Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 décembre 2008

Manies de lectrices

D'après un questionnaire trouvé chez Laconteuse. Encore des bouquins, me direz-vous ("eh bé oui", vous répondrais-je).

Plutôt corne ou marque-page ?

Vous voulez me faire avoir une attaque ? CORNER une page ?!? Plutôt mourir.
Plus sérieusement, je suis en possession d'une magnifique collection un peu éclectique de marques-pages, ce qui explique sans doute la raison pour laquelle je n'en ai jamais un seul sous la main. On trouve donc en général dans mes bouquins un ticket de métro, un bout de papier déchiré dans un journal, une carte à jouer (et on s'étonne après que les jeux de cartes soient incomplets), un flyer quelconque...
Tout dernièrement, j'ai reçu un marque-page de ma nièce adorée, et je fais un peu exception à la règle en le trimbalant dans les bouquins. Ça me permets de faire admirer ma filleule à tout le monde.

As tu déjà reçu un livre en cadeau ?

Ben plutôt deux fois qu'une.
D'ailleurs c'était le cas du dernier livre que j'ai lu.

Je n'en offre peut-être pas assez...

Lis tu dans ton bain ?

Hors sujet, mais je ne supporte pas de prendre un bain d'une manière générale.

As tu déjà pensé à écrire un livre ?

Pensé... très certainement.
Je pars du principe qu'on parle ici de livres romans. Parce que j'écrive un bouquin sur la linguistique quantique du vieux-haut-allemand primitif en syntaxe verbale comparé au hongrois, c'est effectivement fort probable, le jour où je serai devenue un grand professeur multi-doctoré de la faculté de Berlin (mais si, mais si).
Mais quant à un livre que y'aurait vraiment des gens pour le lire... Oui, certe, j'y pense à chaque fois que j'écris je suppose. Tout en considérant cela comme quelque chose qui m'arrivera peut-être un jour dans très longtemps, qui sait ? Ou à titre posthume, quand mes fans en délire et en deuil inconsolable rassembleront mes journaux intimes et ma correspondance pour les publier chez La Pleiade (y vont s'amuser, c'est moi qui vous le dit).

Je pense qu'en fait le besoin d'écrire un livre est devenu moins urgent du jour où mon frère (adoré que j'aime d'amour et que je salue si il lit ces lignes) a commencé à s'y mettre.
Sans dec', vous devriez lire les trucs de mon frère, c'est vraiment super ce qu'il fait (à la fois hyper différent et incroyablement semblable à ce que j'écrirais, si j'écrivais).

Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?

Marcel Proust, je t'aime !

Excusez-moi, c'est sorti tout seul.
C'est la première chose qui m'est venue à l'esprit en lisant les réponses des autres blogueuses qui se sont prétées au jeu, et qui sont plutôt d'avis que les trucs en plusieurs tomes, c'est cool, à condition qu'il y en ai pas trop et que les tomes soient pas trop longs.
Moi, bien au contraire, je trouve que c'est la forme la moins frustrante du roman. La Comédie Humaine ou A la recherche du temps perdu ont cela d'extraordinaire que j'ai la délicieuse impression de pouvoir retrouver les personnages à l'envie dans de nouvelles aventures quand l'envie m'en prends (je n'arrive pas encore à envisager qu'un jour j'aurai lu la totalité des tomes), tout en ayant la satisfaction d'avoir atteinds la dernière page d'un livre (parce que je n'aime pas laisser un livre en suspens).

D'ailleurs, sincèrement, mais lisez A le recherche du temps perdu. Non, vraiment. C'est absolument exquis. C'est tellement drôle, et intelligent, et passionnant !
Mais c'est vrai que c'est dur de rentrer dedans, ça demande de ne pas abandonner dans les 100 premières pages, où d'être bloquée plusieurs mois à l'hôpital (ce qui fut le cas de ma prof de français adorée dans sa jeunesse... et ça a laissé des traces indélébiles). Mon conseil serait de commencer par A l'ombre des jeunes filles en fleurs, qui est un peu à part, un peu plus léger, et qui forme une unité assez cohérente.

As tu un livre culte ?

Quand j'étais vraiment vraiment jeunette, j'avais un livre culte.
Le titre m'est revenu dans un éclair : L'inconnu du quatrième de Alice Hulot.
Il ne m'a pas fallu longtemps à l'époque pour me rendre compte que j'adorais d'une manière générale tous les livres publiés en édition Cascade (ce qui m'a d'ailleurs poussé à restreindre mes ambitions de lecture à quelque chose de faisable, car mon entreprise de lire tous les livres de la bibliothèque du quartier m'avait valu quelques grosses déceptions (ben oui, les bouquins des auteurs commençant par A ne sont pas tous génialissimes), tandis que celle de lire tous les Cascade s'est révélé bien plus palpitante - il me semble que j'avais réussi, d'ailleurs).

Finalement, à l'heure qu'il est, je n'ai pas de livre culte, mais j'ai une collection culte : il s'agit des livres imprimés dans les années 70 chez Brodard et Taupin. Ces vieux livres de poche avec une tranche colorée orange ou marron, et qui ont une odeur si particulière.

Aimes tu relire ?

Relire est quelque chose de tout récent encore.
Jusqu'ici, l'idée même m'était désagréable.
Mais les romans d'Amélie Nothomb sont conçus pour la relecture (elle l'avait expliqué dans une superbe interview en septembre). J'ai relu Amélie Nothomb, j'ai relu André Gide, j'ai relu des passages de Proust. En fait, c'est une démarche intéressante.

Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu'on a aimé ?

C'est étrange, je ne l'ai jamais envisagé.
D'ailleurs, rencontrer Proust ou Julien Green, ça devient difficile de nos jours...
Je n'arrive pas vraiment à croire que les auteurs existent vraiment dans la vraie vie. Encore que j'aie été dans une librairie pour une rencontre avec Bernard Werber. J'ai d'ailleurs été un peu déçue, mais sans doute parce que l'auteur en chair et en os ne faisait que confirmer que j'étais arrivé au point où il m'avait apporté tout ce qu'il pouvait m'apporter, et n'avait plus grand chose de nouveau à dire. J'avais déjà commencé à m'en rendre compte dans mes lectures.

Aimes tu parler de tes lectures ?

Allez, allez, vous pouvez la deviner celle-là.

Comment choisis-tu tes livres ?

Dans mon Wohnung, j'ai une étagère où viennent se mettre à la queuleu-leu les livres que je lirai. J'alterne la langue : un coup français, un coup allemand. Les livres sont des cadeaux, des conseils de lecture (de profs, d'amis, de blogs, d'articles de journaux), des coups de coeur (le boulevard St-Michel à Paris est l'endroit le plus dangereux sur terre pour mon porte-monnaie).
Voilà pour la théorie. En pratique, je m'y tiens plus ou moins. Parfois une lecture relève soudain d'une impérieuse nécessité (ce fut les cas des Bernanos récemment, qui étaient "hors-programme").

Une lecture inavouable ?

J'adore cette question. C'est effectivement le moment ou jamais de parler de ces livres sur lesquels on n'oserait jamais faire un post.
Mais j'ai beau réfléchir... je ne vois pas.
Depuis longtemps, je me dis qu'il me faudrait lire un roman érotico-porno-gnangnan en allemand, histoire de connaître aussi ce vocabulaire là, mais ça me fait si peu envie que je n'ai jamais mis ce projet à exécution.

Il y a peut-être une pratique de lecture que j'avoue rarement.
Il m'arrive souvent de dire d'un livre que je l'ai lu, alors que je ne l'ai en fait qu'écouté. Le livre-audio est encore peu dans les moeurs, et ça me demanderait d'expliquer que, non, ce n'est pas de la triche, que si, c'est la même chose (enfin, je trouve). Bref, je simplifie, et je dis "j'ai lu".

Des endroits préférés pour lire ?

J'ai expliqué un jour à une amie que je ne lisais jamais aussi bien qu'assise. Le lit me semble l'endroit le moins indiqué pour lire (pour des raisons purement pratique, il faut tenir le livre en l'air, on a les bras qui fatiguent, alors on se met sur le côté, mais il faut changer de posture à chaque page...). Cette amie m'a appris que c'était aussi l'opinion de Sartre. Les grands esprits se rencontrent. :)
J'adore lire dans le train, sur un long trajet. Je lis la plupart du temps dans mon canapé (j'ai dit que je lisais assise, j'ai pas dit que j'étais pas bien installée avec plein de coussins).
Lire sur la plage (malgré le côté pratique pas pratique) a un charme tout particulier. Les pages chauffées par le soleil gardent une odeur particulière, même lorsqu'on rouvre le livre en hiver.

Un livre idéal pour toi serait

Pourquoi "serait" ?
J'ai lu plein de livres idéaux. Ou qui l'ont été au moment où je les ai lus.
Le livre idéal serait peut-être celui dont la relecture ne me laisserait jamais déçue.

Lire par dessus l'épaule ?

J'ai une manie insupportable : je ne peux pas voir quelqu'un lire quelque chose sans avoir le besoin impérieux de savoir ce qu'il lit.
Tous les moyens sont bons pour arriver à mes fins. Dans le métro surtout : j'essaye désespéremment de saisir le titre du livre, je me contorsionne pour voir la couverture, je lis par dessus l'épaule pour essayer de reconnaître le texte ou le sujet du livre, je regarde fixement dans la direction du lecteur en attendant qu'il fasse un mouvement qui me laisserait apercevoir la tranche du livre.
Moi qui, sinon, suis plutôt bien élevée, je fais alors preuve d'une indiscrétion exécrable. Désolée.

Télé, jeux vidéos ou livres

Livres.

Il m'arrive d'avoir des phases où je regarde beaucoup la télé. Mais en général, une télé me sert avant tout de lecteur vidéo.

Je n'ai jamais compris l'intérêt d'un jeu vidéo. En fait, ça m'ennuie terriblement.
(Sauf les petits jeux idiots dans ce genre, mais alors je vais rester dessus deux ou trois jours et l'oublier à tout jamais).

Lire et manger

J'ai essayé. Ca pose des problèmes pratiques assez insurmontables.
Par contre, en ce moment, je passe tous mes repas à écouter des livres-audio (je fais un peu une boulimie de livres audio en fait ces jours-ci). Donc je lis. :)

Lecture en musique, en silence, peu importe ?

Le silence me fait un peu paniquer. Mais la musique me déconcentre.
C'est pour ça que j'aime surtout lire dans le train, dans un bruit de fond rassurant.

Lire un livre électronique ?

Ca alors, je ne me suis jamais imaginé lire un livre électronique.
A quoi ça peut bien ressembler ? (Oui, j'adore vivre au XXIe siècle !)

(et je rajoute cette question parce que je l'adore) En ce moment, sur ta table de nuit ?

Les légendes allemandes des frères Grimm, en allemand. Commencé il y a un moment, mais assez répétitif, alors je fais par doses homéopatiques.
Un flaneur à Berlin de Franz Hessel, en allemand. Le livre qui s'est trouvé être le prochain sur ma fameuse étagère.
Et sur mon lecteur CD : Mort d'un critique de Martin Walser, en allemand (encore !).

Mais ne vous y trompez pas : si j'ai plus souvent des livres en allemand sur ma table de nuit, c'est parce que je prends plus de temps à les lire que pour un livre français...

Commentaires

Bonjour,
Je viens de voir le lien pour cet article chez la conteuse, et j'aime bien tes réponses.
Et : 100% d'accord pour Balzac et Proust ! J'ai lu 2,7 fois A la recherche du temps perdu , et Balzac me plait toujours autant , jamais je n'aurai tout lu !

Écrit par : keisha | samedi, 06 décembre 2008

J'adore tes réponses :) C'est très sympa de t'être prêté au jeu ^^
Par contre, honte sur moi : Je n'ai jamais lu Proust ! Et pourtant pour l'instant, quelques bloggueuses en parlent. Et pour Balzac, je ne me souviens pas avoir lu un de ses livres... Bon d'accord j'avoue, j'ai une culture littéraire digne d'un petit pois :P :P

Écrit par : Laconteuse | samedi, 06 décembre 2008

Y'a des gens très bien qui ont jamais lu Proust, tu sais :)
Mais cela dit, ça m'épate, on ne t'as jamais fait lire Le Père Goriot à l'école ? (alors que tout le monde sait que le meilleur, c'est La peau de chagrin, voyons !).
Bon, ben, tu sais ce qu'il te reste à faire...

"Cher Papa Noël, je voudrais trouver dans mes chaussons A l'ombre des jeunes filles en fleur et La peau de chagrin..."

Écrit par : Lodi | samedi, 06 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.