Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 janvier 2009

Bob est de retour

Quoi de neuf sous le soleil brûlant de Berlin ?
(mas oui, le froid, ça brûle)

Lundi contrôle de hongrois. Que j'avais vachement révisé, en plus.

Mardi, enfin enfin, Bob est revenu.
Il s'est d'ailleurs direct invité chez moi pour manger des tacos. Aucune éducation, ce Bob.

Mercredi, soirée avec Mirtille pour aller assister à une conférence sur la place de la femme dans la Bible. Et préparation du week-end de mars.
Finalement, se joignent son cousin et sa copine en visite à Berlin, puis Bob et une copine de médecine en visite à Berlin, et zou, tout ce petit monde se retrouve dans un bar sans nom (si, si, il avait vraiment pas de nom), où avec un mot de passe obtenu on ne sait trop comment, on peut aller jouer au tennis dans la cave qui fait boîte de nuit à partir de 23h. Berlin, c'est trop marrant.
Pour la peine, on a convaincu Chtef-Chtef, Michi et une copine à eux de se joindre à nous.

Pas très fraîche le lendemain.
Pourtant, j'étais la seule à peu près réveillée en cours de linguistique sur ordinateur (oui, les horribles formules de l'autre jour).
J'ai bien dormi le soir, quand même.

Vendredi, j'ai donné mon premier vrai cours de français. Mon élève est un cuisinier, membre d'un club d'eunologie qui se réunit tous les ans à Paris, qui a décidé d'apprendre le français.
C'est un sacré travail à préparer, mais quand j'ai vu ma paye, je me suis dit que j'étais d'accord pour remettre ça chaque semaine. Le plus dur, c'est de trouver l'équilibre : ni trop prévoir d'un coup, ni pas assez.

Le soir, Bob m'a invitée chez lui boire une bière avec la copine que je connaissais déjà de mercredi (une fille géniale, et comme par hasard, toulousaine).
Elle s'en va demain, et donc ce soir, c'est grande fête d'adieux (en fait, grand prétexte à encore sortir ce soir...ces étudiants en médecine, décidemment !).

Vendredi commençait d'ailleurs un long week-end.
Car mon prof de hongrois n'est pas là lundi, mon prof de linguistique n'est pas là mardi, et mon cours du mercredi matin a été supprimé.
Ca me laisse tout le temps nécessaire pour préparer les examens qui arrivent et boucler mes devoirs de DaF.
Je n'ai plus que deux semaines à tenir avant les pseudo-vacances.
Mais c'est promis, la veille des exams, Bob fait la fête sans moi.

Si on me cherche, je suis, heu... en train de travailler.

Les commentaires sont fermés.