Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 novembre 2010

C'est lundi...

Qu'ai-je lu cette semaine ?

Der richter und sein Henker (Le juge et son bourreau), Dürrenmatt
Comme je le disais, un très très bon policier, un peu compliqué, un peu spychologique, et très bien fait.
Mais pas de quoi tomber en extase non plus.

Qu'est-ce que je suis en train de lire ?

Was wir nicht haben, brauchen Sie nicht (Ce que nous n'avons pas, vous n'en avez pas besoin), Dieter Moor, toujours aussi bien.

Crime et Châtiment, Dostoïevski est le premier livre audio pioché sur le site découvert grâce à Winnie.
C'est aussi mon premier livre "russe", étant donné que j'ai très envie de me plonger dans la littérature russe que je ne connais à peu près pas. C'est un terrain monstrueusement vaste sur lequel je m'aventure pour la première fois. D'ailleurs si quelqu'un a un ouvrage "universitaire" à me conseiller sur la littérature russe, je suis preneuse.
Pour ce qui est de Crime et Châtiment, c'est une oeuvre assez citée partout pour que j'aie déjà une vague idée de l'intrigue. Ce qui me surprend, c'est l'écriture: Dostoïevski ouvre en parallèle de l'histoire principale toute une série de petites histoires parallèles, des tableaux, presque des nouvelles indépendantes. Quoique pas tout à fait indépendantes, puisqu'on découvre plus tard que tel personnage joue un rôle important par la suite, etc.
Le plus difficile à suivre, ce sont les noms, évidemment, je n'ai pas l'habitude (et franchement, ils s'appellent tous pareils quoi...).

Zwei Erzählungen: "Die Dame mit dem Hündchen" und "Rothschilds Geige" (Deux nouvelles: La Dame au petit chien et Le violon de Rothschild), Tchekhov
La première nouvelle - peut-être très copiée, je ne sais pas - est une histoire d'amour sans trop de surprise. La deuxième s'annonce déjà bien différente, et j'en attends un peu plus.

Qu'est-ce que je vais lire après ?

Nackt, Doris Dörrie, parce que j'aime bien les nouvelles de Doris Dörrie.

Autre chose de Dostoïevski, sans doute, maintenant que je suis lancée.

Morgen bin ich Milinär, Edith Krispien qu'il faut que je le relâche.

Les commentaires sont fermés.