Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 06 novembre 2007

Jeu de Noël, premier niveau

Parce que, comme me le faisait remarquer Stevan dimanche, alors que j'apprenais qu'il faisait partie du jeu de Noël et que je l'en informais en direct live instantané (c'est chouette d'être reporter de nos jours), le jeu de Noël se découpe en deux niveaux.
Et si tu réussis pas le premier niveau, pas possible de passer au second niveau (et c'est un fan de Tomb Raider qui l'affirme).
Et le premier niveau c'est : "mission visa".
 
Hier c'était en effet LE grand jour tant attendu, celui où Stevan avait enfin rendez-vous pour déposer sa demande de visa.
Et moi je rentre tout tranquillement des scouts lundis soir, et je trouve un mail de Stevan :
"Objet : first level - problem"
Ouh que ça sent pas bon ça.
 
Hier soir donc, cellule de crise internationale (franco-germano-serbe) sur msn, opération "un visa en plus pour Stevan dès demain"*.
Mon papa a en effet oublié de joindre les photocopies de sa feuille d'impôt, et de son salaire des trois derniers mois en envoyant à Stevan le papier de la mairie qui prouve tout le tralala dont j'ai déjà parlé en juin (que votre maison est assez grande pour l'accueillir, que vous disposez d'un nombre de chaises suffisant pour le faire asseoir à table, pour vous vous êtes bien procuré un shampooing spécial cheveux-serbes pour son plus grand confort, toussa toussa...).
Il faut donc scanner tout ça et lui envoyer en pièce-jointe, en passant par ma boîte mail parce que mes parents n'arrivent pas à communiquer avec sa boîte mail. De son côté, lui fait sa crise d'informaticien, que c'est pas possible que ça soit du 150pixel/pouce, que 5694 pixels et 451 pixels et encore des pixels que j'y comprenais rien moi en plus, que sur son écran ceci et cela, que convertir au format pdf, et que non, pas convertir au format jpeg. (et niarc, moi je lui ai convertis ça viteuf en format jpeg et, miracle, soudain tout allait bien, nana nèreuh).
 
Mais c'est pas tout. Parce qu'il fallait aussi que mon père écrive un lettre en expliquant pourquoi il invitait Stevan.
C'est à dire comment qu'on s'était rencontrés, où quand, comment, pourquoi, comment nous étions habillés, notre emploi du temps heure par heure, faire comparaître des témoins et des alibis, toussa toussa.
"Mince alors" que fait mon papa, "c'est quand même pas croyable, si tu veux inviter quelqu'un une semaine chez toi, faut que tu racontes si tu couches avec !"
Rhô, papa, me fais pas dire ce que j'ai pas dit...
Je m'attelle donc à la séduisante et agréable tâche d'écrire cette lettre. Génial. J'aime la bureaucratie.
"Etant donné que...", patia patia, "par conséquent...", patia patia... Mince, on dirait une lettre de motivation (ça doit être à cause de ma trop grande expérience des lettres de motivation bidons sans doute... ("je souhaite du fric avoir une bourse parce que, en effet, tout le monde veut du fric, c'est pas évident ? c'est tout à fait capital dans ma démarche universitaire actuelle qui s'inscrit dans la logique des patés que je faisais en maternelle, preuve que toute ma vie n'a tendu que ce seul et unique but de...")).
 
Mais enfin tout est envoyé dans les temps.
Stevan devait donc retourner aujourd'hui à Belgrade (--> rerater une journée de boulot --> retarder d'autant le moment où il aura assez pour payer la réparation de la voiture + avancer d'autant le jour où son sous-boss taré va le virer)
 
En rentrant, encore un mail de Stevan :
"Objet : (no object)"
Heu... c'est bon signe ça ?
 
Je n'ai pas tout compris, mais voici son mail tel quel (je vous psse le début sur ses activités palpitantes à tuer le temps à Belgrade):
"[...] Finalement, il m'a donné le passeport et j'ai lu le post-it sur le passeport : Assurance, argent. Comment ça argent !? Je savais pour l'assurance, mais pas pour l'argent. Donc en fait j'ai besoin de donner un papier pour prouver que j'ai 500 euros sur mon compte. Pour chaque jour que je passe en France, j'ai besoin de 30 euros. J'ai donc été dans l'agence pour payer l'assurance et il m'ont dit dit qu'ils pouvaient régler mon problème mais que je devais payer 600 dinars. Super. J'ai payé pour tout ça, et ils donneraont tous les papiers eux-même, donc je n'ai pas besoin de retourner encore sur Belgrade. Demain je dois les appeler et ils me diront quand je dois retourner à Belgrade pour récupérer mon passeport, avec peut-être enfin ce f... visa. Sans doute vendredi."
 
A suivre donc... 
 
*private joke relativement à l'association dont mon papa est président et qui s'appelle "des trains en plus dès demain"... oui, je sais, c'est pas évident comme blague 

Commentaires

TAING mais c'est pas possible de demander autant de trucs inutiles en plus o_O
Et ben il l'aura pas volé son visa !
Tout ça pour recevoir des poches en plastique pour Noël en plus, le pauvre ^^'

(l'article est délicieusement drôle, j'ai beaucoup ri)

Écrit par : Winnie | mercredi, 07 novembre 2007

Un grand coup de chapeau pour la drôlerie incommensurable de cet article ... et pour l'acharnement non moins incommensurable que vous mettez tous pour obtenir ce f... m.....c..... de visa. Si avec ça il est pas dégouté pour les prochaines fois où il voudra venir en France .... il aurait dû passer par le Tchad avec une caméra sur l'épaule, il serait arrivé plus vite en France !!

Bon courage !!!!!!
Et prions pour qu'il ne soit pas tombé sur papa, jean-Cristophe ou Dédé au jeu de Noël ... parce que faire tout ce chambardement pour rentrer chez toi avec un Mocard, un pavé ou un rouleau de papier toilettes ... ça craint !!

Écrit par : Ingrid | mercredi, 07 novembre 2007

J'ai lu hier dans le journal (oui, je lis le journal en ce moment, je crois que ça s'est remarqué) un article qui parlait de la Serbie (il est question des toujours en fuite criminels de guerre que La Haye somme la Serbie de lui remettre (Stevan, arrête de cacher Radovan Karadzic dans ton frigo, tu es repéré).
Mais peu importe.
A la fin de cet article, était mentionné la question des visa :
"L'entrée de la Serbie dans l'UE n'est de toutes façons pas prévue à court terme. Le 1er janvier 2006, un léger allègement de la situation se fera sentir : l'accord de visa pour les resortissants serbes, jusqu'ici très restrictive, va être assouplie. Actuellement, seule une demande sur dix obtient gain de cause. "Je suis sûre que les choses vont très vite évoluer avec la facilité de voyager" a déclaré Majstorovic."

Écrit par : Lodi | jeudi, 08 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.