Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 17 décembre 2009

The Ice Storm

Le film de Noel du jour, c'est le très beau "Ice Storm" de Ang Lee (où l'on découvre Christina Riccie, Tobey Maguire et Katie Holmes ados, rien que pour ca, c'est marrant).
Un sympatique mélange entre l'esthétique d'Harold et Maud, l'humour d'un Woody Allen et la poésie du Cercle des poètes disparus.

L'histoire retrace quelques journées de la vie de deux familles voisines (une petite semaine, entre la fin des cours, Thanksgiving et une nuit de tempête deux jours plus tard) dans les années 70 (en pleine crise Watergate, révolution sexuelle et bouleversement des moeurs). Le coeur du film, c'est cette nuit de tempête, où les tensions qui ont augmenté depuis le début du film vont se libérer... et ca va pêter.

icestorm.jpg
Oui, Wendy (Christina Ricci) porte un masque de Nixon...
Et oui, il s'agit d'une scène "érotique" clé du film.

Cette scène est une parfaite illustration du caractère du film : on n'arrive pas vraiment à savoir si il s'agit d'une comédie (on pourrait presque être en plein American Pie), une satire politique, où si cet horrible masque ne fait pas tout simplement peur.
Du point de vue officiel, le film est une "comédie". Mais dans le fond, le film n'a pas eu un succès fou. Et cela est dû certainement au fait que le film n'est pas vraiment classable dans un genre.

Ce qui m'a tout de suite fascinée dans ce film, c'est l'esthétique.
Sans doute en grande partie parce que j'aime de toutes facons les films des années 70.
Mais il est quand même très intéressant de voir que le décors ne fait que poser des obstacles aux acteurs. Ils passent leur temps à devoir contourner les objets pour pouvoir se déplacer. Alors que d'un autre côté, Wendy, la fille, lance des propos communistes à tout bout de champ et déclare vouloir abolir le concept de possession matérielle.
La nature, elle, reflète l'humeur des hommes (ce n'est pas par hasard qu'il y aie justement une tempête à ce moment là). Elle est en communion et non en opposition. Elle offre également des couleurs chaudes et harmonieuses, à la place des... comment dire... merveilleux arrangements de couleurs dont les années 70 avaient le secret.

Il y aurait beaucoup à dire sur ce film.
Mais j'ai peu de temps, et puis je vous laisse vous faire une idée par vous même. Je ne dis pas ca juste comme ca. Vraiment, n'hésitez pas à voir ce film. Il est bien.

Les commentaires sont fermés.