Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 octobre 2009

Professeur Jones entre en lice

Cela fait bien longtemps que je ne vous ai pas parlé du monde merveilleux de la section linguistique de la FU, mieux que Disneyland, parce qu'ici y'a même pas de Capitaine Crochet - Linguiland si vous voulez.

Maintenant que je suis une warior, que j'ai survécu deux années au programme intense des études allemandes, je commence à avoir fait le tour de Linguiland.

Je fini même par éprouver une sorte d'attendrissement lorsque je vois se dessiner au loin la silhouette filiforme de Konfus.
Vous ne pouvez pas avoir oublié Konfus, le grand maestro de la linguistique sur ordinateur, l'énigme humaine au baragouin incohérent et incompréhensible.
Or, depuis la dernière fois où je vous ai parlé de lui, j'ai lu un livre de Konfus. Et bien figurez-vous que ses bouquins sont merveilleusement clairs, lumineux et bien construits. Il est donc fort dommage qu'il ne sache pas parler comme il écrit.

Konfus, donc, règne tel Mickey Mouse sur Linguiland. Et lorsque, comme moi, on est une linguiste germaniste, on n'a jamais eu jusqu'ici l'occasion de rencontrer son grand acolyte, le Monsieur Konfus des langues romanes, j'ai nommé le Professeur Jones.
Le professeur Jones, j'ai décidé de l'appeler professeur Jones parce qu'il ressemble vachement à Indiana Jones, sauf que ce serait un Indiana Jones sans fouet, avec une moustache d'Asterix, des cheveux longs, sans la chemise ouverte avec les poils sur le torse, qui aurait mal vieilli et pris du bide, et s'habille vraiment très très mal. Bon, en fait, il ressemble plutôt à Ordralphabétix qu'à Indiana Jones, mais Professeur Jones, ca sonne mieux que Professeur Ordralphabétix, donc on fera avec.
Professeur Jones surprends un peu la première fois qu'on le voit, parce qu'il mastique nerveusement et inlassablement un chewing-gum. Ca donne un rythme un peu saccadé à ses phrases. Son addiction aux chewing-gum vient en réalité de son tabagisme éffrenné. C'est la seule solution pour lui permettre de passer deux heures à donner un cours dans un amphis non-fumeur.
Il a au moins le mérite d'être un bon professeur pédagogue, dont les cours sont clairs, et qui est capable de répondre aux questions qu'on lui pose.

Professeur Jones sera mon professeur 2h par semaine ce semestre, pour un cours intitulé "Algoritmes et modèles dans la syntaxe".
Un titre bien ronflant pour un cours pas très impressionnant, mais qui repart de zéro et pose les bases de la linguistique générative. Donc oui, j'en suis revenue exactement au même point qu'il y a deux ans (pour vous faire une idée, aujourd'hui on a découvert le shéma X-bar... oh ben ca alors, mais quelle surprise !). Autant dire que pour le moment je suis un peu blasée...
Bref, mon master est très bien, et nous avons des profs très compétents... mais sincèrement, les cours tournent un peu en rond.

Les commentaires sont fermés.