Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 octobre 2008

Nouveau projet

Il nous introduit dans une petite pièce dont les murs sont recouverts d'étagères du sol au plafond. Les étagères ploient sous les livres et les vidéos : l'intégrale des DVD de Star Trek (vielle, nouvelle et nouvelle-nouvelle version), du Seigneur des Anneaux, de Dune, les livres correspondants, de la SF et des livres spécialisés au titre prometteur comme "la physique dans Star Trek". Sinon, une petite télé, et c'est tout.
Matihas revient, dépose sur la table basse des verres et du thé fumant délicieux et s'écroûle dans un canapé.
Il porte un pull "Sydney, Australia" à capuche.

Je ne m'étais pas imaginé les choses comme ça.
Je ne pensais vraiment pas que c'était comme ça, une piaule de prètre.

Quand on me parlait de Matihas, j'imaginais un prètre chauve, au ventre rebondi, la quarantaine, avec un imperturbable et large sourire qui lui barrait le visage en permanence.
En fait, Matihas doit avoir à peine 25 ans, et ressemble à n'importe quel mec qe je peux croiser dans la fac. Sauf qu'il est prètre et (entre autre) aumônier général des scouts cathos du diocèse de Berlin.

Nous nous mettons au travail.
Le groupe de travail est composé de quatre personnes : Matihas, l'aumônier de St Otto (mon groupe), Chtef-Chtef et moi, la touche féminine (ce qui est, par expérience, la combinaison qui me convient le mieux : moi et plein de garçons autour).
Notre projet révolutionnaire est de lancer une préparation à la Confirmation sous l'égisde du scoutisme. C'est une grande première, et il nous faut inventer tout un concept, toute une pédagogie et toute une méthode - mais ça tombe bien, on a toute la soirée.

Les trois autres réitèrent sans arrêt les argments qui justifient notre démarche.
Je comprends qu'ils ont une peur panique que cette initiative soit mal accueillie. Moi qui ne suis pas encore trop au fait des institutions berlinoises, j'ai du mal à partager leur appréhension. Je sais qu'on a notre prètre pour nous, ainsi que Matihas. Ont-ils peur de la réaction de l'évêque ?
Il faudra que je demande plus d'explications à Chtef-Chtef à l'occasion.

Nous décidons de nous fixer trois axes :
- en chemin
- ensemble autour du feu
- construire ensemble une ville où la vie a de la valeur (traduction approximative)
Ces trois axes correspondent à trois points de la pédagogie scoute allemande qui concordent bien à notre avis avec la Confirmation.

Nous donnons les grandes lignes, fixons les dates des rencontres (un samedi par mois pendant un an + deux week-end) et planifions la première réunion.

Je propose de me charger de la partie intendance/compta/matériel. Ca me permet de prendre une responsabilité assez importante, tout en laissant les autres libres de s'impliquer plus dans le côté explicatif, discussion et animation, qui sont encore mes points faibles.
Evidement, je n'exlique pas les choses comme ça, et j'ai l'impression que les autres n'ont pas très bien compris que je parlais très sérieusement, et que je ne voulais pas seulement dire que j'allais apporter un gâteau. Je ne sais pas s'ils ne me font pas confiance ou s'ils n'ont tout simplement pas l'habitude du partage des rôles au sein d'une maîtrise.

Le projet me plaît.
C'est original, un peu fou, précurseur, et je sens que ça va marcher.
J'ai hâte que ça commence. Mais pour ça, il faut attendre décembre.

Les commentaires sont fermés.