Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 mars 2010

Animémania : Cowboy Bebop

Si on veut savoir à quoi s'attendre en regardant Cowboy Bebop, un coup d'oeil sur le générique suffit presque.

Une esthétique un peu vieillotte, et du jazz.

Presque du James Bond, très américain, mais en dessin animés. Dans le dessin, on est loin du manga typique, plutôt encore dans du dessin "classique", c'est presque du Corto Maltese. D'ailleurs (je parle pour les madames et les mademoiselles), je vous défie de voir les 26 épisodes sans finir amoureuses du héro, Spike, le beau brun ténébreux - ben oui, Corto Maltese quoi.
Il y a un petit quelque chose de Bob Morane aussi. Et de Lucky Lucke. Mais ca, c'est voulu.

 

10705-130377_13754_spike_spiegel_super_super.jpg <3

Parce que oui, ca reste des histoires de cowboy. De cow-boys du futur, qui vivent dans vaisseau spatial, certes, mais des cowboys quand même. En fait, des chasseurs de prime, qui poursuivent des méchants dans tout le système solaire.

Alors moi, vous savez, les histoires de vaisseau spatial, c'est pas mon grand trip.
Mais ils sont vraiment sympas ces chasseurs de primes. Les persos des méchants manquent un peu de profondeur. Les méchants sont méchants, quoi. Mais les personnalités de ceux qui composent l'équipage sont bien travaillées et attachantes (j'ai un peu de mal avec la gamine à la voix suraigüe - personnage intéressant cela dit, qui, même graphiquement (voir ci-dessous), tranche avec le reste de l'animé et introduit une touche bien plus manga, plus japonaise... la nouvelle génération ?).

 

52ed.jpg

Comboy Bebop est un animé un peu diatonique. Un animé qui se veut résolument noir, qui aborde les thèmes de la drogue, de la manipulation génétique, des sectes, de l'engrenage de la violence, de la mort, avec des scènes d'un réalisme un peu trash, et qui d'un autre côté ne se départit jamais d'une touche d'humour assez fin, un animé un peu en suspension entre sa légèreté et sa lourdeur. Le tout garde un équilibre intéressant.

Par conséquent, je ne peux que le recommander.
D'autant que le sénario prend un malin plaisir à toujours prendre une tournure légèrement différente que celle à laquelle on s'attendait.
Diatonique.

 

Spike-Faye-cowboy-bebop-2657221-294-432.jpg

Commentaires

Le film donne envie de regarder la série en tout cas

Écrit par : Elhad | dimanche, 03 juillet 2011

Le film donne envie de regarder la série en tout cas

Écrit par : Elhad | dimanche, 03 juillet 2011

Les commentaires sont fermés.