Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 mai 2008

Nous aimons le caramel

 

Hier j'ai donc été avec Manikova voir Caramel.
Un joli petit film sur des histoires de femmes. Toutes les femmes de cette histoire se cachent derrière un masque pour ne pas choquer les préjugés. Depuis la jeune fiancée qui n'est plus vierge jusqu'à la vieille tante Rose qui n'a plus l'âge des histoires d'amour.
Je m'attendais à une comédie un peu facile, pas trop idiote mais pas trop prise de tête.
Finalement cette histoire est horriblement triste. Ces femmes m'ont fichu un cafard pas croyable. Leurs problèmes sont tellment insignifiants et insurmontables à la fois. Ce qui m'a le plus dérangée, c'est qu'aucune, finalement, ne se rebellera contre les préjugés, ne voudra leur faire face et s'imposer. Pas de leçon de morale féministe comme on aurait pu s'y attendre. Comme dans la vraie vie.

Comme dans la vraie vie, triste et beau, ce petit film qui passent au milieu des bande-annonces (un rien publicitaire d'ailleurs).

"Wir lieben Kino ("Nous aimons le cinéma")

 

00:20

Ils ne font tous que regarder.
Personne ne dit rien.

00:25
C'est une catastrophe, cette vie.

00:40
Dis quelque chose.

00:43
Au cinéma, ça ne se passerait jamais comme ça.
Là, il s'en va, et puis c'est tout.
Dans un film, il se retournerait. Ou alors quelqu'un m'agresserait, et il faudrait qu'il me sauve. Ou les portes resterait fermées. Le gars-là serait un gangster. Ou alors ça serait moi qui le sauverait.
Et même si rien de tout ça ne se passait, il y aurait au moins de la musique.

Les commentaires sont fermés.