Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 novembre 2010

C'est lundi...

Qu'ai-je lu la semaine passée ?

Contre la barbarie, Klaus Mann qui devient décidemment passionant à partir de 39 (bizarrement, à partir du moment où il abandonne la langue allemande pour l'anglaise...), et surtout de 45. On sent quelqu'un mûrir au fil des articles, c'est très intéressant.

Epic fail ?

Pour Fahrenheit 451, Ray Bradburry que j'ai laissé tomber. Trop ennuyeux.

Qu'est-ce que je suis en train de lire ?

Was wir nicht haben, brauchen Sie nicht (Ce que nous n'avons pas, vous n'en avez pas besoin), Dieter Moor, un bouquin vraiment marrant, qui raconte les aventures d'un suisse et d'une autrichienne dans le Brandenburg.
Brandenburg est la région qui encercle Berlin, et pour être clair : c'est le trou perdu le plus perdu d'Allemagne. Le Gers allemand, si vous voulez, mais avec un sol tellement sableux que rien ne peut y pousser (sauf des pins, à perte de vue).
Brandenburg est un sujet de plaisanterie à travers toute l'Allemagne, et c'est dans le Brandenburg que nous avons fait notre dernier camp scout. C'est aussi le pays natal de Foux, qui m'a prêté ce livre. Et c'est vraiment vraiment marrant...

Encore 3 minutes jusqu'à "Amerika".
Merde, c'est pas vrai !
"Route du pont barrée. Pas de passage." - le panneau est accroché à un poteau en bois peinturluré en rouge et blanc qui est placée en travers de la route à un mètre du sol. Je n'en crois pas mes yeux. Où est passé le panneau indicateur ?, se demande le petit suisse en moi. Où est passé le panneau "Impasse" ? Où est passé le panneau préindicateur, et le panneau pré-préindicateur qui informe suffisemment tôt les braves automobilistes que leur route est barrée ? Où est passé le panneau de déviation ? Où sont passé les gentils policiers, qui doivent faire de grands signaux à côté de leur Volvo rouge et blanche garée devant le poteau rouge et blanc avec des bâtons lumineux rouges et blancs de manière à ce qu'on puisse les voir de très très loin : "Aha, c'est iciii !". Et qui vous disent exactement pourquoi, pour combien de temps, à cause de qui et à partir de quand le pont ne sera plus fermé, et quel route prendre pour contourner l'obstacle:
"Prenez tout simplement à gauche ici, puis suivez les panneaux jusqu'à la lisière du bois, en passant par le quartier d'habitations - attention, là la route est à 30, hae - et puis vous serez à Amerika. On est désolés, hae. Mais le pont n'est encore sûr qu'à 99,99%, c'est pourquoi, par mesure de précaution, jusqu'à ce que le chef de canton donne son accord, ou bien. Après tout, c'est pour votre propre sécurité, ou bien. Si jamais vous deviez vous perdre, c'est pas grave, demandez simplement votre route à l'un des 200 boy scouts qui sont postés dans le bois au cas où, si jamais quelqu'un se perdait, il puisse leur demander sa route, hae. On est désolés que vous soyez maintenant obligés d'arriver 30 secondes trop tard à Amerika, si vous le désirez, voici le formulaire de plainte pour obtenir une compensation financière et vous faire rembourser les frais d'essence occasionnés. On vous souhaite une bonne journée, et au fait c'est bon pour tourner ici avec votre remorque ou est-ce qu'il faut que l'on fasse venir notre tracteur, ce ne serait pas un problème, il se tient juste posté là au tournant avec son moteur allumé pour être prêt à intervenir au cas où."
Où sont donc passés les aides, les conseillers, ceux qui sont là juste au cas où et qui devraient se trouver là d'après les précautions admnistratives ?
Et où est passé ce pont, d'ailleurs ?

En plus, c'est un véritable enjeu de lire ce livre pour moi. Le narrateur est certe en mode "allemand standard", mais les dialogues sont exclusivement en suisse-allemand (que je n'ai d'ailleurs absolument pas réussi à traduire dans mon extrait), en patois autrichien, et en patois brandenburgois, alors il me faut faire appel à toutes mes capacités de linguiste pour comprendre ce qui se dit...

"Qu'est-ce que tu manges en ce moment ?" demandai-je. Surtout ne pas laisser entendre que son petit jeu pour jouer avec mes nerfs fonctionne.
- e' fil (
Strippe).
- Quoi ??
- e' fil." mord, mâche, avale.
- e' fil de téléphone, 'u fil de laine, e' fil électrique, ou bien quel genre 'e fil ?
- e' p'ti pain. Ils appellent ca "fil" ici, tu vois.
- pourquoi ?
- 'cune idée.
[Note: les Berlinois appellent en effet les petit pains autrement que le reste de l'Allemagne: ce sont des "Schrippe" (et pas Strippe, mais l'accent brandenbourgeois dois avoir joué là-dedans...)]

Sonja se trouve donc dans une "taverne" où on appelle les petits pains "fils". Surtout ne pas paniquer.

Comme je vous disais: impossible à traduire, mais vraiment marrant.

Der richter und sein Henker (Le juge et son bourreau), Dürrenmatt qui se révèle être tout simplement un bon policier, un peu roman psychologique sur les bords.

Qu'est-ce que je vais lire après ?

Morgen bin ich Milinär, Edith Krispien parce qu'il faut que je le relâche vite (je vous expliquerai).

Die Blendung, Elias Canetti, pour lire autre chose de Canetti.

Commentaires

Je tombe sur ce blog par hasard au détour d'une recherche google, mais je me sens obligé d'intervenir pour défendre le pauvre Bradbury. Fahrenheit n'est pas vraiment ma tasse de thé non plus, par contre on peut se lancer les yeux fermés dans Chroniques Martiennes. C'est une suite de récits assez courts (ne laissant pas de place à l'ennui), certains assez drôles, d'autres plus lugubres... Pas de héros déterminé, on suit tour à tour des groupes d'humains ou de Martiens dans une petite aventure souvent tragique. L'ensemble dégage beaucoup de lyrisme et d'humour noir. Assez bouleversant dans mon expérience personnelle, en tout cas rien à voir avec l'assez plat Fahrenheit 451.

Écrit par : Bob_du_93 | lundi, 08 novembre 2010

Tu qualifie le Gers de "trou perdu, le plus perdu de..."
Oser dénigrer la plus belle région de France, oser cracher dans le foie gras, oser trahir la terre qui nous a nourri de magret et d'agneau bien tendre, qui nous a abreuvé d'Armagnac et de Floc !
Jérôme, l'an prochain on n'accepte plus d'excuses, on l'oblige à venir au méchoui, au besoin on la traîne par les cheveux ou on la fait avancer à coups de pieds quelque part... non mais !

Écrit par : Maman | lundi, 08 novembre 2010

Cela dit, tu connais un endroit plus perdu que le Gers ? Après, je ne nie pas, ils ont un sol riche, et donc une superbe agriculture (c'est pour ca que j'ai précisé que le Brandenbourg, c'est encore pire, parce qu'en plus rien n'y pousse). Il faut bien qu'il y ait des endroits vides pour pouvoir y faire pousser des choses, n'est-ce pas. C'est donc tout à l'honneur du Gers, évidemment.

Quant au méchoui, si vous ne me le mettez pas comme d'habitude sur MON camp scout, je ne demande pas mieux.
(Je rappelle que mon camp scout est cette année du 26 juillet au 8 août...)

Écrit par : Lodi | lundi, 08 novembre 2010

Puis promis, je lirai les chroniques martiennes un jour. Pas de rancune contre Bradbury :)

Écrit par : Lodi | lundi, 08 novembre 2010

Tout le monde connait en France des trous plus perdus que le Gers !!!
Il est vrai que tu connais si peu la France...
On t'aime quand même.

Écrit par : Maman | mardi, 09 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.