Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 avril 2008

La grammaire générative transformationnelle 2/4

Vous avez bien potassé votre shéma X-bar, alors on va s'attaquer aujourd'hui au plus passionnant : le verbe.
Mmmmm, on va se régaler.
Et comprendre au passage pourquoi cette grammaire générative est "transformationnelle".

Le VP

Vous vous souvenez ce que c'est qu'un VP ?
C'est bien.

Vous vous souvenez du shéma X-bar ?
C'est bien.

Alors on applique le shéma X-bar à un VP :

1021697278.JPG

pas de panique, j'ai écrit Kompl pour "complément", c'est à dire YP. Mais mettre YP et en dessous NP, ça embrouille. 

Le IP

On va remonter d'un cran dans le shéma. C'est au tour du VP de prendre la place de complément. Et son X, ça sera un I.

832213840.JPG

I pour "inflexion".
Alors, à quoi correspond cette inflexion ?

Vous avez sans doute remarqué que pour représenter un VP tout seul, j'ai mis un verbe à l'infinitif.
Pour que le verbe se conjugue, il faut qu'il reçoive un code. Dans le code, on lui dit à quel temps il dit se conjuger, à quelle personne, etc. Et ce code se trouve dans I. 
Le Specificateur du I, c'est le sujet du verbe. Il spécifie le I dans la mesure où il lui rajoute l'information "3ème personne du singulier" par exemple.

Donc, pour résumer :

193768007.JPG

 

Faisons une phrase

Mais si, ça y est, on en est capable. On va prendre une phrase au passé composé. Dans "a fermé", où se trouve le code ?
Et bien dans "a" bien sûr !

476417800.JPG

Faisons une deuxième phrase

Mais si le verbe est au présent ?
Alors c'est là que les choses se compliquent. En fait, elles étaient déjà compliquées, sauf que ça passait à peut près inaperçu.

Mais le verbe va devoir bouger. On appelle ça "un mouvement de tête" ("tête" est l'autre nom de X). Une règle du français dit qe X a le droit de se déplacer, mais seulement jusqu' un autre X, et seulement un X qui est situé avant.

Donc ici, le verbe va se déplacer de V à I.
Il a le droit, alors pourquoi pas ?

Sous I, il récupère son code (sa terminaison en quelque sorte).

 

1539700184.JPG

C'est tout pour aujourd'hui

Aquoi sert ce mouvement me direz-vous ?

Il explique des tas de phénomènes bizarres. Les place des particules dans les négations, les place des pronoms clitiques, du verbe dans les interrogatives, etc, etc.

En allemand (qui est une langue SOV, ou Spec-Koml-X), il sert à expliquer pourquoi le verbe est à la fin dans les subordonnées (il n'y a pas de niveau IP) et en deuxième position dans les  principales.

Vous avez remarqué une petite patte de mouche en dessous de [ferm-] dans le dernier arbre ?
Pour le moment, on oublie. On expliquera ça la prochaine fois.

Commentaires

merci pour cette introduction à la grammaire génerative; car je travail aussi avec.puisque je prépare ma mémoire qui traite la compréhension automatique de l'énoncé.
en faite j'aimerai bien vous poser une question qui m'intrigue "est ce qu'il existe bien des règles de réécritures des phrases interrogatives en langue française bien sur" donc une grammaire génerative des phrases interrogatives que ce soit direct, indirect, partiel,total ou rhétorique.
merci.

Écrit par : Mohamed Lichouri | dimanche, 15 mars 2009

Je ne suis pas sûre de bien comprendre ce que vous voulez dire par réécriture.
Si vous me demandez s'il existe une grammaire générative de la phrase interrogative, la réponse est indéniablement oui. Mais vous trouverez tout ça chez Laenzlinger (Initiation à la Syntaxe formelle du français, chez Peter Lang), dont le bouquin est vraiment super bien fait.
Après, est-ce qu'il existe déjà une règle qui met en parallèle les différentes syntaxes des phrases interogatives (directes et indirecte par exemple), je n'en sais trop rien. Mais ça m'étonnerais qu'il n'y aie pas au moins un petit article dessus quelque part.
Bonne chance pour le mémoire.

Écrit par : Lodi | mardi, 24 mars 2009

Bonjour !
Il semblerait que la famille LICHOURI s'interesse à la linguistique en général et la grammaire générative en particuler. Au fait, je ne connais pas le "cousin" Mohamed, et je me demande s'il est des LICHOURI de Blida, Algérie.
Pour ce qui est de la grammaire générative, j'aimerai vous demander quel est le rôle des phrases "noyaux", ou nucléique si j'ose dire. Nous connassons les structures fondamentales (profondes) et superficielles mais qu'en est-il de ces phrases "nucléiques" ( excusez ma pauvreté en termes techniques, je suis fondamentalement arabophone).
Merci à vous et à bientôt !

Écrit par : lichouri Houcine | vendredi, 01 mai 2009

Je ne vois pas bien ce qu'est une phrase noyau...
Une proposition principale ???

Écrit par : Lodi | jeudi, 07 mai 2009

Je suis etudiant en 3 eme cycle Lettres et civilisations francaises et J'aime la grammaire generative transformationnelle.L'analyse que vous fetes ici de la phrase interrogtive est bien faite et m'enchante>Bon travail!

Écrit par : Hubert KILAKANO | lundi, 08 juin 2009

Et bien... merci.
C'est un peu simplifié, mais l'idée de base est là.

Écrit par : Lodi | jeudi, 11 juin 2009

merci pour m'avoir répondre assez rapidement alors que je ne l'ai pas lu jusqu'aujourd'hui " problème de temps".l'essentiel est que j'ai trouvé une autre méthode pour y remédier à ce problème "dire plutôt ne pas passer par ce chemin" en utilisant ce qu'on appel le CONCEPT et avec une classification des Vecteurs Conceptuels des mots on pourrait représenter n'importe quelle question en fonction de ces concepts qui ne sont que les NonTerminaux mais en péril du sens parce que des fois on aura des phrases syntaxiquement correctes mais qui n'ont pas de sens.
en faite une remarque: merci de m'avoir montrer la différence entre le mémoire"thèse" et la mémoire parce que à un moment donné j'ai cru que c'était tous jours le mot " la mémoire" pour les deux sens.
merci encore.

Écrit par : Mohamed Lichouri | mercredi, 17 juin 2009

Oui, tu soulignes bien là le "problème" de la grammaire générative: descriptive et non prescriptive, elle est très efficace quand il s'agit d'analyser des phrases, mais insuffisante pour en générer.
NB: mais de rien, de rien.

Écrit par : Lodi | vendredi, 19 juin 2009

bonjour je ne comprends pas bien comment trouver la structure pronfonde c'est complétement brouillée dans ma tête. pouvez m'expliquez s'il vous plait... merci

Écrit par : daba | mardi, 20 avril 2010

Et bien, daba, sans plus de précision, je ne peux que te renvoyer au premier article et voir si tu comprends mieux...
À moins que tu aies une question plus précise, une phrase en particulier dont tu ne trouves pas la "deep structure". Une phrase toute simple comme celle que je donne en exemple, à partir du moment où on a compris de "truc" du IP, ca doit aller tout seul.

Écrit par : Lodi | samedi, 24 avril 2010

Est-ce qu'il enfant de 3 ans est sensé avoir intégré ce processus? Moi je n'y arrive pas facilement!!!

Écrit par : Alain | lundi, 22 novembre 2010

Un enfant de trois ans n'est pas censé avoir intégré le processus, c'est son cerveau qui en censé l'avoir intégré (VOIRE PLUS, car on ne parle même pas ici de l'acquis, mais de l'inné !). C'est du moins l'idée que sous-entendent Chomsky et ses copains.
Après tout, la transmission de l'information dans le cerveau, avec les histoires d'émisphères gauche et droit et de cellules grises et de neurones, je n'y comprends pas grand chose non plus, et pourtant, c'est inné pour chacun de nous...

Écrit par : Lodi | lundi, 22 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.