Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 septembre 2013

C'est lundi...

Qu'est-ce que j'ai lu ces 8 dernières semaines ?
Le volume de lecture est au plus bas. Mais cela dit, je le fais exprès.

La Divine comédie : Le Paradis, Dante
J'ai bien aimé cette première partie de la Divine Comédie, je la trouve à la fois très osée, politique, historiquement marquée aussi.

Qu'est-ce que je suis en train de lire ?

La Divine comédie : Le purgatoire
J'ai plus de mal avec cette deuxième partie, dans laquelle il n'est question que du bonheur de voir le paradis, c'est un peu ennuyeux.

Qu'est-ce que j'ai vu ces 8 dernières semaines ?

Training Day (Antoine Fuqua, 2001)
J'ai un peu du mal à savoir si ce film est un chef d'oeuvre ou... Non, non, non. Rectification : ce film EST un chef d'oeuvre. Je pense sincèrement qu'il passera à la postérité, contrairement à bieeeeeen des films dont les critiques ont pu applaudir la sortie. Je ne sais pas si le film a été applaudis à sa sortie. Pour ma part je n'en avais jamais entendu parler. Mais depuis que je l'ai vu, je l'ai déjà entendu citer comme référence par des critiques us influents.
Mais tout de même, il y a quelque chose qui me déplaît terriblement dans ce film, même si je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Je crois que c'est juste une question d'esthétique, peut-être de rythme, je ne sais pas. Mais superbe intrigue, incroyablement orchestré, au détail prêt. Si vous avez les nerfs accrochés et que vous n'êtes pas trop du genre choquable, je ne peux que vous le recommander.

Aladdin und der König der Diebe ("Aladdin et le roi des voleurs") (Wald Disney :  Tad Stones, 1996)
Moi je dis que faire une chose pareille d'Aladdin - nan mais ALADDIN, quoi !!! -, ca devrait être puni par la loi. De la prison à vie, au minimum.

Sie sind jung und brauchen das Geld ("Zack et Miri font un porno") (Kevin Smith, 2008)
CE film m'avait déjà fait de l'oeil à sa sortie en salle. En Allemagne venait de sortir aussi "Pornorama", dont l'idée était assez proche. "Pornorama", j'étais même allée le voir (seule... c'est bizarre). C'était un très très bon film. Et pas seulement parce que je suis in love avec Karolina Herfurth (même si c'est l'unique raison pour laquelle je suis allée le voir). "Pornorama" fourmillait de bonnes idées, de références cinématographiques, et maintenait un certain niveau intellectuel.
Zack et Miri... c'est autre chose. Le principe de l'intrigue reste le même : le tournage d'un film pornographique. Mais à part la parodie de Star Wars, qui m'a d'ailleurs vraiment beaucoup fait rire, le niveau artistique du film est vraiment... disons... plus bas (je ne veux pas dire "nul", c'est pas poli). C'est une comédie romantique américaine, avec sa structure complètement prévisible, ses clichés romantiques à se fracasser la tête contre un mur (franchement, on aurait pu espérer un chouilla plus d'un film qui oh ! scandale ! ose aborder un sujet sexuel (shocking !)). Mais c'est drôle. Si, si, franchement, c'est drôle. Je ne regrette pas.

Pacific Rim (Guillermo del Toro, 2013)
Il était question d'aller au cinéma. La condition était d'aller voir un film en 3D. Ca commencait déjà mal, ca voulait dire qu'on devait aller au gros cinéma de blockbusters (Oh, regardez, dans le petit ciné indépendant en face, y'a "France Ha", ca vous dit pas ?) et qu'on avait le choix entre les Schtroupfs et deux films d'actions débiles (Hum, vous êtes vraiment sûrs que vous voulez pas aller voir "France Ha" ?).
Du coup, quand j'ai vu "Guillermo del Torro" comme réalisateur de l'un des deux films, je me suis dit qu'il y avait une toute petite chance que ce soit un faux mauvais film, et qu'on se trouve en fait avec un truc au scénario un peu élaboré.
Et bien au final... ben non. Guillermo del Torro a fait un film de merde. C'est bien triste mais c'est comme ca. (Vous voulez pas qu'on se regarde "Le Labyrinthe de Pan" la prochaine fois, au lieu d'aller au cinéma ?)

Trance (Danny Boyle, 2013)
C'est... hum... disons "ok".

Pain and Gain (Michael Bay, 2013)
Il y a franchement des trucs qui m'ont beaucoup plu dans l'histoire. Mais, helas helas, Hollywood est un buldozer implacable...

Doit-on le dire ? Labiche et Duru (Comédie Francaise, 1978)
La station Champbaudet, de Labiche et Marc-Michel (Comédie Francaise, 1972)
Que dire ? J'ai un nouveau lecteur DVD, j'en profite.

Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!

The Devil Wears Prada (David Frankel, 2006)
Ma drogue habituelle, je ne me lasse JAMAIS de ce film. (Et comme je connais par coeur, l'avantage c'est que je peux faire autre chose en même temps.)

Hotel Rwanda (Terry George, 2004)
Ce film figurait depuis longtemps sur ma liste des films à voir absolument, parce que je me disais que j'allais adorer. Et je ne me suis pas trompée, ce qui n'est pas étonnant vu que ce film ne peut que plaire. En plus c'est une histoire vraie (et j'aime les histoires vraies), ca permet à quelqu'un d'aussi ignorant que moi de comprendre les tenants et les aboutissants du génocide au Rwanda, et ca se passe en Afrique (et j'ai un faible pour les langues d'Afrique, pidgin ou non). Je savais que j'aurais droit à une Liste de Schindler version Afrique, mais en fait c'est bien plus que cela. L'hommage rendu aux prètres, aux soeurs et aux engagés de la Croix Rouge est touchant (et sans doute mérité).



Nan mais quel film MER-VEIL-LEUX !

Et si on vivait tous ensemble (Stephane Robelin, 2012)
Une coopération franco-allemande comme ca, c'était dur d'y résister. Déjà à sa sortie je me tâtais.
Je ne suis pas une fan de Guy Bedos, ni de Claude Rich, ni même de Jane Fonda... mais bon, DANIEL BRÜHL quoi, comment y résister ? Et Daniel Brühl qui parle francais ! Nan, pas possible, il fallait voir ca.
Enfin un film très francais, avec une réflexion sur ce que c'est que la vieillesse. On peut critiquer le cinéma francais, trouver que les sujets de réflexion sont un peu répétitifs, tout ca, mais HEY ! ca veut dire qu'il y a une "réflexion", c'est déjà plus que 90% de la production étrangère, reconnaissons au moins ce point !
Ce n'est pas un film inoubliable, mais la fin est très très réussie (c'est rare). Rien que pour la fin, le film vaut le détour. Et c'est sympa, on ne se sent pas agressé à chaque image (sauf si on n'aime pas Guy Bedos, là oui, c'est un peu agressant...).
Daniel Brühl, en étudiant allemand qui fait sa thèse à la Sorbonne, est criant de vérité. Pour la bonne raison qu'il joue à peu prêt son propre rôle, et que ca lui réussit bien. Il a l'air de ne pas vraiment maîtriser ce qui se passe autour de lui, sans doute qu'il était exactement autant perdu au milieu de la team francaise qu'un Erasmus qui débarque à la fac.

Daniel+Bruhl+Guy+Bedos+Et+Si+Vivait+Tous+Ensemble+rzOMQaBJjcfl.jpg

Carnage (Roman Polanski, 2011)
La sortie du film en Allemagne a fait un tolé pas possible. Tout le monde criait au génie, et comme c'était drôle, et comme c'était original. Oui, que je pensais, c'est une pièce de théâtre francaise, on sait faire ce genre de choses. Je ne connaissais pas la pièce, mais je dois dire que le "passage" en américain m'a un peu gêné. C'est tout à fait personnel, c'est juste que je passais mon temps à retraduire dans ma tête de l'anglais au francais, en me disant à quel point ca sonnait mieux en version originale. Les deux couples décris sont aussi très francais, et américanisés un peu artificiellement. La post-68arde version américain... non c'est pas pareil, quoi ! Le cynique post-nietzschéen aussi, ca colle pas vraiment. Bref, j'avais un peu du mal à croire à Kate Winslet, même si elle s'est donné beaucoup de mal.
Le format "pièce de théâtre" est vraiment dur à effacer. C'est un genre très codé et artificiel (que J'ADORE, j'adore le théâtre, je pense qu'il n'y a aucun doute là-dessus), et finalement, ca passe assez bien au style de Roman Polanski, qui n'est de toutes facons pas très mainstream.
Je suis très curieuse maintenant que je l'ai vu de savoir comment le public dans la salle de ciné a bien pu réagir. Est-ce que toute la salle s'est mise à rigoler ? Parce que c'est terriblement drôle, mais c'est tellement grincant que... je n'arrive pas vraiment à imaginer. J'ai l'habitude du public allemand qui se bidonne allègrement en groupe, mais on ne peut pas se "bidonner" sur du Yasmina Reza. Je suis vraiment perplexe.

Commentaires

Hôtel Rwanda !!!!
J'ai pleuré 3 minutes sans discontinuer à la fin du film (comme après La Vie est belle), signe chez moi d'un chef-d'oeuvre qui te prend tellement aux tripes que t'as pas le temps de pleurer pendant le film.
Pour moi c'est un film super important, un classique au sens propre (= qui devrait être montré dans les classes).

Il a bien mûri ce Daniel Brühl (c'est bien lui dans Goodbye Lenin ?)

Écrit par : Winnie | mercredi, 25 septembre 2013

Je ne comprends as que Hotel Rwanda ne soit pas plus mis en valeur. Je pense qu'il serait temps qu'on arrête de considérer la Shoa comme un phénomène isolé, et de faire des liens avec des choses plus récentes. Histoire que les jeunes dans les écoles comprennent que les choses horribles, c'est pas seulement les histoires de leurs arrières-grand-pères...

Daniel Brühl est bien celui de Goodbye Lenin. Moi justement, je trouve qu'il ne vieillit pas. On dirait toujours qu'il a 20 ans. Mais Goodbye Lenin, ca commence à dater un peu, tu sais !

Écrit par : Lodi | lundi, 30 septembre 2013

Oh mais si regarde il vieillit, il a trois poils de moustache !

Écrit par : Winnie | jeudi, 03 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.