Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 juin 2010

Haute Fidélité, de Nick Hornby

Il n'y a pas vraiment de chansons pop sur la mort - pas de bonnes, en tous cas. C'est peut-être pour ca que j'aime la pop music, et que je trouve la musique classique un peu craignos. Il y avait bien cet instrumental d'Elton John, Song for Guy, mais bon, c'était juste un truc au piano, gling-gling, qui peut vous servir à l'aéroport autant qu'à votre enterrement.
"Bon, les gars, les cinq meilleures chansons pop sur la mort.
- Super, dit Barry. Une liste en hommage au père de Laura. D'accord, d'accord.
Leader of the pack. Le mec meurt en moto, non ? Et puis y'a Dead man's curve de Jan and Dean, Terry de Twinkle. Hm... celle de Bobby Goldsboro, tu sais, And honey, I miss you..." Il la chante faux, plus encore qu'il n'aurait fait normalement, et Dick rigole. "Et Tell Laura I love her, alors ? Ca ca déménagerait, non ?" Je suis content que Laura ne soit pas là pour voir quel divertissement nous a fourni la mort de son père.
"Je cherchais des chansons sérieuses. Un truc qui témoigne d'un peu de respect, tu vois.
- Quoi, tu fais DJ pour l'enterrement, c'est ca ? Aie. Dur boulot. Mais même, celle de Bobby Goldsboro ferait un tabac. Tu vois, quand les gens ont besoin de se changer les idées. Même la mère de Laura pourrait la chanter." Il chante la même phrase, toujours aussi faux, mais cette fois avec une voix de fausset qui indique que c'est une femme qui chante.
"Laisse béton, Barry.
- J'ai déjà trouvé ce qui passera à mon enterrement, en tous cas.
One step beyond de Madness. You can't always get what you want.
- Juste parce que c'est dans
Les copains d'abord.
- Mais j'ai jamais vu
Les copains d'abord, si ?
- Sale menteur. On l'a vu dans une double séance Lawrence Kasdan, avec
La fièvre au corps.
- Ah ouais. Mais j'avais oublié ce truc-là, je te jure. J'y pensais même pas.
- À peine."
Et cetera.
Je ressaye plus tard.
"
Abraham, Martin and John, dit Dick. Elle est plutôt douce.
- C'est quoi le prénom du père de Laura ?
- Ken.
-
Abraham, Martin, John et Ken. Nan. Je le sens pas.
- Dégage.
- Black Sabbath ? Nirvana ? Ils sont tous branchés mort."
Et voilà comment Ken est pleuré chez Championship Vinyl.

J'ai pensé à ce que je voudrais qu'on entende à mon enterrement, mais je n'ai pu le confier à personne de peur qu'on ne me rie au nez. One love de Bob Marley ; Many rivers to cross de Jimmy Cliff ; Angel d'Aretha Franklin. Et j'ai toujours rêvé qu'une très belle femme en pleurs insiste pour qu'on passe You're the best thing that ever happened to me de Gladys Knight, sauf que je ne vois pas qui serait cette très belle femme en pleurs. Mais , après tout, c'est mon enterrement, et j'ai le droit d'être généreux et sentimental si je veux. Ca ne change rien à ce qu'a démontré Barry, même s'il ne le savait pas lui-même : à savoir que nous avons ici quelques milliards d'heures de musique enregistrée, et pas plus d'une minute qui décrive ce qu'éprouve Laura en ce moment.

Commentaires

La pop est comme ça. Un passage génial de ce dernier livre que j'ai lu. Un coup de coeur total !
Bon article car un bon passage bien choisit.
Cordialement

Dicky le canard

Écrit par : Dicky le canards | mardi, 08 juin 2010

Ah ben tu vois j'avais pas spécialement aimé le film mais là tu m'as donné envie de lire le bouquin !

Écrit par : Winnie | mardi, 08 juin 2010

Les commentaires sont fermés.