Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 décembre 2008

Deux semaines avant l'Avent

Bon, bon, oui, j'ai vu. Je n'ai pas donné de vraies nouvelles depuis le 21.
Donc petit récapitulatif des 2 dernières semaines.

mercredi 19

La semaine précédente, j'étais venue assister à la fin de la réunion des Jufi (10-13 ans) pour leur transmettre un cadeau de leur ancienne cheftaine française, qui est cette année de retour sur Paris. J'en avais profité pour discuter de quelles étaient mes tâches pour préparer la fête de Noël avec Julie, qui s'en était occupée l'année précédente.
La maîtrise Jufi est composée de Fritz, Julie et Bob (qui a les mêmes difficultés que moi l'an dernier à se sentir actif dans les réunions - on en a longuement parlé ces derniers temps).
Les Jufi avaient un projet sympathique : la semaine précédente, ils avaient été invités à manger par une autre unité de Jufi de Berlin, et devaient inviter cette semaine l'unité à manger au local. Comme Fritz et Jule n'étaient pas sûr d'être libres ou de pouvoir arriver à l'heure, je m'étais proposée pour prêter main forte.
Voilà comment je me suis retrouvée avec une grosse brûlure sur le bras droit que je me suis faite en sortant les lasagnes géantes du four... J'ai décidement un truc avec les lasagnes (cf : mon autre grosse brûlure à la main il y a quelques années quand j'ai essayé de faire des lasagnes en Serbie...).
Mais bon, sinon, c'était génial cette soirée.

jeudi 20

Fidèles à leur politique j'ai-trop-pas-le-temps-faites-le-sans-moi de ces dernières semaines, mes deux acolytes m'ont faussé compagnie ce soir pour la réunion des chefs pfadi de Berlin. J'étais donc la porte-parole de St Otto.
Je ne connais pas vraiment les autres chefs pfadis de Berlin. Quelques têtes me disent quelque chose, mais c'est tout. En tant que porte-parole, je ne parle en fait pas beaucoup. J'essaye déjà de comprendre de quoi on parle, c'est un grand pas pour moi. De toutes manières, je ne suis pas vraiment au courant de quoi que ce soit : Chtef-Chtef a tendance à considérer les actions de diocèse comme sans intérêt, à les oublier aussitôt qu'on lui en parle et donc a fortiori à ne pas transmettre les infos. C'est vrai que le diocèse manque de dynamisme et de cohérence... mais ceci explique cela et réciproquement.
Il se produit un incident intéressant. A la fin de la réunion, il est question des cours pour obtenir son woodbadge, ces petites bûchettes accrochées au foulard qui sont chez les scouts un insigne mondial qu'on est un chef formé et compétent. J'avais mal compris le mot "woodbadge", et j'ai demandé de répèter. On a cru devoir bon de m'expliquer ce qu'étais un woodbadge, et que "ça pouvait me concerner aussi, y'a d'abord une formation de base sur le thème de...". "Ah, oui, mais j'ai déjà mes bûchettes" que je leur fait. Silence de mort autour de la table. Il semble que je sois, de tout Berlin, la seule avec Chtef-Chtef à avoir fait cette formation. Par la suite, c'est étrange, le responsable a commencé à me parler différement et à tailler volontiers la causette avec moi... :)

vendredi 21

Bob avait invité quelques amis à manger chez lui. J'ai amené un cheese-cake.
Myrtille était là aussi (la française, qui est cheftaine avec Baloo chez les tout petits). Les autres chefs avaient joué leur j'ai-trop-pas-le-temps-faites-le-sans-moi (ils se répètent, ça devient lassant). Il y avait aussi un ami de Bob, un espèce de grand allemand qui semble avoir perpétuellement les cheveux dans le vent et être sans cesse perdu dans des pensées philosophiques de la plus haute importance. Le romantisme allemand, vous connaissez ? Ben voilà, c'était un peu Schiller, peint par Caspar David Friedrich.

samedi 22

Michi dansant.JPGLa messe du soir de ce samedi était une messe à l'honneur de l'ancien curé de St Otto, qui part apparemment définitivement de Berlin. Ce curé avait beaucoup contribué à la création du groupe scout, et notre présence à la messe était donc indispensable.
Après la messe, les chefs et les quelques jeunes qui étaient présents ont été chargés de faire le service pour le grand pot de départ. Des monceaux de petits fours et surtout des cartons et des cartons de bouteilles de vin et des litres et litres de bière. Qui n'a pas vécu un pot de départ dans une paroisse allemande ne peut pas se représenter l'ampleur de l'évènement. Michi et moi étions préposés au vin, et nous n'avons pas eu une seconde de répis entre 19h30 et 22h. Disons plutôt que JE n'ai pas eu une seconde de répis, car au bout de quelques temps, Michi, qui piochait un peu dans notre réserve de vin rouge, était un peu pompette et s'est mis à discuter de la Foi et du doute avec des paroissiens très réchauffés eux aussi. Pour ma part, j'ai aussi été draguée par un vieux monsieur qui voulait à toute force que je vienne lui tenir compagnie pour son anniversaire qui avait lieu dans un mois.
Bref, tout le monde était un peu alcoolisé dans cette paroisse, même le curé, qui nous répétait inlassablement comment faire marcher le lave-vaisselle (comme si on allait s'amuser à laver au micro-lave-vaisselle les 300 verres de vin...). Sauf moi, que j'avais même pas eu le temps de goûter la bière... A 22h, ça avait pris des proportions assez incroyables. Les enfants étaient partis depuis longtemps, il ne restait plus que les chefs, et on a fini par s'en aller tous ensemble en emportant une paye de 20 euros par personne (cool) et trois bouteilles de vin blanc.
J'ai ensuite été invitée par Michi à une soirée ou il avait été invité par une personne qui avait été invitée à une WG-party (lorsque des collocs veulent faire la fête et inviter un max de gens sans raison particulière, ils appellent ça une "WG-party").
(la photo ci-dessus est d'ailleurs intitulée "Michi pompette dansant dans la neige sur le chemin d'une WG-party")

dimanche 23

Une journée magnifique.
Je me suis rendue à la messe de l'église qui se trouve non loin de chez moi. Il y avait une confirmation, et c'était très beau.

MarienKranz.JPG

Je me suis ensuite rendue à la célébration de la Communauté. C'est sans doute ce qui m'a le moins plu, le texte ne m'a pas vraiment parlé et Pol, qui faisait le sermon, ne me plaît pas vraiment. Mais je suppose que ça a été une phase de préparation à la prière qui suivait.
Je suis allée chercher Bob et nous avons pris un thé avant de nous rendre à une prière de Taizé qui avait lieu à Steglitz. Nous avons eu une discussion très forte. Il m'a aidé à me rendre compte de beaucoup de choses que j'ai pu ensuite confier à Dieu lors de la prière. Nous étions dans une église protestante, magnifique, et la prière était vraiment... magnifique, oui. J'étais très émue en en sortant.
Oui, c'était vraiment une belle journée, qui m'a permis de rentrer vraiment dans le temps de l'Avent.

lundi 26

Lundi soir, nous avons comme à l'ordinaire notre réunion. Nous préparons la fête de Noël et je dois m'énerver pour la deuxième fois déjà cette année. Le groupe est cette année plus difficile que l'an dernier.
Sur le chemin du retour, mes freins se bloquent. Mon vélo n'apprécie apparemment pas l'hiver. Je meurs de froid.

mardi 25

Comme d'habitude, le mardi, je ne commençais les cours qu'à 18h.
Cette semaine, c'est un certain Lukas, qui est avec moi aussi en cours d'allemand le mercredi, qui faisait un exposé sur la futuricité. Lukas passe assez peu inaperçu en cours, parce qu'il est un des rares à poser sans cesse des questions, toujours très compliquées et qui montrent toujours qu'il maîtrise le sujet dont il parle à fond. C'est ce genre de personnes un peu énervantes qui étalent en permanence leur savoir et savent toujours tout mieux que le prof... Mais il est difficile de nier qu'il est effectivement très fort.
Son exposé était très intéressant et portait sur un aspect que j'avais étudié l'an dernier dans un de mes Hausarbeit. Mon vélo étant hors service, j'ai pris le bus, exceptionnellement, et j'ai retrouvé Lukas devant l'arrêt de bus. J'en ai profité pour discuter d'un article que j'avais lu et qui pouvait l'intéresser. Nous avons discuté longuement de linguistique et un peu des cours.

mercredi 26

Il y avait ce jour-là un cycle de conférences. Les cours étaient donc annulés, à l'exception de mon cours d'allemand pour étrangers.
J'y ai retrouvé Lukas, qui m'a donné un énorme bouquin sur l'évolution de l'emploi de la forme en werden de la futuricité. Bref, un truc passionnant écrit par son prof polonais. Enfin bref, on re-discute de linguistique.
Le cours d'allemand n'est pas positivement passionnant. Mais il faudra un jour que je revienne sur mes différents cours. En tous cas, j'ai maintenant quelque chose comme un pote dans ma classe, et je suis bien contente.

jeudi 27

Le cycle de conférence continue, et tous mes cours de la journée sont annulés.
C'est fou comme une journée passe vite à ne rien faire...

vendredi 28

Je donne le matin mon deuxième cours d'allemand à mon élève africain. Très contente de moi, parce que je commençais vraiment à cerner quels étaient ses problèmes et à élaborer une méthode pour les corriger... mais à la fin du cours, il m'annonce que son ancien prof est de retour et qu'il va continuer avec lui.
Cool.
Ben je vais essayer de pas trop le prendre mal, hein...
chauffe-oreilles.JPG En début d'après-midi, je dois retrouver ma cousine au bord d'un bassin. Je n'ai pas la moindre idée de ce à quoi elle ressemble (mais je fais quand même semblant). Heureusement, c'est elle qui m'a vue la première (mais COMMENT elle sait à quoi je ressemble ?... Les gens m'épatent, des fois). On boit un verre avant d'aller se balader sur le marché de Noël où je m'achète les magnifiques trucs-qui-gardent-les-oreilles-au-chaud que je porte sur la photo (j'en rêvais depuis longtemps... je l'ai fait ^^). Après, nous allons inspecter les magasins de chaussures et les toilettes des Arkades avant que je ne me rende à mon cours de hongrois, et elle au Centre Français. Elle cherche un travail sur Berlin.
Alors qui sait ? on sera peut-être deux Frau W. d'ici peu sur Berlin...

samedi 29

La grosse journée commence.

Nous avons RDV à 10h pour le traditionnel ramassage des feuilles mortes (à la pelle... la la la) dans la paroisse. Cette année, le ramassage aura donc lieu... sous la neige. Hummmm, super ! Chtef-Chtef gît dans son lit sous 40° de fièvre, Michi crapahute quelque part en Bavière, et je suis donc vaillamment de corvée ramassage de feuille... avec en tout et pour tout 2 gosses ! Mais c'est de mieux en mieux ! (je sens qu'ils vont m'entendre, les gosses, à la prochaine réunion !!!)
Nous ratissons donc vaillemment. A 13h, il n'y a plus qu'un immense tas de feuilles au mileu du jardin et nous avons fini. Ouf.

Laubaktion.JPG

Fini ? Ouais, non, pas tout à fait.
En tant que préposée aux fêtes de Noël, il me faut maintenant veiller à faire les couses pour lundi prochain. Je dispose pour cela d'un... vélo... et de beaucoup de bonne volonté. Je fais trois allers-retours du Lidl du coin au local scout, avec à chaque fois un pack de Glühwein sur le porte-bagage et un sac à dos rempli de gâteaux... dans lequel je me sers abondamment une fois arrivée, le tout accompagné d'une bonne tasse de thé. Ben quoi ? C'est l'hiver, il neige, et il faut pas se laisser aller, hein ?

Glühwein.JPG

Dans le Lidl du coin, on sent que le 1er Advent arrive. La pauvre madame courrait en tous sens pour entasser des palettes et des palettes de gâteaux de Noël... que j'enfournais dans mon sac dix par dix... pour revenir faire le même manège une demi-heure plus tard. C'était assez comique. L'angoisse absolue a pourtant été que : il n'y avait pas de punch pour enfant. Or, le punch pour enfants, c'est aussi indispensable que le Glühwein, dont le punch pour enfant n'est en définitive que la version non-alcoolisée.
Il a donc fallu que j'aille jusqu'au Lidl près de chez moi pour acheter l'ultime carton de punch pour enfant qui leur restait en stock (c'est terrible le 1er Advent, je vous dis).
Je n'ai eu que le temps de rentrer chez moi, d'imprimer un prospectus, de reprendre mon vélo pour aller en faire des photocopies à la fac (j'ai débarqué innocemment dans la bibliothèque, le foulard scout encore autour du cou ^^'), de rentrer chez moi, de prendre une douche... et c'était l'heure de partir.

milka-bonnet.JPG

J'ai rejoins Bob au S-Bahn, qui m'a accueilli tout content de me montrer son nouveau bonnet Milka. Il venait de l'acheter sur le marché de Noël et le portait fièrement, tel Asterix son casque avec des petites ailes. Je vous ai pas dit que je l'adore, Bob ?
Nous sommes allés chez Friedrich (mais si, vous savez, Schiller contemplant le coucher de soleil sur les montagnes berlinoises) qui fêtait ce soir-là son anniversaire. Sauf que bien sûr, nous on savait pas qu'il fêtait son anniversaire et donc on s'est trouvé un peu bêtes, mais c'est pas grave (ben ouais, je croyais qu'il fêtais le 1er dimanche de l'Avent... et non, non, ça me semblait pas plus bizarre que ça...).
La soirée a été assez drôle. On ne connaissait en fait personne, et on a pas mal discuté. Mais inévitablement, au bout de cinq minutes, on se mettait à parler scouts... des vrais fous, qu'on est, je vous dis. Le plus drôle a été lorsque nous discutions chacun avec quelqu'un dans notre coin : je disais un truc, et j'entendais en écho derrière moi Bob dire exactement la même chose à son interlocuteur... ^^'
Sur le chemin du retour, je lui ai confié l'idée qui me trottais déjà dans la tête ces derniers temps : faire un Cham. Le Cham, c'est en quelque sorte le niveau au-dessus de la Licence de Camp, qui est elle-même le niveau au-dessus du BAFA. En France, ça représente une équivalence BAFD, qui permet par exemple d'être directeur de colonie de vacances (ou de diriger un camp scout de 80 personnes :P). Le seul problème, c'est que les formations sont bien sûr différentes entre la France et l'Allemagne. Mais je ne vais pas plus longtemps vous embêter avec des détails scoutesques. Toujours est-il qu'il se peut donc que je passe une semaine de stage BAFD-à-l'allemande en mars.

dimanche 30

Avec assez peu d'heures de sommeil derrière moi, il me faut pourtant me rendre à la messe du matin à St Otto (avec le punch pour enfants que j'ai acheté la veille sur le porte-bagage, pour simplifier les choses). J'arrive à y trouver deux scouts, que je charge de distribuer les fameux tracts (les photocopies de la veille). Le sermon était magnifique, la messe vraiment bien. Décidemment, ce temps de l'Avent s'annonce magnifique. Pour conclure en beauté, le prètre me dit à quel point il est heureux de voir une cheftaine venir à la messe (ah oui, tiens, c'est vrai que...). Bon, ben je crois que je vais faire un petit effort à l'avenir, hein...
Je retrouve ma cousine. Nous nous embarquons dans une aventure pas possible : nous voulons aller faire le tour de Wannsee à vélo. Elle n'en a pas, alors nous passons chez Bob lui emprunter le sien. Le vélo de Bob, c'est l'ancien vélo de Michi, qui est bien sûr dix fois trop grand pour ma cousine. Ma cousine prends donc mon vélo (qui est en fait celui de mon autre cousine... vous suivez toujours ?), et moi celui de Bob, je me casse la figure la première fois que j'essaye d'en descendre, bref, on rigole beaucoup. Je vous montrerai des photos de Wannsee, c'était vraiment sympa.
Nous sommes allés nous empiffrer de gâteaux et de thé dans mon Wohnung adoré. Elle était tellement enthousiaste de voir où j'habitais qu'elle était presque décidée à se prendre un appartement sur Berlin le lendemain, travail ou pas.
Mais c'est évident : qui aurait envie de partir de Berlin ? (non, mais franchement ?)
Il me fallait encore rendre son vélo à Bob. Puisque je lui proposais de passer, il m'a invitée à partager son gratin quotidien. Puisque qu'il m'invitais à manger, je lui ai proposé d'apporter des gâteaux et de la bière. Et voilà comment un "je passe vite-fait chez toi" se transforme en gueuleton géant (on est français ou on ne l'est pas). Une fois chez lui, on a papoté comme des fous (des scouts, comme d'habitude : d'un projet de scoutisme international en lien avec Erasmus, du camp, de nos formations, des gosses, de ce fameux Cham que je veux faire, etc.). Lorsque nous sommes revenus à la réalité, il était une heure du matin, et je n'avais plus de bus pour rentrer.
J'ai donc dû emprunter le vélo de Bob pour rentrer de ma visite qui avait pour but que je le lui rende... mais bon. ^^'

Commentaires

Et tu appelles ça donner des nouvelles !!!
Ce sont les pages de ton agenda que tu nous as recopiées ?
C'est tout juste un pense-bête, ça ne s'adresse à aucun de tes intelligents et fidèles lecteurs.
Bisous

Écrit par : Maman | lundi, 01 décembre 2008

Non, non, en effet, ce n'était pas ce que j'appelais "donner des nouvelles". Maman est malheureusement tombée sur le brouillon de l'article. J'ai fait une fausse manipulation et il a été publié au lieu de rester juste dans les brouillons.
Donc, toutes mes excuses.

Écrit par : Lodi | mardi, 02 décembre 2008

Mais quelle est cette cousine inconnue qui veut s'installer à Berlin et que tu ne sais pas quelle tête elle a ??? Ca me laisse perplexe.

Le bonnet de Bob est presque aussi beau que mon chapeau absurde pour aller au désert. Je suis très jalouse.

Écrit par : Winnie | mardi, 02 décembre 2008

Bon le mystère de la cousine est résolu, j'ai lu ton article de vendredi dernier que je sais pas pourquoi je l'avais zappé.

Écrit par : Winnie | mardi, 02 décembre 2008

Euhh, juste pour savoir, combien d'heures as-tu mis pour ecrire tous ca ?...

Écrit par : angelina | mardi, 02 décembre 2008

Bah, j'avais pas beaucoup de temps, l'écriture s'est donc étalée sur deux jours... Je dirais environs 3h en tout.

Écrit par : Lodi | mardi, 02 décembre 2008

J'ai failli faire une attaque quand j'ai vu que maman ne trouvait pas l'article assez long ...... Je crois qu'Elodie a battu le record détenu par mon article sur la clinique.
Ces mamans ! ce qu'elles sont exigeantes !!

Écrit par : Ingrid | mardi, 02 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.