Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 avril 2008

Des vertus méconnues du football

Vous allez me dire que je deviens une hystérique du sport, mais c'est faux.

Non, je suis juste tombée par hasard hier sur ce passage fantastique qui explique tout sur le sport.

Je reparlerai de ce bouquin génialissime quand je l'aurai fini. Ça ne devrait pas tarder.

Il considérait le football comme un jeu malhonnête. Et il faut bien le reconnaître, il avait raison. Mais je ne jouais pas pour être malhonnête - je l'étais déjà suffisamment - je jouais pour acquérir une identité (fût-ce le numéro 8 sur mon dos) et pour en apprendre un peu plus sur l'histoire. Le football est un jeu typiquement historique ; de même que l'histoire, il n'a aucun sens : pousser une balle au-delà de la ligne de but ne fais pas franchement sens. Mais la seule manière d'être triste ou gai de nos jours est de se désoler lorsqu'on encaisse un but et de se réjouir quand on en marque un - se réjouissant et se désolant tour à tour - avec une foule innombrable de supporters anonymes, ce qui est toujours un soulagement appréciable. Voilà où on en est arrivés avec la tristesse et la joie. [...] La similitude du football et de l'histoire, est d'une autre nature : vaincre à tout prix, vaincre en dépit des victimes, vaincre en dépit du fair-play. Le fair-play est une charmante illusion du baron de Coubertin que des voyous ont mise à profit et monnayée. J'ai joué au football, je peux vous jurer qu'il n'y a là aucun fair-play. Ce n'est qu'une suite de tromperies. Quand vous débordez le défenseur adverse, la foule des tribunes est sur pied et vous acclame, mais vous l'avez fait au moyen d'un péché mortel : le défenseur a cru que vous iriez à gauche, et le Malin jubile dans les nuages au-dessus du stade. Vous foncez le long de la ligne de touche et la seule idée que vous avez en tête c'est : tromper, tromper, marquer un but.
 
Le miroir fêlé, Basara

Les commentaires sont fermés.