Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 mars 2011

The MASTERS of the word

Par un beau jeudi de décembre (mes posts sont d'une actualité à faire peur), je me trouvais devant le bureau de Chienchien (notre professeur de néerlandistique, un fantastique professeur d'ailleurs) quand est arrivée devant le même bureau de ce même Chienchien une des autres étudiantes de ma promo, Gretchen.
Un peu surprises de se rencontrer, nous avons évidemment discuté mémoire de master. Et moi de découvrir avec étonnement que non seulement je n'étais pas la seule de ma promo à ne pas avoir rendu mon mémoire, mais que Gretchen n'avait même pas encore de sujet !
Sur ces entrefaits arrive l'Italienne_1, encore une autre étudiante de cette même promo, devant ce même bureau de ce même Chienchien. Re-surprise, et re-mémoire.

"De quoi ? Vous non plus vous n'avez pas écrit votre mémoire ? Et dire qu'avec l'Italienne_2, on arrête pas de pleurer à chaque fois qu'on se voit en se disant qu'on est les pires nullesses de la terre !"

Trop impatientes de découvrir encore d'autres losers dans nos ancien co-étudiants, nous avons décidé d'organiser coûte que coûte des retrouvailles de promo.
Aussitôt dit, aussitôt pas fait, car il nous aura fallu jusqu'au mois de février pour mettre ce projet à exécution (ce n'est peut-être pas pour rien que nous n'arrivons pas à venir à bout de notre mémoire).

Une réunion de promo, ca n'a peut-être l'air de rien dit comme ca, mais il faut préciser que JAMAIS en deux ans de Master, je n'ai parlé plus de 5mn d'affilée à un de mes co-étudiants (à l'exception de Rivière, en définitive ma seule "amie de la fac"). Au bout de deux ans, par conséquent, je connaissais en tout et pour tout le nom de quatre personnes : Luca (qui est connu comme le loup blanc), Rivière (ma copine de tandem franco-hongrois), Gretchen (avec qui j'ai révisé un jour un examen) et Alex (avec qui j'ai préparé un exposé). Sur une bonne vingtaine de personnes à côté desquelles je me suis assise tous les jours depuis à peu près deux ans (voire trois pour certains), c'est peu.

Un mercredi soir du mois de février, en pleines Berlinales, se sont réunies (par ordre d'entrée en scène) : Lodi, Gretchen, Gretzel, l'Italienne_1, l'Italienne_2, la Grecque, la Polonaise et l'Albanaise. Pas une de nous n'avait terminé (ne serait-ce que la moitié de) son mémoire. En rassemblant ce que nous savions des uns et des autres, nous en sommes arrivés à la conclusion que 4 devaient avoir leur diplôme en poche.

"Luca, évidemment, il a déjà commencé sa thèse de doctorat. Mais bon, Luca, il publiait déjà des articles quand j'en étais à écrire mon mémoire de licence.
- Oui, Luca, le jour de mon exposé, il ne pouvait pas être là parce qu'il donnait une conférence dans une université en Pologne.
- Donc Luca, ca compte pas.
- On est bien d'accord."

Mis à part leur côté rassurant, les retrouvailles de promo, c'est très intéressant.
Cela nous a permis de découvrir que nous avions des points communs (des filles, +/- du même âge, vivant dans la même ville, à majorité expat', ayant choisis les mêmes études et ayant eu les mêmes professeurs ont des points communs - qui l'eu cru ?).

"C'est pas que j'ai pas d'amis. J'ai plein d'amis. Mais souvent, je me rends compte que ce qui m'intéresse ne les intéresse pas du tout. Par exemple, l'autre jour, j'étais toute excitée, parce que je venais de lire un truc vachement intéressant sur la négation en francais.
- NAAAAAN ? Cékoicékoicékoi ?
- Et bien figure-toi que la négation a commencé avec le "ne" tout seul. Le "pas" vient en fait du pas que l'on ne fait pour aller vers quelqu'un. Donc "je ne fais pas" veut dire quelque chose comme "je ne fais pas un pas pour...".
- DIIIIIIINGUE.
- ENCORE !!!
- Alors que maintenant, c'est le "ne" qui est en train de disparaître.
- Waaaaaaa, trop intéressant !
- C'est ouf !
- Ben figure-toi que je racontais ca à mes amis l'autre jour. Mais... ils n'en avaient vraiment rien à faire !
- Incompréhensible.
- Les gens alors..."

Commentaires

Oui, en ce moment "on demande pas la lune" ! Au secours, ça m'horripile !!!

Écrit par : Maman | mercredi, 30 mars 2011

d'accord ... donc si je résume : tu as mis 3 ans pour (ne) pas terminer la moitié de ton mémoire ... disons donc que ton mémoire sera (ou pas) terminé dans 5 ans ....

Écrit par : saremma | mercredi, 30 mars 2011

Mdr, cette conversation sur la négation est géniale !

Écrit par : Kora | mercredi, 30 mars 2011

Les commentaires sont fermés.