Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 février 2008

Ben alors, je lis plus ?

Vous l'aurez peut-être remarqué, ça fait belle lurette que je n'ai pas décortiqué dans tous les sens le dernier livre que j'ai lu. A peu près depuis octobre. Alors quoi, je ne lis plus rien ?

A vrai dire, mon abonnement au Berliner Zeitung n'y est paut-être pas pour rien.

Mais non, je lis. J'étais en train de lire.
Depuis novembre, j'ai entamé Gruppenbild mit Dame (Portrait de groupe avec dame) de Heinrich Böll, en VO. Des mois de lecture.

Ce roman (de par ailleurs franchement génial) a été ma plus grosse performance en littérature allemande. Non seulement le plus long que j'ai jamais lu en allemand (467 pages), mais aussi la langue la plus difficile que j'ai jamais rencontrée. J'éprouve pour Heinrich Böll une admiration sans bornes, il a réussi à se trouver un style bien particulier, sans avoir recours à autre chose qu'au langage standard, et ce style est à la fois forme et fond de ses romans. Quand à ce livre-là en particulier, j'en reparlerai cet après-midi.
Toujours est-il que ce livre qui se lit comme rien en français recelle des tortures de difficultés et de subtilités de langage en langue originale. J'ai d'ailleurs noté à plusieurs reprise, alors que j'étais curieuse de voir comment le traducteur s'était tiré de certains passages très épineux, qu'ils ont été bel et bien supprimés de la traduction française.
Tout ça baigné dans un humour subtil, que j'ai dû manqué au moins neuf fois sur dix.

Pas grave, faudra que je le relise. 

Les commentaires sont fermés.