Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 octobre 2011

Objectif de la semaine

L'objectif de la semaine dernière était de lire ce dont je vous ai parlé comme étant la Bible de la HPSG, le bouquin publié en 1994 par Pollard et Sag. Évidemment, ils ne parlent PAS DU TOUT de la structure informative et des autres choses qui m'intéressent. Mais comme toute la littérature HPSG part du principe que le lecteur maîtrise parfaitement les bases, j'étais sans cesse handicapée par un mini-détail que je ne comprenais pas. Malheureusement, mini-détails sur mini-détails, je nageais un peu dans certaines explications.

Le bouquin fait 400 pages. Je ne suis certainement pas venue à bout des 400 pages. Mais j'ai lu les 100 premières, un chiffre honorable pour une semaine de travail.
Les 50 premières ont été vraiment difficiles. Les bases, il fallait bien se casser la tête pour les comprendre. Puis les 50 suivantes ne sont plus que des études de phénomènes précis, et de paufinement de la théorie. Je pense donc partir au bout de 100 pages avec les bases suffisantes pour pouvoir me reporter au livre le cas échéant sans nager complètement.

L'objectif de cette semaine, et de la semaine prochaine, sera bien différent.

J'ai décidé de reléguer au placard les 55 pages de mémoire écrites l'an dernier. D'oublier aussi que je dois développer un programme en parallèle du mémoire. D'oublier que je dois écrire un mémoire.

Retour un an en arrière, je n'ai aucun plan ni rien rédigé, et je me lance dans l'écriture d'un mini-mémoire d'une vingtaine de pages sur mon sujet.

Pourquoi ?
Parce que je m'enlise depuis des mois complètement dans mon plan, que j'en suis complètement insatisfaite et que je me bloque dessus au lieu de faire des choses utiles.
Parce que le format du mémoire, avec en plus un programme info en parallèle, me submerge complètement. J'ai perdu un an à régler les problèmes préparatoires (comment composer des mots hongrois ? comment composer des phrases hongroises ?) au lieu de m'attaquer au noeud du problème (le focus, le topic, etc).
Parce que je m'en suis toujours très bien sorti quand il s'agissait de faire des mini-mémoires. Je savais construire un plan, aller à l'essentiel.
Parce que je me contente pour ce mini-mémoire fictif de faire de la pure théorie, avant de me casser la tête sur la mise en pratique. En gros, j'écris fictivement un mini-mémoire pour Indiana, et pas pour Konfus. Et que tant qu'on reste dans la théorie, ca va, je respire.

Reste à voir maintenant si l'exercice s'avèrera bénéfique. Verdict dans une semaine et demie.

Les commentaires sont fermés.