Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 février 2008

Prix d'Outre-France

Aujourd'hui, attention, on se culture.

Lors de mon dernier cours de thème, nous avons entamé un nouveau texte. Peut-être en avez-vous déjà entendu parler, pour ma part pas du tout : il s'agit du "Manifeste pour une littérature-monde en français".
Je vous invite vivement à lire ce texte. On est d'accord ou on ne l'est pas, pour ma part je trouve le texte très mal écrit, mais pour ce qui est du fond, je manque de matière pour avoir un avis personnel. Le texte a été écrit début 2007 et principalement suite aux différents prix littéraires de la rentrée 2006 qui n'avaient récompensé que de la littérature "francophone" (je ne veux pas rentrer dans le débat de terminologie "francophone" ou pas, j'ai aimé le mot d'"Outre-France" qu'ils utilisent, même si ça ne veut pas dire grand chose, mais je trouve que ça fait joli, et c'est pour ça que je l'ai mis dans mon titre.).

Avant de traduire le texte, nous avons eu une petite discussion en cours qui a soulevé deux problèmes :
- Je ne connais absoluement pas comment fonctionnent les prix littéraires français et j'ai séché lamentablement lorsque la prof m'a interrogé, et ce devant toute une classe pleine d'Allemands, c'est inadmissible. Et sous le regard horrifié de Miss Ulm qui savait que la prochaine interrogée serait elle et ressentait à l'avance l'umiliation publique qu'elle allait devoir subir à son tour.
- Qui plus est je ne connais à peu près aucun écrivain d'Outre-France, heureusement j'ai évité l'humiliation totale, et ce malgré que Miss Ulm ait prononcé plus fort que moi le nom de Sanghor (celle-là, alors, je vous jure), puisque j'ai réussi à sortir le nom de David Diopp du plus profond de ma mémoire.

 

(on ne rigole pas, ceci est un document d'archive qui date de mes cours de français de troisième)

Ma prochaine mission que j'accepte parce que c'est moi que je me la suis donnée :
- faire le point sur les principaux prix littéraires
- lire mes livres au programme de "littératures francophones" (ben oui, parce que je suis sencée être calée sur le sujet en septembre, je (me) le rappelle) à savoir La grande peur dans la montagne de Ramuz, Prochain épisode d'Aquin, Ségou de Condé, Le cercle des représailles de Yacine et Les écailles du ciel de Monénembo
- lire les livres nominés par cette fameuse rentrée littéraire 2006 (qui doit sans doute être à l'origine du choix du programme, tout comme ce fameux manifeste) à savoir Les Bienveillantes de Littell, Les mémoires de Porc-épic de Mabanckou, Lignes de faille de Nancy Huston et Contours du jour qui vient de Miano

Commentaires

Je peux juste te parler du Goncourt, chargé de couronner le meilleur ouvrage de fiction du moment. Les membres sont une vingtaines et se réunissent une fois par mois dans un grand restaurant (dont j'ai oublié le nom mais il est à deux pas de l'Opéra et y'a le nom des jurés écrit dessus). Puis vers le mois d'octobre-novembre, lors des repas, ils attribuent le prix.
Après je ne sais pas comment sont sélectionnés les livres. Mais y'a effectivement pas mal de Goncourts qui sont allés à des "étrangers". Littell (allemand), Tahar Ben Jelloun, Borel (qui est belge je crois), Antoinine Maillet (canadienne - super roman "Pélagie la Charette" cela dit en passant) et y'a aussi eu un auteur roumain qui n'a pas eu le prix car on a découvert qu'il avait fait partie des brigades nazies lors de la guerre. Cela dit son roman est génial. (il est dans ma liste sur le côté.
Faut bien que je retire quelque chose de mon marathon Goncourt que j'ai toujours pas fini ??? Et tu n'as pas d'excuses ta maman a tous les Goncourt à partir de je ne sais plus quelle année :p
Je connais aussi le prix Femina qui récompense plutôt des histoires de femmes et y'a le prix Renaudot pour le premier roman. Y'a aussi "Inter-Alliés" mais je ne sais pas du tout à quoi ça correspond.

Sinon j'avais vaguement entendu parler de ce manifeste (je pensais qu'il était plus vieux en fait) et je sais que de toute façon "la francophonie" est souvent mise à mal (surtout qu'apparemment Sarko voudrait que TV5 ne présente plus que des émissions françaises et non plus des émissions belges ou québecquoises comme c'est le cas actuellement)(fin cela dit je n'ai pas vérifié cette info, je l'ai entendu dire).
Voilà c'était "Winnie et la francophonie"

(ah pis il a pas eu de prix Goncourt - enfin je ne crois pas - mais je te conseille chaudement Amin Malouf, moi j'aime très beaucoup - c'est de l'Histoire romancisée)

Écrit par : Winnie | lundi, 04 février 2008

Quand tu vis dans un pays étranger, les gens du crus ont tendance à te considérer un peu comme un "ambassadeur" de France. Tu dois donc à priori faire honneur à ton pays, surtout dans les domaines où la France est renommée... Les gens s'attendent à ce que tu sois imbattable en littérature, en histoire et en géographie, aussi bien qu'en économie et en politique... en passant par la gastronomie et la mode !
En Argentine, il m'est arrivé à plusieurs reprises d'être abordée par des gens que je ne connaissais absolument pas, pour me demander conseil pour acheter une robe ou une paire de collants ! (tu imagines un peu, me demander ça à moi ?)

A part ça on écrit aussi : péchés
BON ANNIVERSAIRE
Bisous
Maman

Écrit par : Maman | vendredi, 08 février 2008

Les prix littéraires : Goncourt, Renaudot, Femina, Médicis, Interallié, Académie Française.
Sur internet, tu peux trouver tous les renseignements à propos de ces prix, le pourquoi du comment, les gens qui composent le jury, la liste de tous les livres sélectionnés...

Au fait, je t'ai déniché "Systématique de la langue française" de Moignet (Klincksieck)

BON ANNIVERSAIRE
Bisous
Maman

Écrit par : Maman | vendredi, 08 février 2008

Les commentaires sont fermés.