Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 octobre 2011

Es geht loooooos !!!

C'est la folie en ce moment à Berlin. Il se passe tellement de trucs dans la ville qu'on ne peut plus jamais circuler tranquillement.

Dès que je suis rentrée, il y a eu les élections municipales. Puis, c'est le Pape qui a débarqué à Berlin. On a enchaîné sur le Marathon (tout ca en une semaine, hein...). Et maintenant voilà que c'est déjà la fête nationale, qui - tombant un lundi - donne droit à tout un week-end prolongé de festivités sur la Festmeile (l'allée du 17 juin, transformée à chaque grande occasion en super fête foraine/marché aux puce/place de concert).

Dimache, il y avait un concert devant la porte de Brandenburg, un truc organisé par Coca Cola. Concert gratuit, avec un programme assez alléchant. Notamment, il y avait Cucha Candela (rappelez-vous), et j'avais vraiment envie de profiter de l'occasion pour les voir en live. Puis y'avait Mando Diao, et mes jeunes adorent ce groupe, je me disais que c'était l'occasion où jamais de les découvrir.

1er acte: One Night Only

Forces de sécurité déployées dans tout le centre, un grand détour pour rentrer sur la Festmeile comme aux jours joyeux de la coupe du monde, les crêpes, des saucisses, des amandes grillées, on se croirait sur le marché de Noel (sans les petites baraques kitch). Et là-bas, tout là-bas, devant la Brandenburger Tor, il y a la grande scène, avec les One Night Only. La tête du chanteur est de toutes facons reproduite à des dizaines d'exemplaires sur tous les écrans géants. Pas moyen d'en perdre une miette, même en allant faire un tour sur la grande roue.

(Cette vidéo est assez fidèle à ce que j'ai pu voir dimanche sur scène)

Je ne connaissais pas du tout One Night Only. Apparemment les autres spectateurs non plus. Mais ils ont un style intéressant, de bonnes têtes d'Anglais, sont à l'aise sur scène, encore un peu gamins, mais des gamins sympas.

Il n'y avait pas encore foule. J'ai réussi à me faufiler tout devant, et je suis restée à ma place jusqu'à la fin. Tant qu'à faire, autant être tout devant...

2ème acte: Jennifer Rostock

Le jour où on se retrouve à un concert avec des groupes super connus dont on n'a jamais entendu parler, c'Est qu'on est en train de devenir vieux. Je suis en train de devenir vieille.
De toutes facons, y'a qu'à voir l'âge moyen du public, ils ont certainement pas fait leur collège dans les années 90... Après, c'est Berlin : ca grouille de lesbiennes et de gothiques. J'adore. Et ca me renseigne un peu sur le public du groupe qui arrive.

L'hystérie a commencé quand Jennifer est arrivée sur scène.

Quand je l'ai vue arriver, j'ai pensé : qu'est-ce que c'est que ca ???
Trente seconde après qu'elle ait ouvert la bouche, j'ai pensé : ok, c'est bon, j'adoooooore cette fille.

Cette fille a un côté punk. Égocentrique, mais égocentrique assumée.
Un petit "regardez-moi dans les jambes" aussi, elle a bien compris que c'était son meilleur argument de vente.
Mais elle dépote sur scène comme pas possible.
Et elle a un accent (un dialecte, comme on dit ici) qui me cloue par terre. Je VEUX le même. Je sais pas d'où elle le sort d'ailleurs, étant d'origine du nord et ayant grandi à Berlin. Sûrement un mélange de son dialecte natal et du "kiez" berlinois.

Et alors, pour le final, quand Nico est monté sur scène (wikipédia est mon ami, je le connaissais pas lui non plus, hein) et qu'ils ont fait leur duo... brrr, j'en avais la chair de poule !!!
Grandiose...

En rentrant chez moi, n'ayant que Jennifer Rostock à la bouche, je suis allée faire un tour sur youtube-est-mon-ami pour écouter un peu sa musique, parce que franchement, mais comment avais-je pu passer à côté de cette fille ??? J'ai écouté une chanson. J'ai écouté une autre chanson.
...
Et donc j'ai compris que, ok, possible que j'aie déjà entendu ca sans y faire attention. Enregistrement studio complètement lissé, sans aucun intérêt, de la pop allemande ni mauvaise ni bonne, et des clips d'un premier degré désespérant...

Bref, j'économise sur l'achat d'un CD pour pouvoir me payer un jour un ticket de concert. Elle fait tout simplement partie de ces groupes qui ne révélent leur potentiel qu'en live.

Je vous mets tout de même ce que je trouve être son meilleur clip, puis celui de son duo avec Nico parce que... parce que quoi... non mais rien que d'y repenser... brrr...

(bouhou mais c'est pas possible que MÊME la partie de Nico rende rien en version studio quoi !)

Et puis juste pour moi (parce que ca n'intéresse personne de voir une vidéo toute tremblée où on n'entend rien avec les cris hystériques autour, mais où on la voit monter sur scène, chanter, parler, chauffer le public, et que ca me rappelle TROP de bons souvenirs !!!)

3ème acte: Sunrise Avenue

Je me sens toujours aussi vieille (= je ne sais pas non plus qui sont ces gens).
Les lesbiennes et les goths ne s'en vont pas, mais ca commence à grouiller de petites aux cheveux bien lissés, couvertes de maquillage de la tête aux pieds et qui sautent tout le temps parce qu'elles "voyent rien".
Moi je peut-être vieille et has been, mais je fais une tête de plus qu'elles et je vois très bien. Je me marre.

Lancé par une centaine de bouches hystériques qui essayent de se faufiler devant, le message est bien passé : le chanteur de Sunrise Avenue est TROP BOOOOOOOO.

Et le voilà qui monte sur scène, le chanteur tant attendu.
Nan mais beurk quoi : un espèce de grand machin blond avec des avant-bras bien musclés, qui chante des romances et qui est rasé sous les bras. Et puis il est VIEUX. o_O Les gamines d'aujourd'hui, je vous jure...
Puis y'a pas à dire, il sait que balancer des platitudes au public ("Berlin, si vous saviez comme je vous aime !" mais oui...).

Bon après ca, y'a pas à dire, y'avait une telle ambiance dans le public que c'était vraiment un bon moment.

Et dans le tas... Y'avait quand même UNE chanson que je connaissais. Comme quoi ils sont connus ces gens en fait ^^

4ème acte : Cucha Candela

On commence à arriver sur du très lourd. Les gamines sont reparties pour la plupart, le public est vraiment diversifié au possible, tout Berlin est venu voir Cucha Candela. Ce sont des superstars en Allemagne, surtout à Berlin.

Ils nous gratifient d'un concert sans amicroche, pêchu, endiablé, choréographié au milimètre. Le DJ du groupe nous gratifie d'un beau mondollyo-pandae-dollyo chagi (ok, il était un peu tout pourri, mais c'était du taekwondo quoi !).
Évidemment, Cucha Candela surfent un peu sur la vague du multiculti, et leur musique est un peu facile. Ce n'est pas dur de faire un hit de l'été en parlant du soleil "goûtez un peu le goût du soleil, c'est l'été dans mon kiez !" quand on est un groupe qui explose les charts à chaque nouveau single.
Mais ils savent vraiment gérer un live et utiliser une foule. Ils savent mettre l'ambiance et faire participer le public.

Ca manquait peut-être un tout petit peu... de place laissée au hasard.

"Sommer in mein Kiez" (L'été dans mon Kiez) --> LE tube de l'été 2010, qui rend très bien en concert, y'a pas à dire. La choré de la vidéo est à peu près au millimètre près celle de dimanche... Spontanéité, qui a dit spontanéité ?
(Le Kiez, c'est le mot qu'on utilise à Berlin pour désigner le quartier. À une époque, en France, on disait "guetto" pour ca, mais c'est super vielli comme expression maintenant. Et le kiez est plus sympatique que le guetto. Bref, je sais pas comment traduire.)

5ème acte : Mando Diao

Alors voilà, Cucha Candela vous a chauffé le public au fer rouge, tout le monde attend le clou du spectacle, LE groupe qui a fait salle comble tout l'été, le suspens est à son comble, les musiciens se mettent en place aux milieu des cris du public, les fans crèvent d'impatience, le chanteur entre enfin sur scène !!!

Et pffff, l'ambiance retombe comme un soufflé.
Que du vent.

Y'a sans doute des gens qui se sont éclaté á ce concert.
Moi, je me suis franchement ennuyée. Je crois qu'ils auraient pu chanter tout seuls dans leur garage sans public que ca leur aurait fait le même effet (le fric à la clé en moins). De toutes facons, Gustaf était bien trop pêté fatigué pour enchaîner deux mots cohérents de suite. Il a pris deux fois la parole, égnenant une suite de mots sans lien, mais dont l'idée devait être à peu près "je vous adore Berlin, vous es trop bien" (mais oui...). J'ai cru qu'il n'allait pas réussir à ouvrir les yeux de la soirée, mais en fait si ! Dans une chanson aux paroles révolutionnaires ("I love youuuuu"), il a OUVERT les yeux (qu'il a fort beaux, d'ailleurs, il faut le reconnaitre).
Donc oui, ok, il est beau, je suis d'accord. J'arrive à peu près à comprendre l'hytérie féminine autour de sa personne, et je ne veux même pas savoir de quel carnage le lieu où a atterri sa chemise a été le témoin (oui, il a fait un strip-tease pendant le concert). Et oui, faire un concert de rock en costard-cravate, ca a un certain style.

Seulement le style c'est très joli, mais la musique ca serait un peu mieux. Quand même.

Mais hip hip hip hourra, je connaissais TROIS chansons dans le tas.
Trop à la pointe de l'actualité musicale je suis.

(Ah mais en fait, c'est toujours pareil. Gustaf passe ses concerts les yeux fermés et finit torse-poil à la fin...)

Final

En sortant du concert, y'avait distribution de canettes de coca gratuites. C'était cool quand même...

ET VOUS SAVEZ CE QUI EST ENCORE ENCORE ENCORE PLUS COOL ?

C'est que ce concert n'était qu'un petit entraînement parce que...

...

... J'AI UNE PLACE DE CONCERT POUR ALLER VOIR DIE ÄRZTE !!!

Non DIE ÄRZTE quoi !!! En vrai ! Je vais vraiment les voir !

Donc le 2 juin prochain, je me fiche qu'il y ait une guerre nucléaire ou une invasion extraterrestre, JE VAIS VOIR BELA, FARIN ET ROD !!!

33193729.png

HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Les commentaires sont fermés.