Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 décembre 2009

Kellemes karàcsonyt !

Allez, on répète après moi : ko-ra-tcho-gneu !
Mais oui, c'est ça, BRAVO ! Vous venez de prononcer votre premier mot en hongrois. Vous avez dit "Karàcsony", c'est à dire "Noël".

Limite un soulagement de trouver de la bonne musique industrielle. Ouf, on se sent un peu moins perdue...

Refrén:
Minden ünnep legszebb fénye.
Szép Karácsony eljött végre!
Ilyenkor szebb lesz a világ,
Minden ember mosolyt vár.

Havas tájon a messzeségbe
Száncsengő szól hóesésben.
Az ablakon egy jégvirág
Huncut szemmel kacsint rád.
Mire vársz?

Kint hófehér már a táj, bent kandalló éltet.
Fenyő illata vár színes gömbbel és dísszel.
Béke és csend honol, lelkedben érzed.
Tárd ki szíved jól! Át kell, hogy érezd!

Refrén

Az ágon hó pihen, csillog a fénye.
Házakból szólni kezd halkan egy ének.
Béke és csend honol, lelkedben érzed.
Tárd ki szíved jól! Át kell, hogy érezd!

Refrén (2x)

Et enfin un poème de Noël.

jeudi, 17 décembre 2009

The Ice Storm

Le film de Noel du jour, c'est le très beau "Ice Storm" de Ang Lee (où l'on découvre Christina Riccie, Tobey Maguire et Katie Holmes ados, rien que pour ca, c'est marrant).
Un sympatique mélange entre l'esthétique d'Harold et Maud, l'humour d'un Woody Allen et la poésie du Cercle des poètes disparus.

L'histoire retrace quelques journées de la vie de deux familles voisines (une petite semaine, entre la fin des cours, Thanksgiving et une nuit de tempête deux jours plus tard) dans les années 70 (en pleine crise Watergate, révolution sexuelle et bouleversement des moeurs). Le coeur du film, c'est cette nuit de tempête, où les tensions qui ont augmenté depuis le début du film vont se libérer... et ca va pêter.

icestorm.jpg
Oui, Wendy (Christina Ricci) porte un masque de Nixon...
Et oui, il s'agit d'une scène "érotique" clé du film.

Cette scène est une parfaite illustration du caractère du film : on n'arrive pas vraiment à savoir si il s'agit d'une comédie (on pourrait presque être en plein American Pie), une satire politique, où si cet horrible masque ne fait pas tout simplement peur.
Du point de vue officiel, le film est une "comédie". Mais dans le fond, le film n'a pas eu un succès fou. Et cela est dû certainement au fait que le film n'est pas vraiment classable dans un genre.

Ce qui m'a tout de suite fascinée dans ce film, c'est l'esthétique.
Sans doute en grande partie parce que j'aime de toutes facons les films des années 70.
Mais il est quand même très intéressant de voir que le décors ne fait que poser des obstacles aux acteurs. Ils passent leur temps à devoir contourner les objets pour pouvoir se déplacer. Alors que d'un autre côté, Wendy, la fille, lance des propos communistes à tout bout de champ et déclare vouloir abolir le concept de possession matérielle.
La nature, elle, reflète l'humeur des hommes (ce n'est pas par hasard qu'il y aie justement une tempête à ce moment là). Elle est en communion et non en opposition. Elle offre également des couleurs chaudes et harmonieuses, à la place des... comment dire... merveilleux arrangements de couleurs dont les années 70 avaient le secret.

Il y aurait beaucoup à dire sur ce film.
Mais j'ai peu de temps, et puis je vous laisse vous faire une idée par vous même. Je ne dis pas ca juste comme ca. Vraiment, n'hésitez pas à voir ce film. Il est bien.

mercredi, 16 décembre 2009

Liste de Noel, post scriptum

Sinon, si Papa Noel passe dans une Parapharmacie, il peut me rapporter ca :

P0300475.JPG
C'est le baume à lèvres "Rêve de miel", chez Nuxe, et je ne peux plus vivre sans lui (et mon pot est presque vide).

Si Papa Noel passe chez Sephora, il peut aussi tant qu'à faire me prendre leur fard à paupière "engagement ring n°1", qui est trooooop beau (et qui brille), même si je saurai pas avec quel fard foncé l'assortir...
(mais j'y réfléchis)

Liste de Noel

Voilà Noel qui approche, et il paraît qu'il faut que je fasse ma liste au Papa Noel.
Donc on est partis pour un post qui ne va pas trop vous concerner si vous n'êtes pas Papa Noel en personne (de quoi ?!? Papa Noel lit mon blog ? Quelle notoriété j'ai acquise, c'est fou...)

J'ai une très petite liste cette année, mais je veux la commencer par un message très personnel dirigé à ma famille, et plus particulièrement aux membres du Conseil des Sages :

Nan mais vous croyez pas que je vous vois pas venir à rien dire sur le jeu de Noel, non ?
Que nenni, vous ne passerez pas outre le jeu de Noel cette année.

Parce que j'en ai décidé ainsi, na.
Et donc, je propose un concept fort simple cette année : on fixe un prix pour le cadeau, on tire au sort, puis c'est l'emballage du cadeau qui doit faire deviner à qui il est adressé.
Vous en pensez quoi ?

Bon. Maintenant que Sainte Lodi a remis un peu d'ordre dans ce chaos et que les bonnes vieilles traditions ont repris le dessus sur le néant jeu-de-noelesque actuel, je vais pouvoir retourner à ma liste.

 

weihnachtsmann_weltfrieden.jpg

THE very cadeau de Noel que je me souhaite du fond du coeur cette année, c'est un appareil photo numérique.
Le modèle m'est un peu égal, mais je veux qu'il fasse des photo (tant qu'à faire) et des vidéos avec le son (très important).
Et bien sûr, si y'a stabilisateur d'image, c'est quand même super bien.

Feu mon appareil numérique était un Canon IXUS 8001S, et j'ai filé le parfait amour platonique avec lui.
Comme ca, ca vous donne une idée.

C'est un peu tout ce que je veux.
Il y a beaucoup beaucoup beaucoup de trucs dont j'ai besoin, mais comme j'ai entendu dire que le père Noel vit en France, j'ai peur qu'il lui soit difficile de se procurer :
- un micro-onde (d'occasion, ca me va), mais qui passe sur une prise électrique ALLEMANDE
- des chaussures de course adaptées à mes genous (par definition - il me faut bien faire prendre les mesures moi-même)
- un Blush crème de chez Une (un truc écolo), mais j'ai auune idée de la couleur qu'il me faut (parce que ca se vend en France et que j'ai pas eu l'occasion de tester). Donc ca vous avance pas beaucoup.

A part ca, dans la traditionnelle interminable liste des livres que je veux pour Noel, pour le moment, il n'y a que ca :
- "Au service de la sagesse", de Michel Nodé-Langlois (Tempora)

Mes fantasmes vestimentaires du moment sont trop vagues pour figurer dans la liste.
Mais bon, si jamais au hasard de vos errances dans les magasins, vous vous dites : tiens, c'est exactement ca ! ; alors, informez-en le Père Noel (ou vous pouvez noter les références et me demander aussi).

- J'aimerais bien trouver des collants plumetis. Mais j'en ai trouvé nulle part pour le moment.

- J'aime beaucoup cette mini-jupe :

jupe.JPG

mais je ne sais pas du tout d'où elle sort. En fait, j'aime beaucoup ses couleurs très vives mélangées au noir, pour une mini-jupe, c'est très joli.

- ma robe trop top de chez Orsay est déjà posée à côté de mes plus belles bottes, je serai la plus belle pour aller à la messe de minuit, merci Papa Noel !

Je vais essayer de trouver d'autres idées pour la liste. Mais pour le moment, c'est tout.

Faut dire que je prends rarement le métro du côté de Friedrichshain, d'habitude

Samedi soir dans le métro j'ai rencontré

- deux punkettes

Vraiment très outrément punkettes. Elles portaient des tas de vêtements colorés, et surtout de très longs cheveux qu'elles avaient dressés sur leur tête (à la punk, quoi). Elles étaient toutes les deux plongées chacune dans son bouquin. Tout le monde se retournait en passant devant elles, et je les trouvaient franchement très jolies.
Puis elles sont arrivées à destination, sont descendues sur le quai, et j'ai pu lire dans le dos du blouson en cuir de la plus petite "I hate myself and I want to die". Tout de suite moins réjouissant.

- un monsieur

qui a passé tout le trajet à me dire que j'avais de belles dents et qu'il fallait que je les brosse tous les soirs.
Heureusement, il ne faisait qu'une station.

- un couple

maquillés tous les deux du même magnifique smoky noir. Sauf que sur un garcon, c'est quand même relativement peu courant.

- une fille qui portait des dread-locks

qui lui tombaient jusqu'au genou. Elle en avait énormement, de toutes les couleurs, et les avait rassemblées en deux couettes retenues par des énormes rubans satinés magnifiques.
L'ensemble avait une forte coloration japonisante... à moins que ce soit moi qui voie du manga partout, qui sait.

Miwako.jpg

- trois travestis

que je n'ai pas immédiatement reconnus comme tels. J'ai juste cru que c'était trois femmes très grandes et très maquillées qui se rendaient à une soirée au dress-code très classieux. Ce qui m'a poussé à y regarder de plus près, ca a été le groupe de supporters de hockey qui leur faisait face et se bidonnait de manière ni très fine, ni très discrète. Les trois travertis jetaient des regards excédés dans leur direction (et y'avait de quoi).

vendredi, 11 décembre 2009

Animémania : Slam Dunk

Et oui, ENCORE un manga de sport.

Bon, alors déjà, si vous avez pas des palpitements au coeur en voyant la première action du générique (la combinaison à trois juste avant que le titre apparaisse), je pense que vous pouvez passer votre chemin tout de suite.
Moi, rien que de voir ces 11 premières secondes, ca me rend hystérique. Cette fluidité dans les mouvements... ces tout petits ralentis, juste ce qu'il faut... et cette feinte... ah, c'est magnifique !!!
Le générique a beaucoup de défauts, mais les actions (celle-là et l'attaque en 0:48) sont vraiment parfaites.

Elles illustrent d'ailleurs LE point fort de la série, puisque si je ne suis pas fan du dessin, par contre, il faut lui reconnaître une fluidité rarement égalée.
Des actions de ouf.
Moi, je les suivais sur 100 autres épisodes, si ils avaient voulu...

sakuragi.jpg


Le héro, donc, Sakuragi Hanamichi.
Au début, j'ai eu vachement de mal avec ce héro. Trop bruyant, trop brutasse. Pas du tout le héro normal des mangas. C'est un peu comme si on avait donné la première place au personnage secondaire énervant, vous savez, celui qui apparaît dans tout bon manga qui se respecte, avec sa voix criarde, son hystérie insupportable, et qui accumule normalement tous les défauts : égoiste, vantard, égocentrique et borné.
Ben voilà, c'est Hanamichi. Et bien croyez-moi si vous voulez, mais il tiens super bien la route, comme perso principal. D'une part, ca nous évite pour une fois d'avoir droit au perso secondaire pré-cité (qui m'horripile en général - raison pour laquelle j'ai arrêté "Olive et Tom", d'ailleurs, la suportrice principale me tapait sur les nerfs). Et d'autre part, pour la première fois, si vous me demandez à la fin quel a été mon chouchou, et bien... c'est Hanamichi. Alors que j'ai toujours mon chouchou parmis les persos secondaires, d'une manière générale. Preuve que le pari est réussi !

week-1-out-hanamichi-sakuragi.jpg
(mais on est bien d'accord que la banane des années 80, ca lui va beaucoup mieux que sa coupe rasée à la fin de la série)

Bon, ensuite, c'est du basket.
Faut aimer.
Moi, depuis "Dear Boys", j'ai un truc avec les mangas de basket.
Faut dire qu'un sport où les attaques n'ont pas le droit de durer plus de 30 secondes (ben oui, y paraît que c'est dans les règles), ca aide à ne pas s'endormir devant sa télé (c'est pas comme le foot).
Et si vous y connaissez rien au basket, alors je dis : Vous êtes tout à fait à bon port. Parce que "Slam Dunk" est concu de manière tout à fait didactique. Le héro étant un parfait débutant, on apprend toutes les règles en même temps que lui (et on commence par : au basket, il faut dribbler - c'est dire si ca commence doucement). Et en 101 épisodes + un film, vous avez le temps d'en voir passer, des règles. Sincèrement, je pense être maintenant capable de vraiment suivre un match de basket (et de reconnaître à la fois les différents paniers, les statégies de défense, pourquoi les joueurs font des fautes et tout), et même pire, en avoir envie. Ce qui n'est pas mon but quand je regarde un animé de sport, mais enfin, c'est un avantage non-négligeable.

A noter aussi que "Slam Dunk" donne la part belle aux "rebonders" (bref, aux joueurs dont le rôle est de se placer sous le panier pour rattrapper les rebonds), et pas aux marqueurs qui ont normalement toujours la vedette.

Enfin, il faut bien que l'animé ait des mauvais côtés aussi.
Laissons de côté le dessin... je préfère des trucs plus Shôjo, mais si c'est pour que l'histoire soit niaise, j'accepte un dessin un peu plus heurté.
Mais alors je vous demande un peu : qu'est-ce que c'est que cette série d'épisode interminable où tout le monde se tape dessus dans le gymnase ??? Nan mais franchement ? Facile 4 ou 5 épisodes, où on ne voit que du sang gicler et des grosses brutes se donner des coups de poing. Aucun intérêt pour l'intrigue, aucun intérêt dans la psychologie des personnages, aucun intérêt... Il fallait absolument un quota de sang dans un manga sur le BASKET ???
Enfin, fort heureusement, cette parenthèse bizarre n'a rien à voir avec le reste de l'animé.
Mais franchement, quelle idée...

Bref, "Slam Dunk" (inspiré d'une histoire vraie, en plus - car Sakuragi Hanamichi a vraiment existé - que demande le peuple ?) se classe vraiment dans mon top.
Sans égaler "Hajime no Ippo" (mais c'est une question de goût), il se situe dans ce courant très Shonen, didactique et - finalement - attachant.
A consommer sans modération.

lundi, 07 décembre 2009

Comment que ca va les scouts ?

Y'a Myrtille qui se plaind que je ne parle plus des scouts.

Elle a d'ailleurs tout à fait raison.

 

La fin de l'année scolaire a entraîné le départ des chefs francais (Line et Bob, Myrtille nous ayant quittés depuis février déjà).

Marcipoil s'est également volatilisé de manière quelque peu étrange. Je ne reviendrai pas sur son départ, parce qu'il est entouré d'un peu trop de mystères non-élucidés, mais Hercule Poirot est sur le coup (ou pas).

Et enfin, Fritz a pris sa retraite scoute, après plusieurs années de bons et loyaux services.

 

La nouvelle année a cependant amené son lot de nouveaux chefs francais.

Chaque année, c'est de pire en pire. Le groupe Sankt Otto commence à devenir une annexion francaise... A la dernière réunion-chefs, c'est bien simple, mon arrivée tardive a fait basculer la majorité du côté des francais.

Quatre nouveaux chefs francais, donc, parmi lesquels Gwladys et Barnabé que je kiffe d'amour (pas que j'aime pas les autres, mais j'ai peu eu l'occasion de faire leur connaissance). Et une nouvelle cheftaine allemande (mais francophile – il vaut mieux pour elle, cela dit).

 

Chez mes 13-16 ans, un peu de changement du côté des chefs donc, puisque si Chtef-Chtef et moi restons fidèles au poste, nous sommes maintenant rejoints par la nouvelle cheftaine allemande et Gwladys (youpi !).

 

Quant aux projets, il y en a à la pelle.

    • au niveau national : une grande „entreprise“ au niveau national de la tranche d'âge, qui consiste en ce que chaque unité monte un projet interculturel, entreprise à laquelle nous voulons absolument participer, et dont je vous donnerai donc surement des nouvelles

    • au niveau berlinois : un camp d'été qui commence déjà à se profiler à l'horizon

    • au niveau franco-allemand : notre unité jumelée du camp de l'été dernier (un groupe de pionniers de Mitry) souhaite venir passer une semaine à Berlin en avril

    • en ce qui me concerne : je suis en pleine formation „Cham“ (qui bien sûr ne s'appelle pas Cham en Allemagne, et ne correspond pas tout à fait à un Cham, sinon ce serait trop simple...) ; j'ai passé ma semaine de formation en avril dernier, et je dois maintenant faire quelques „exercices pratiques“ (dont mes pauvres Pfadis font en ce moment les frais) avant mon week-end d'évaluation qui aura lieu en mars prochain

Vous rajoutez à cela les fêtes de Noel habituelles, les innombrables réunions chefs en tous genres, les actions diverses et les imprévus, et vous avez déjà un emploi du temps bien rempli...

C'est pas encore cette année qu'on va s'ennuyer.