec moi. En moins d'une semaines, deux des réalisateurs de ma Berlinale :
- Bruce Labruce (le grand, l'unique) à propos d'un autre film qui sort bientôt en salle : http://www.franceculture.fr/emission-hors-champs-bruce-labruce-2014-03-05
- Mehran Tamadon pour le film "Iraniens" dont j'ai déjà dit tout le bien que j'en pensais : http://www.franceculture.fr/emission-un-autre-jour-est-possible-mehran-tamadon-film-a-propos-du-voile-des-femmes-et-des-religion

Écrit par : Lodi | jeudi, 13 mars 2014

Et décidemment, le dernier film de Bruce Labruce "tout public" est apprécié sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-le-rendez-vous-le-rdv-du-190314-avec-bruce-labruce-nicolas-stanzick-2014-03-19

Écrit par : Lodi | samedi, 22 mars 2014

Encore une émission sur le dernier Bruce Labruce, Gérontophilia, sorti la semaine dernière dans les cinémas français:
http://www.franceculture.fr/emission-la-dispute-cinema-mille-soleils-gerontophilia-2014-04-01
Décidemment, France Culture n'a pas assez de mots pour louanger ce film. Allez le voir, bande de petits veinards (le film ne sort pas en Allemagne...)

Écrit par : Lodi | mercredi, 09 avril 2014

Les commentaires sont fermés.