Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 31 mars 2008

On a changé d'heure

 

Je suis armée du même gros pinceau dont ma mère se sert pour dorer les mounas.
Et je me sens mais alors franchement franchement idiote.

Une heure et demi que ça a duré. Que je me suis battue avec des cheveux tout collants, je devais appliquer la pâte gluante bien comme il faut, insister sur les tempes, et le hénné mélangé au vin puait à mort.
Pendant ce temps, Manikova papotait des derniers films qu'elle avait vu. Et elle ne connaît pas "Laurence d'Arabie". Et elle n'a jamais vu "Pulp Fiction". Toute une éducation à refaire.
C'est confirmé, je suis à peu près autant faite pour faire coiffeuse que la reine d'Angleterre pour faire sexologue. Je suis terrifiée de peur de faire une gaffe. C'est qu'elle part mardi aux USA voir son copain, c'est une lourde responsabilité de m'occuper de sa couleur, la survie de son couple est entre mes mains.

A onze heures du soir, quand je suis partie de chez Manikova, l'air était pas si froid que ça encore. Quand on est sorties du centre de sport, à huit heures, le jour commençait à peine à descendre, et il faisait tellement bon.
Toute la matinée j'ai ronchonné en regardant par la fenêtre, qu'il faisait tout gris et que c'était de l'arnaque, qu'on m'avait promis du 14 degré pour aujourd'hui, et que ça allait pas se passer comme ça. Finalement, quand je suis sortie après le déjeuner pour aller à la bibliothèque, je me suis rendu compte que l'air était chaud. Humide, et le temps tout gris, mais doux.
Limite, je pleurais de bonheur, tiens.

Le bus m'a déposée à presque minuit devant le Starbuck, et il faisait toujours pas si froid. Mais je devais porter à bout de bras mon sac de sport, et mes muscles des bras hurlaient et récriminaient contre tant de mauvais traitements.
J'ai commencé mon entraînement intensif des bras. J'ai demandé à Manikova, avant qu'elle ne parte, qu'elle me montre comment faire marcher la machine bizarre, qui aide à faire des tractions. Le principe, c'est qu'il y a des poids relié à la planchette qui est sous nos pieds, histoire que notre poids en soit allégé d'autant. Parce que moi, vous pouvez toujours me mettre à une barre à traction si ça vous amuse, mais vous perdez votre temps. C'est un peu comme ceux qui font faire des pompes, "allez, fais-en au moins une !". Vous pouvez toujours courir, moi, je m'écrase par terre, et je peux pousser des grognements d'effort tant que je peux, mes bras me soulèveront pas d'un pouce.
En attendant que mes bras grossissent, j'ai fait beaucoup de progrès en endurance. Deux fois de suite que je tiens les 20mn de course. Sans doute qu'écouter du Proust en même temps, ça aide. Malheureusement mon lecteur MP3 a un faux contact, et le son saute. J'ai cru la dernière fois que c'était dû aux écouteurs, mais à moins que ma paire d'écouteurs de rechange flanche aussi, va malheureusement falloir se rendre à l'évidence qu'il faudra mettre le prochain Père Noël à contribution.

Je me vois dans l'obligation de conclure cette note (qui sera en ligne deman matin).
Mais il est déjà minuit à mon horloge pas réglée, et demain est une longue journée. J'avais complètement oublié le changement d'heure ce matin. Moi qui avait enfin réussi avec toutes les peines du monde à me caler sur le réveil à 7h du matin au lieu de 8h. C'est tout à refaire maintenant...

Les commentaires sont fermés.