Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 25 juillet 2010

Arrivée

Arrivée à Szeged dimanche à 13h30, sale et trempée, les cheveux en l'air.
Le voyage en train de nuit jusqu'à Budapest a été charmant. Le contrôleur était gentil et serviable, et nous avons eu droit à un petit déjeuner et à un retard monstre.
Je suis partie de Budapest à 11h, de la petite gare la plus moche que j'aie jamais vue de ma vie. Impossible de payer par carte au guichet où personne ne parle anglais, et il m'a fallu parcourir le quartier sous une pluie battante pour trouver une banque.

Budapest est sans doute une ville charmante quand il fait beau, mais sous la pluie, c'est seulement gris. Et moche. Et pauvre.

Je ne comprends rien à ce que disent les gens, mais je reconnais la musique de la langue. Je suis toute surprise lorsque je reconnais un mot de temps en temps. Mes quelques rudiments de vocabulaire sont tout de même tres utiles, mais j'ai l'impression qu'il me faudrait une demi-heure pour réussir à former une phrase entière correcte.

J'ai eu le sentiment de revivre mes premiers pas en Allemagne et cette confusion d'être plongée au milieu d'une langue que l'on devrait connaître. Mais la langue de la vie n'a pas grand chose à voir avec la langue des exercices de grammaire.

Les commentaires sont fermés.