Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 août 2007

Y fait pas bô

Nan, y fait pas bô depuis quelques jours à PLN, et quand on peut pas aller sur la plage, faut avouer qu'on s'ennuie quelques peu. Surtout que j'ai fini de ficher ma civi (ce qui était horriblement ennuyeux de toute façon) et que le bouquin d'exercices de grammaire est du niveau lycée, c'est un peu lassant.
Il me reste bien mon bouquin de serbe, mais ça laisse quand même beaucoup d'heures dans la journée.

C'est pour cela qu'après m'être avalé les 10 derniers tomes de I''s...
(voir l'article Mangamania)

Après avoir dévoré Mont-Cinère de Julien Green...
(son premier roman, un moins bien que les autres, mais qui prépare Adrienne Mesurat, un veritable chef d'oeuvre celui-là)

J'ai commencé hier, et j'ai fini hier, ce fameux roman de Paul-Loup Sulitzer, auteur que j'étais curieuse de découvrir.

Il s'agit donc de La confession de Diana Winter. Vu la vitesse à laquelle je l'ai lu, j'aurais l'air un peu gonflée de dire qu'il ne me plaît pas, une longue journée de vacances n'excuse pas tout. Donc, oui, faut bien admettre que c'est prenant.
Pour le reste, je suis sceptique... L'écriture est à la fois très maîtrisée (sinon, c'est sûr que j'aurais lâché le bouquin au bout de deux pages), mais... comment dire... un peu trop facile. En définitive c'est ça que je reprocherais au bouquin, trop facile. La mafia, de l'argent sale, du sexe, la jet-set, une famille royale "à la Monaco" (si j'ose dire), des journalistes qui fourrent leur nez partout, du sexe, un méchant conseiller "à la Jaffar" mais en plus sadique pour le côté pervers, des jeunes et bellissimes jeunes filles qui souffrent attrocément des perversions sexuelles de tout ça, et encore quelques meurtres, beaucoup de fric et plein plein plein de secrets partout.
Bref, génial pour se laisser envoûter au bord de la plage ou dans un long voyage en train (avec si possible un chéri à portée de mains pour lui faire des calins, sinon ça devient vite frustrant), mais même dans ce style là j'ai connu mieux. (... qu'elle dit la fille qui a pas pu décoller son nez du bouquin de la journée...)

Aujourd'hui, c'est le comble, il pleut.
J'hésite entre me lancer dans un nouveau bouquin (du Pearl Buck par exemple ?) et découvrir un nouveau manga.
En attendant je vais aller faire un peu d'allemand et un peu de serbe.
Et ce soir, je me regarderai "L'île de la tentation" (qui a dit que je regardais trop TF1 ?).

Les commentaires sont fermés.