Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 janvier 2010

Guards! Guards! de Terry Pratchett

Traduction perso

"On étaient pas censés tuer ses dragons de compagnie, chef ?" dit un autre guarde. "Je pensais que Mr Wonse avait dit un truc à propos de tuer tous les dragons."
"On devait juste la menacer de le faire", dit le capitaine.
Le guarde fronca des sourcils. "Vous êtes sûr, chef ? Je pensais..."
Le capitaine en avait par dessus la tête. Être confronté à des harpies hurlantes et des glaives qui font des bruit de soie qui se déchirent avaient sévèrement entamé sa capacité à considérer le point de vue des autres.
"Oh, vous pensiez, comme ca?" gronda-t-il. "Vous êtes un penseur, c'est ca? Vous ne pensez pas que vous auriez votre place dans un autre corps de garde, peut-être? Chez les guardes de la ville, par exemple ? Il y a plein de penseurs chez eux."
Les autres guardes émirent un ricanement nerveux.
"Puisque vous pensiez", ajouta le capitaine avec sarcasme, "vous auriez dû penser que le roi n'a certainement pas envie de voir d'autres dragons tués, n'est-ce pas ? C'est certainement des parents éloignés, ou un truc du genre. Je veux dire, ca m'étonnerait qu'il veuille qu'on s'amuse à aller tuer des membres de sa propre espèce, non ?"
"Et ben, chef, comme ca arrive chez les hommes, chef..." dit le guarde en pleurnichant.
"Ah, hem", dit le capitaine. "C'est différent." Il tapota d'un air entendu le bord de son casque. "C'est que nous, on est intelligents."

Terry Pratchett est super à la mode en ce moment, j'ai remarqué. Surtout chez les geeks intelligents.
Malheureusement j'ai quand même du mal à accrocher à cet univers de gros n'importe quoi fantastique, qui se moque gentillement des codes du genre. Je ne suis pas assez impreignée du genre pour qu'une histoire à rebrousse-poil puisse vraiment faire mouche chez moi.
Resteront de cette lecture quelques petites perles de pointes contre la société. Contre l'homme. Contre la science.

Un livre à recommander à ceux qui cherchent désespérément un équivalent littéraire au Donjon de Naheulbeuk.
Et d'après mes sources, la traduction francaise est super.

Les commentaires sont fermés.